Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Villa Méditerranée transforme son gouffre financier en reproduction de grotte


La région PACA entend se débarrasser de la Villa Méditerranée à Marseille en la louant à une structure privée qui y reproduira la grotte Cosquer.



La Villa Méditerranée va changer de vocation (Photo : F.Dubessy)
La Villa Méditerranée va changer de vocation (Photo : F.Dubessy)
BOUCHES-DU-RHÔNE. « Je vous annonce que nous avons retenu le projet d’implantation d’une reproduction de la grotte Cosquer. Un rapport d’orientation sera soumis en ce sens à l’assemblée plénière de la région le 16 décembre prochain. » Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), Christian Estrosi, a révélé jeudi 8 décembre 2016 que, sauf surprise de dernière minute, la Villa Méditerranée, un mastodonte de 10 000 m², doté d'un auditorium sous-marin de 400 places, abandonnera sa vocation méditerranéenne pour devenir un site touristique. Il promet que l'Avitem ( Agence des villes et territoires méditerranéens durables ), qui gère actuellement la Villa Méditerranée, sera relogée et le personnel conservé.
 
« Le bâtiment a coûté 82 M€, le déficit de fonctionnement atteint 4,5 M€ par an. Une collectivité comme la Région n'a pas à supporter une telle charge », poursuit Christian Estrosi. « D'autant plus nous ne savons pas très bien à quoi sert la Villa Méditerranée. Nous souhaitions la vendre pour nous en débarrasser. Cela n'a pas été possible. Mon prédécesseur Michel Vauzelle tente d'en faire le siège du Parlement méditerranéen. Je lui laisse encore deux mois pour y arriver, sachant que la Région ne consacrera pas un euro à ce projet ». En mars 2017, si le dossier défendu par Michel Vauzelle n'a pas abouti, la Région lancera un appel à projet pour aménager la Villa Méditerranée en réplique de la grotte Cosquer.
 
La reconfiguration coûtera 20 M€ financés à parité par la Région et un partenaire privé dont le nom reste confidentiel. La ville de Marseille, le département des Bouches du Rhône et l'établissement public Euroméditerranée pourraient participer au tour de table. « Nous percevrons un loyer et un intéressement sur la billetterie » précise Christian Estrosi.

500 000 visiteurs attendus

Découverte en 1995 dans les calanques de Marseille par trente-sept mètres de fond, la grotte Cosquer abrite 200 peintures datant du néolithique (19 000 à 27 000 ans). Elle sera reproduite à l'échelle 90% au sous-sol de la Villa Méditerranée, alors que le rez-de-chaussée et le porte-à-faux proposeront des films, un musée, une librairie, un café...
 
« Ce projet est en totale cohérence avec les lieux et avec la vocation culturelle et maritime du projet urbain global de réaménagement du J4 conduit par Euroméditerranée et la Ville de Marseille, à côté du MuCEM (Musée des Civilisations d'Europe et de la Méditerranée), du Musée Regards de Provence, de la cathédrale de la Major, du fort St Jean et en bord de mer », estime Christian Estrosi.
 
La réplique de la grotte Cosquer devrait attirer 500 000 visiteurs par an à partir de son ouverture prévue fin 2018 ou début 2019. Un chiffre a mettre en rapport avec les 1,5 million de croisiéristes qui fréquentent chaque année Marseille et les 1,5 million de visiteurs du MuCem tout proche.

La coopération économique en Méditerranée au pain sec

Christian Estrosi a tranché. La Villla Méditerranée perd sa vocation méditerranéenne et abritera la réplique de la grotte Cosquer (Photo : région PACA)
Christian Estrosi a tranché. La Villla Méditerranée perd sa vocation méditerranéenne et abritera la réplique de la grotte Cosquer (Photo : région PACA)
Reste que les promoteurs d'un espace méditerranéen vont faire pâle figure. En un an, Marseille va probablement perdre la Semaine Economique de la Méditerranée, l'Ocemo, l'Institut de la Méditerranée, tout au moins sous leurs formes actuelles. La Villa Valmer, qui regroupait des organismes de coopération méditerranéenne, va devenir un hôtel luxe. Le Centre de Marseille pour l'Intégration en Méditerranée (Banque Mondiale) devrait également fermer.

Un changement de cap que Christian Estrosi conteste : « La politique méditerranéenne de la Région est plus que jamais dynamique : en 2016, la collectivité a engagé plus de 2 M€ pour des opérations de coopération décentralisée en Méditerranée

Lire aussi :Marseille détricote sa vocation méditerranéenne 1ère partie : Les villas de la discorde


Gérard Tur


Jeudi 8 Décembre 2016



Lu 4012 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 18 Juin 2018 - 15:49 Nouvelles augmentations massives en Égypte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Marseille, future «perle» sur une «Route de la soie» ?


avis d'expert

Jean Fouqoire, urbaniste (e.r.), associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
EMNES         Medener
 
Femise      Euromediterranee
 
Ipemed  APIM