Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La bancassurance veut accompagner le développement du secteur au Maghreb



            Partager Partager

Au Maroc, les banques françaises assurent le développement de la bancassurance (photo F.Dubessy)
Au Maroc, les banques françaises assurent le développement de la bancassurance (photo F.Dubessy)
MAGHREB. Pour développer un taux d'assurés ne dépassant pas les 2%, les pays du Maghreb peuvent profiter de la présence de nombreuses banques locales et étrangères, notamment françaises. Leurs guichets vendent depuis peu de l'assurance et commencent à s'imposer face aux compagnies et mutuelles.

Les législations en matière de bancassurance restent très récentes : 2002 pour la Tunisie et le Maroc, 2006 pour l'Algérie.

L'article 69 du code tunisien des assurances précise que « les opérations d'assurance peuvent être présentées au public par l'entremise des banques chargées, en vertu d'une convention, de conclure des contrats d'assurance au nom et pour le compte d'une ou de plusieurs entreprises d'assurance, quelle que soit sa forme, et ce, pour les branches d'assurance dont la liste est fixée par un arrêté du ministre chargé des Finances. » Cette liste a été fixée par l'arrêté du 8 août 2002, les branches concernées sont : les assurances des risques, l’assurance crédit et assurance caution, l’assurance assistance et l'assurance sur la vie et la capitalisation.

Depuis son arrivée au Maghreb, la bancassurance ne cesse de progresser.

En Tunisie, la signature de la convention-cadre de bancassurance (en 2003) qui s’applique aux établissements de crédit exerçant leur activité en Tunisie et celle relative à la post assurance (en 2004) ont donné un coup de pouce au développement de cette branche en Tunisie.

Des progressions de 100% par an

En Algérie, de multiples accords de partenariats stratégiques entre les acteurs du marché ont été signés quelques mois seulement après l’adoption et la présentation de la convention type de distribution, dernière formalité requise avant la mise en pratique des activités de bancassurance. L’activité de bancassurance y est en pleine expansion et connaît un grand engouement de la part des acteurs du marché. « Comme nous ne sommes partis de rien en 2009 /2010, les niveaux de croissance sont de 100%. Nous doublons le chiffre d’affaires tous les ans et c’est valable pour toutes les compagnies" affirme Amara Latrous, président de l’union des assureurs et réassureurs algériens (UAR) et Pdg de la SAA.

Les compagnies publiques algériennes ont donné le « la », suivies de près par les compagnies privées. Le premier partenariat a été conclu en avril 2008 entre la BADR et la Société nationale d’assurance ( SAA ). Les assureurs ont enchaîné ensuite les cycles de formation théorique et les stages pratiques pour les chargés de la clientèle des banques, débouchant sur six autres accords signés entre des compagnies d'assurances et des banques en 2008, plusieurs autres les années suivantes.

La SAA a noué des partenariats avec les banques publiques BDL et BADR. Elle a également opté pour un partenariat stratégique avec le groupe Macif avec comme objectif la création de filiales dans les différentes branches d'assurance, dont la bancassurance. Dans la même logique, le groupe bancaire BNP Paribas, par sa filiale Cardif ,s'est allié à la Cnep Banque via une convention de distribution, très vite imité par Alliance assurance qui a signé une convention avec la société générale d'Algérie. Elle sera effective après la validation du ministère des Finances.
 
Au Maroc, ce sont principalement les filiales des banques françaises (Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale) qui assurent la percée de la bancassurance. Et du même coup le développement de l'assurance-vie et de l’épargne ces dernières années. 

Selon Oxford Business Group, 50% des polices d´assurance vie sont commercialisées par la bancassurance, ce qui représente entre 15% et 20% des primes totales du marché. Le montant total des primes émises dans l’assurance-vie et la capitalisation atteint 6,59 milliards de dirhams marocains (589 M€) en 2010. « Le cadre fiscal très incitatif est sans doute l’un des secrets du développement de la bancassurance au Maroc, souligne Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance. Les cotisations versées dans un contrat d’assurance-vie retraite sont déductibles du revenu imposable. C’est un levier important. Dans le cas du contrat programme avec les pouvoirs publics, nous demandons que cette fiscalité soit encore améliorée. »

Voir l'ensemble du dossier \"Assurance au Maghreb\"

Frédéric Dubessy avec les correspondants au Maghreb
Vendredi 7 Octobre 2011

Lu 2792 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Juillet 2020 - 11:57 La Berd prête à accueillir l'Algérie en son sein


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.