Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

La Turquie fait un premier pas vers la normalisation de ses relations avec l'UE


En visite à Bruxelles, Mevlüt Çavuşoğlu, ministre turc des Affaires étrangères, tente de renouer le dialogue avec l'Union européenne malgré les nombreux points de désaccords entre les deux parties. English version



Mevlüt Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères, a rencontré son homlogue européen Josep Borrell pour affirmer sa volonté de normaliser les relations entre son pays et l'UE (photo : Conseil européen)
Mevlüt Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères, a rencontré son homlogue européen Josep Borrell pour affirmer sa volonté de normaliser les relations entre son pays et l'UE (photo : Conseil européen)
TURQUIE / UE. 2021 sera-t-elle l'année de la réconciliation entre la Turquie et l'Union européenne ? Peut-être. En tout cas Ankara multiplie les petites phrases et les initiatives en ce sens. Le dernier acte étant la venue de Mevlüt Çavuşoğlu,, jeudi 21 janvier 2021, à Bruxelles. Le ministre turc des Affaires étrangères a pu rencontrer Josep Borrell, Haut-représentant de l'UE, et plusieurs députés européens. Il aura aussi des entretiens, vendredi 22 janvier 2021, avec Charles Michel, président du Conseil européen, et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan. Le chef de la diplomatie turque a reconnu que "2020 a été une année problématique pour les relations bilatérales entre la Turquie et l'UE." Tout en affirmant la volonté de tous de "créer un climat positif" entre les deux parties, jugé important "pour trouver une solution aux graves problèmes qui perdurent dans la région".
Josep Borrell a lui déclaré "espérer pouvoir travailler en faveur d'une relation qui permettra de créer un partenariat faisant avancer davantage nos relations basées sur les intérêts communs."

Des invitations à se rendre en Turquie ont même été lancées à Charles Michel et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Une détente amorcée depuis le 12 janvier 2021 et un discours de Recep Tayyip Erdogan évoquant sa volonté de "remettre sur les rails (ses) relations avec l'Union européenne." Le nouveau langage diplomatique tranche avec les déclarations turques de juillet 2020 alors que l'Union européenne tendait la main à Recep Tayyip Erdogan.

De nombreux dossiers à régler

Rien n'est encore joué tant les pages de désaccords n'ont cessé de s'empiler dans le classeur des relations entre la Turquie et l'UE. De l'implication de l'armée turque en Libye (avec viol de l'embargo sur les armes) et en Syrie aux forages gaziers dans des eaux controversées en Méditerranée orientale, en passant par la division de l'île chypriote et les achats d'équipements militaires russes (système de défense) par ce pourtant membre de l'Otan. Sans parler de la brouille avec Paris qui a conduit à des propos peu amènes entre les deux présidents.

Autant de points d'achoppement qu'il faudra bien régler en attendant de pouvoir prétendre à une véritable réconciliation. L'heure n'est donc encore qu'au désamorçage, à une tentative de renouement du dialogue. Peter Stano, porte-parole de Josep Borrell, indique d'ailleurs que les Européens se méfient des "déclarations d'intentions" et désirent "des faits et des actions concrètes." Son patron, le chef de la diplomatie européenne, souligne lui que "beaucoup reste à faire pour ouvrir un dialogue sincère avec la Turquie."

Ankara s'est dite prêt à discuter du renouvellement de l'accord sur les migrations conclu avec l'UE en 2016, de la modernisation de l'Union douanière, de la libéralisation des visas promise par l'UE. La proximité des pourparlers exploratoires entre la Grèce et la Turquie sur le dossier de la mer Égée prévus lundi 25 janvier 2021, a également pavé la voie vers une réconciliation. La proposition d'organiser une conférence internationale sur la Méditerranée orientale a même été remise sur la table à Bruxelles. Selon un communiqué du Conseil européen publié après la rencontre entre son numéro un et Mevlüt Çavuşoğlu, "la situation en Méditerranée orientale se trouve au centre des relations UE-Turquie".

L'UE premier partenaire commercial de la Turquie

La Turquie veut devenir un État membre de l'UE depuis avril 1987

Après un accord d'association signé avec la Communauté européenne en septembre 1963 (négocié depuis juillet 1959) puis un sur l'union douanière en 1995, la Turquie est officiellement candidate à l'adhésion à l'Union européenne depuis décembre 1999 (la demande d'Ankara avait déposé sa demande d'adhésion en avril 1987). Les négociations d'accession ont débuté en octobre 2005. Le Conseil de l'Union a déclaré, en 2019 par communiqué, au point mort cette candidature. A ce jour, seize chapitres sur trente-cinq ont été ouverts - le dernier étant celui sur les dispositions financières et budgétaires en juin 2016 - et un seul clos, celui sur la science et la recherche. Tous les sommets entre la Turquie et l'Union européenne ainsi que les dialogues de haut-niveau entre leurs dirigeants sont suspendus depuis juillet 2019.

D'ici deux mois, Josep Borrell présentera un rapport sur les relations politiques, économiques et commerciales entre l'UE et la Turquie. Ce document, comprenant les instruments et les options envisageables pour les favoriser, servira d'appui aux discussions entre les dirigeants européens qui se réuniront en mars pour un sommet.

Cette nouvelle attitude turque s'explique en partie par la perte du soutien des États-Unis, avec le départ de Donald Trump, à Recep Tayyip Erdogan. Mais aussi par les sanctions, bien que timides et ne s'appliquant qu'à des personnes physiques sans viser l'État, prononcées en décembre 2020 par l'Union européenne en représailles à la poursuite des forages gaziers dans la zone économique exclusive chypriote. La liste devrait d'ailleurs s'étoffer de nouveaux noms prochainement après leur validation par les ministres des Affaires étrangères qui se retrouveront le 25 janvier 2021. Le président turc ne veut pas et ne peut pas rester isolé. Il doit pour cela impérativement se rabibocher avec son premier partenaire commercial, l'UE à vingt-huit. Elle représentait une part de marché de 41% en 2019. La Turquie a exporté cette année pour 83 mrds$ (68,2 mrds€) de biens vers l’UE, laquelle a reçu 48,5% des exportations turques. Le pays a importé pour 69 mrds$ (56,7 mrds€) de produits en provenance de l’UE, soit 34,2% des importations turques. L'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie étaient ses premiers clients en 2019. Et l'Allemagne son second fournisseur après la Chine.

D'autant plus que le situation économique turque est loin d'être florissante. Malgré les déclarations, jeudi 21 janvier 2021, de son président : "Malgré la pandémie, nous avons terminé 2020 avec des résultats plutôt bons en matière d'investissements et de gestion du budget. En 2021, nous avons pour objectif de réaliser de plus grandes et importantes avancées." Le pays est confronté à une forte inflation (14,6% en 2020) et à une dégringolade de sa monnaie, la livre turque. Sa banque centrale a décidé, jeudi 21 janvier 2021, de laisser inchangé son principal taux directeur à 17% après deux hausses successives en novembre 2020 suite au limogeage du gouverneur de la Banque centrale Murat Uysal, remplacé par Naci Agbal, et à la démission de Berat Albayrak, gendre du président, de son poste de ministre du Trésor et des Finances (Lütfi Elvan lui a succédé).

Vendredi 22 Janvier 2021

Lu 1731 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.