Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Turquie renforce ses investissements en Algérie


Rédigé par , le Mardi 19 Avril 2022 - Lu 896 fois


Mahinur Ozdemir Goktas et Erhan Cecen envisagent des investissements turcs de plus en plus importants en Algérie (photo: Musiad)
Mahinur Ozdemir Goktas et Erhan Cecen envisagent des investissements turcs de plus en plus importants en Algérie (photo: Musiad)
ALGÉRIE / TURQUIE. Les investissements directs turcs s'accélèrent en Algérie. Ils atteindraient les 5 mrds$ selon Mahinur Ozdemir Goktas (contre 13,5 mrds pour la Chine). Invitée par Musiad-Algérie, l'Association des industriels indépendants et hommes d'affaires, et le Conseil mondial des affaires turques (DTIK Algérie), l'ambassadrice de Turquie en Algérie a indiqué qu'en 2000, seulement sept sociétés turques étaient présentes dans ce pays. "Aujourd’hui, l’Algérie est passée au septième rang des pays dans lesquels la Turquie investit le plus dans le monde, et la première en Afrique. Le nombre d’entreprises turques présentes actuellement en Algérie a atteint les 1 400", précise Mahinur Ozdemir Goktas. En 2020, malgré la pandémie, plus de 130 sociétés turques ont été créées en Algérie.

Ces 5 mrds$ d'investissements auraient permis de générer quelque 30 000 emplois. Ils concernent des secteurs très divers qualifiés par l'ambassadrice turque de "stratégiques et prioritaires" pour la Turquie. Erhan Cecen, secrétaire général de Musiad-Algérie, note "le succès de plusieurs entreprises turques en Algérie dans différents domaines, ce qui incite leurs concitoyennes à venir les épauler dans la bataille de la production." Il appelle les investisseurs turcs à renforcer leur présence en Algérie, notamment dans la production. Okay Tosyali, représentant du Conseil mondial des affaires turques à Alger, a également demandé aux entreprises turques et "celles ayant un lien d'amitié avec la Turquie à venir investir en Algérie, notamment dans les secteurs productifs." Il envisage des volumes d'investissements "beaucoup plus importants" à l'avenir, notamment dans les secteurs de la santé, du tourisme, de l'industrie et des énergies renouvelables.

Une balance commerciale excédentaire pour l'Algérie

"L'Algérie a montré un intérêt particulier pour le développement des relations économiques avec la Turquie", soulignait Okay Tosyali. Son groupe éponyme travaille d'ailleurs sur un projet de production d'acier plat à Oran. Visant à exporter vers les marchés européen, américain et turc, cette unité devrait être opérationnelle à la fin de l'année 2023 après un investissement de 1,7 mrd$. Un espace sera dédié dans le port d'Arzew à cette production.

Les entreprises turques vont également participer à un projet agricole dans la wilaya d'Adrar avec un investissement de 20 M$ dans la production laitière et la culture de blé pour satisfaire les besoins locaux. Un autre dossier se trouve en cours dans le secteur du textile à Sidi Khettab (wilaya de Relizane à 135 km à l'Est d'Oran). Le groupe turc Tayal veut y lancer une production locale de coton.

Si les entreprises turques restent très actives dans la production de textile et de cuir en partenariat avec les sociétés publiques algériennes, les plus importants investissements turcs en Algérie se situent aujourd'hui dans l'industrie sidérurgique. Le représentant du DTIK estime que les exportations d'acier pourraient atteindre les 2 mrds$ par an à l'horizon 2025.

Le Musiad opère depuis trois ans en Algérie et revendique 150 adhérents chefs d'entreprises turcs et algériens.

En 2020, selon les statistiques de la Douane algérienne, la Turquie s'est placée au rang de quatrième client de l’Algérie avec des importations pour une valeur globale de 2,1 mrds$, principalement en gaz GNL. Elle se positionne derrière l’Italie, la France et l’Espagne. Cette même année, la Turquie s'est trouvée parmi les dix principaux fournisseurs de l’Algérie avec des exportations d’une valeur globale de 1,5 mrd$. La balance commerciale est donc excédentaire en faveur de l’Algérie, pour une valeur de 600 M$.

La longue marche vers un partenariat économique entre l'Algérie et la Turquie.

En 2006, la signature d'un Traité d'amitié et de coopération entre la Turquie et l'Algérie a servi d'appui pour multiplier les relations entre les deux pays, notamment commerciales.

Une visite en Turquie, fin novembre 2014, de Recep Tayyip Erdogan à l'occasion du Forum économique des hommes d'affaires algéro-turcs, avait permis de faire le point sur les courants d'affaires entre les deux pays. A l'époque, les autorités et les chefs d'entreprises turcs s'étaient plaints au président turc que l’Algérie ne constitue  pour la Turquie qu'un marché et appelaient à dépasser ce stade pour aller vers la formation de co-entreprises industrielles à même d’assurer un transfert technologique au profit du secteur industriel.

Les projets évoquées en 2022 se trouvaient déjà d'actualité...




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info