Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






La banque espagnole BBVA plongée dans un scandale d'espionnage



            Partager Partager

BBVA mène une enquête interne sur les faits (photo : BBVA)
BBVA mène une enquête interne sur les faits (photo : BBVA)
ESPAGNE. Le dossier d'instruction s'épaissit dans l'affaire de corruption et d'espionnage touchant la deuxième banque espagnole, Banca Bibao Vizcaya Argentaria (BBVA). Selon l'Audience nationale de Madrid, qui mène l'enquête, plusieurs de ses dirigeants et cadres sont soupçonnés de corruption et de révélation de secrets.

Un ancien commissaire de police, José Manuel Villarejo -en détention provisoire depuis novembre 2017- a procédé à des écoutes de personnalités économiques, politiques, judiciaires, sportives, des journalistes ainsi que des ministres et des membres de la famille royale. Les intéressés se trouvaient ensuite victimes de chantage.
La BBVA employait ce maître-chanteur - comme l'a qualifié le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez - tout comme les patrons de l'entreprise d'énergie Iberdrola (Ignacio Galan) ou le géant de la construction ACS (Florentino Perez), qui a annoncé la démission de son conseil d'administration. Deux médias espagnols en ligne publient quelques enregistrements significatifs concernant ces deux groupes.

BBVA collabore avec la justice

Neuf anciens dirigeants et cadre de BBVA ont été mis en examen début juillet 2019 dans cette affaire au cours de ces derniers mois pour écoutes illégales menées par le fameux ex-commissaire. Ils étaient cette semaine interrogés par le tribunal de l'Audience Nationale. L'ancien Pdg de BBVA de 2000 à 2018, Francisco Gonzalez, a du démissionné de tous ses postes honorifiques début 2019.

Une enquête interne a été décidée alors que la banque a reconnu avoir travaillé avec Cenyt, la société de José Manuel Villarejo, en 2014. "Le groupe BBVA et ses dirigeants ont toujours travaillé de manière intègre et exemplaire", indique cependant l'ancien patron de l'institution, persuadé que l'enquête judiciaire prouvera ces affirmations.

La banque a annoncé dans un communiqué qu'elle "fournit des documents à la justice depuis le début de l'affaire et a transféré, de manière proactive, toutes les informations obtenues dans son enquête interne". Le texte précise qu'Adolfo Fraguas, responsable des services juridiques de BBVA, "a répondu à toutes les questions posées par le juge et les procureurs". Carlos Torres Vila, président de la banque espagnole, souligne lui, toujours dans ce communiqué, que "(notre) priorité est de clarifier les faits en collaborant avec la justice, comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Nous sommes une banque avec des valeurs et des principes forts qui guident notre comportement au quotidien".

Vendredi 22 Novembre 2019

Lu 1969 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Décembre 2019 - 16:06 L'ITFC prête 1,1 milliard de dollars à l'Egypte


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.