Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



La Turquie s'enfonce dans la dictature


Le gouvernement a bloqué aujourd'hui (4 novembre) les réseaux sociaux et fait arrêter les principaux responsables du troisième parti politique turc. Tous les opposants au président Erdogan sont menacés.


            Partager Partager

Le Président Erdogan conduit une forte répression sur tous ses opposants. (photo UE - A.Altan)
Le Président Erdogan conduit une forte répression sur tous ses opposants. (photo UE - A.Altan)
TURQUIE. Les chiffres de la purge engagée par le président Erdogan à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016 n'en finissent pas de grimper. Dernières victimes en date, les collaborateurs du journal d’opposition Cumhuriyet et 1 218 membres de la gendarmerie suspendus depuis le 1er novembre.
 
Vendredi 4 novembre 2016, la police a placé en détention onze députés, dont les deux coprésidents, du Parti démocratique des peuples. Ce parti pro kurde est la troisième force politique du pays avec 59 députés et 13% des voix aux dernières élections.
 
Au total, la purge a jusqu'ici concerné plus de 110 000 personnes qui ont perdu leur liberté , leurs biens ou ont été limogées de l'administration.
 
Près de 30 000 enseignants, 4 500 militaires, 4 000 universitaires, 2 000 journalistes, des milliers de juges et de procureurs ont été suspendus ou ont perdu leur travail. La quasi-totalité des médias d'opposition, soit une centaine de titres ont disparu. Le pouvoir a confisqué les biens de près de 500 entreprises.

Un second putsch

Tous les turcs ayant eu des relations de près ou de loin avec des organismes jugés pro Gülen sont inquiétés, qu'il s'agisse de clients la banque Asya, d'utilisateurs de l'application numérique ByLock ou du journal Zaman. Le simple fait d'avoir tenu des propos qui auraient pu inciter au coup d'État de juillet, c'est-à-dire en fait toute critique du gouvernement Erdogan ou des pratiques de corruption, est répréhensible par les tribunaux. La chasse aux sorcières concerne aussi bien les partisans de Gülen que les Kurdes, des syndicalistes, les militants de gauche ou les membres d'associations non gouvernementales de défense des droits de l'homme.
 
L'un des principaux partis d'opposition, le CHP, estime que les arrestations de ce matin constituent « un second putsch après celui du 15 juillet ». Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union Européenne, a fait part au gouvernement turc de « l'inquiétude de l'UE ».

Gérard Tur

Vendredi 4 Novembre 2016

Lu 1591 fois




Dans la même rubrique :
< >

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Europe : contradictions internes et politique de voisinage en Méditerranée

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe de réflexion et d'analyse JFC Conseil.
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss