Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

La Turquie sera le plus gros émetteur souverain de dette commerciale en 2021 dans la zone EMEA


Rédigé par Eric Apim le Mardi 2 Mars 2021 | Lu 2328 commentaire(s)


Selon S&P, L'emprunt commercial des économies développées de la seule zone EMEA, pourrait atteindre 1163 mrds€ (photo : F.Dubessy)
Selon S&P, L'emprunt commercial des économies développées de la seule zone EMEA, pourrait atteindre 1163 mrds€ (photo : F.Dubessy)
EMEA. S&P Global ratings estime à 12,6 trillions de dollars (12 600 mrds$- 10 475 mrds€) les recours à l'emprunt que devraient engager les États au niveau mondial en 2021. Soit 20% de moins qu'en 2020 (année charnière avec l'arrivée de la Covid-19), mais 50% de plus que la moyenne pluriannuelle d'avant la crise sanitaire.

L'agence de notation publie, lundi 1er mars 2021, trois études sur le sujet dont une consacrée aux économies matures et émergentes de la zone Emea (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Pour soutenir leurs économies mises à mal, il apparaît dans ces documents que les États vont devoir faire face à un coût financier supplémentaire de 10,9 trillions de dollars (9 000 mrds€) pour les années 2020 et 2021. Cette somme représente plus de 13% du PIB mondial en 2020. Elle va porter "le stock total de la dette commerciale à un niveau record de 67,5 trillions de dollars (75% du PIB mondial) d'ici à la fin de l'année" en cours. Soit 56 120 mrds€.

S&P note que, si "les mesures de relance monétaire sans précédent ont permis aux économies avancées et à plusieurs économies émergentes d'emprunter davantage, tout en maintenant une charge d'intérêts relativement stable", les gouvernements devront surmonter "des risques politiques et économiques pour entamer la stabilisation des finances publiques alors que le monde déploie des vaccins et commence à se remettre de la pandémie". Avec le danger de subir "des pressions à la baisse sur les notations souveraines".

1,4 trillion de dollars d'emprunt pour la seule zone Emea

L'emprunt commercial des économies développées de la seule zone EMEA, pourrait atteindre 1,4 trillion de dollars (1163 mrds€) en 2021. L'agence prévoit des emprunts élevés, mais en légère baisse par rapport à 2020 pour l'Europe alors que "le coût de la dette des gouvernements européens développés est proche de son plus bas niveau historique et le restera probablement, en particulier dans la zone euro, en raison des programmes d'achat d'actifs de la BCE (Banque centrale européenne)".

Dans la zone euro, les emprunts souverains ne devraient diminuer que légèrement (de moins de 40 M€) à 1,26 trillion d'euros (1050 mrds€). Ceci implique que les ventes de dette brute seront 44 % plus élevées cette année qu'en 2019, avant que la Covid-19 n'arrive.

Dans les économies émergentes, ils vont aussi accuser une baisse d'un peu plus de 100 mrds$ (83 mrds€) pour des émissions de dettes commerciales s'élevant à 571 mrds$ (474 mrds€). "La dette commerciale de ces économies atteindra l'équivalent de $3,2 trillions (3 200 mrds$ - 2 659 mrds€) d'ici fin 2021, soit une augmentation de 288 mrds$ (239 mrds€) en glissement annuel".

L'étude EMEA de S&P indique qu'en 2021, la Turquie devrait être le plus gros émetteur souverain de cette grande région (78 mrds$ contre 68 mrds$ en 2020) devant l'Égypte (63 mrds$) et la Russie (52 mrds$). A eux trois, ces pays représenteront plus de 33% du total emprunté par les cinquante-trois États couverts par ce rapport. Parmi eux, l'Égypte présente le ratio dette/PIB le plus élevé (88%) ainsi que le stock le plus élevé (33% du total). 78% de l'encours de ce pays en dette souveraine se trouve en monnaie nationale, et seulement les trois-quarts environ de celle-ci sont négociables.










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook