Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Turquie refuse l'ingérence du Parlement européen sur son opération à Afrin en Syrie



            Partager Partager

Ömer Çelik qualifie de "puérile" la décision européenne (photo : DR)
Ömer Çelik qualifie de "puérile" la décision européenne (photo : DR)
UNION EUROPÉENNE / TURQUIE. "Ne vous excitez pas, nous ne sortirons pas sans terminer notre travail. Le Parlement européen n'a rien à dire à la Turquie." Recep Tayyip Erdogan a réagi sans ambiguïté, jeudi 15 mars 2018 au Palais présidentiel, après le vote par les députés européens d'un projet de résolution appelant la Turquie à mettre fin à l'opération "Rameau d'olivier " qui menace les civils.

Pour le président de la République turque, cette incursion militaire au nord-ouest de la Syrie, débutée le 20 janvier 2018 dans l'enclave turque d'Afrin, va se poursuivre jusqu'à ce que les organisations visées - PKK, le KCK, et le PYD-YPG ainsi que Daech - soient toutes éliminées. "Nous avons déjà neutralisé 3 525 terroristes et nettoyé le corridor terroriste qu'ils voulaient mettre en place", précise Recep Tayyip Erdogan, indiquant que des mesures sont prises pour épargner les civils.

Dans un communiqué publié vendredi 16 mars 2018, le ministère turc des Affaires étrangères a renchéri : "Nous ne pouvons pas accepter la décision du Parlement européen, connu pour sa tolérance vis-à-vis des organisations terroristes. Le Parlement a une nouvelle fois démontré qu'il est loin d'être objectif et d'avoir une approche impartiale". Selon le même texte, "les reproches faits à la Turquie sont infondés et injustes (...) l'opération Rameau d'olivier dispose d'une légitimité internationale visant à assurer la sécurité non seulement de la Turquie mais aussi de l'Europe."

Le ministre turc des Affaires européennes, Ömer Çelik, a été encore plus violent qualifiant le vote européen de "décision puérile, dépourvue de vision." Et de poursuivre, "ceci prouve à quel point le Parlement européen est déconnecté de la réalité du terrain en Syrie."

Les ministres des Affaires étrangères de Russie, d'Iran et de Turquie sont, vendredi 16 mars 2018, réunis à Astana pour un énième round des discussions sur le processus de désescalade et l'avenir de la Syrie. La précédente s'étaient déroulées les 21 et 22 décembre 2017 toujours dans la capitale kazakh.


Vendredi 16 Mars 2018

Lu 2884 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.