Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Turquie et Israël reprennent "pleinement et entièrement" leurs relations diplomatiques


Rédigé par , le Jeudi 18 Août 2022 - Lu 778 fois


Les présidents israélien et turc avaient amorcé la réconciliation en mars 2022 (photo: Présidence de la République turque)
Les présidents israélien et turc avaient amorcé la réconciliation en mars 2022 (photo: Présidence de la République turque)
TURQUIE / ISRAËL. Après douze ans de brouille, les autorités turques et israéliennes ont décidé, mercredi 17 août 2022 au soir, la restauration complète de leurs relations diplomatiques. Un entretien téléphonique entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et Yaïr Lapid, Premier ministre israélien par intérim depuis juillet 2022, a précédé cette annonce. "Il a été décidé d'élever le niveau des liens entre les deux pays à des relations diplomatiques pleines et entières et de renvoyer les ambassadeurs et les consuls généraux dans les deux pays", soulignait Yaïr Lapid.

La prise de distance entre les deux pays date du 31 mai 2010 et de l'assaut par un commando de l'armée israélienne d'un navire humanitaire turc, le Mavi Marmara. Affrété par IHH, une ONG de tendance islamique, et accompagné d'une flottille internationale, ce bateau tentait d'apporter de l'aide aux habitants de Gaza malgré le blocus israélien. L'intervention avait causé la mort de neuf militants turcs entraînant le courroux du gouvernement turc parlant de "terrorisme d'Etat". Ankara répondait dès l'année suivante en expulsant l'ambassadeur israélien.

En 2016, une timide réconciliation avait débuté. Mais un second épisode venait à nouveau creuser le fossé. Soixante-deux Palestiniens étaient abattus en mai 2018, par les forces de défense israéliennes (FDI), à la frontière avec l'enclave. Recep Tayyip Erdogan accusait alors Israël de "tuer des enfants et des bébés" et rappelait alors son ambassadeur en Israël tout en renvoyant son homologue israélien en Turquie. En riposte, Israël chassait le consul général turc basé à Jérusalem. Aucun échange diplomatique n'avait été effectué depuis.

Un rapprochement pas à pas

Le rapprochement a été amorcé en juin 2021 à la faveur de l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle coalition en Israël. L'inamovible Benyamin Netanyahou parti, Ankara a souhaité retisser des liens. En mars 2022, pour la première fois depuis douze ans, une visite d'Etat d'Isaac Herzog, tout juste élu président israélien, constituait les prémices de ces nouvelles relations. Deux mois plus tard, Mevlüt Çavusoglu, ministre turc des affaires étrangères, rendait la politesse en se rendant en Israël, une première en quinze ans pour un membre du gouvernement à ce poste. Puis, dans la foulée, Yaïr Lapid, son homologue de l'époque avant de devenir premier ministre, était accueilli en Turquie.

En juillet 2022, un nouveau traité d'aviation civile était paraphé entre les deux chefs de la diplomatie. Il permet aux compagnies aériennes israéliennes d'assurer à nouveau leurs activités en Turquie. Les vols directs entre les deux pays vont ainsi pouvoir reprendre prochainement. La coopération s'effectue aussi depuis quelques semaines sur les questions de sécurité. Les services de renseignements israéliens et turcs auraient ainsi déjoué des projets iraniens d'enlèvements de citoyens israéliens en Turquie. Mais aussi arrêté dix iraniens soupçonnés de préparer des attentats contre des Israéliens à Istanbul.

La gazoduc israélo-turc relancé ?

Le rétablissement des relations diplomatiques ouvre la voie à d'autres coopérations, notamment dans les domaines touristiques et économiques, comme l'a indiqué un communiqué israélien. "Le renouvellement des liens avec la Turquie est un atout économique important pour les citoyens israéliens", relève Yaïr Lapid. Un communiqué du Premier ministre israélien dévoile qu'une commission économique mixte se réunira en Israël en septembre 2022.

Certains journaux de la région évoquent notamment la possibilité de la reprise des discussions sur un gazoduc entre Israël et la Turquie en projet depuis plusieurs années. Ce chantier est essentiel pour Ankara qui souhaite concurrencer le gazoduc EastMed porté, depuis décembre 2017, par la Grèce, Chypre et Israël qui ont paraphé un accord en janvier 2020 pour le mettre en oeuvre. La Turquie, en bisbille avec Chypre et la Grèce au sujet des ses frontières maritimes depuis la découverte d'hydrocarbures, a refusé de se joindre aux signataires. Elle a même tenté de faire capoter le dossier.

Le resserrement des liens va également favoriser la stabilité régionale. "Le relation de bon voisinage et l'esprit de partenariat au Moyen-Orient sont important pour nous tous (...) Les membres de toutes les religions - musulmans, juifs, chrétiens - peuvent et doivent vivre ensemble en paix", commente Isaac Herzog sur Twitter.

La Turquie va continuer à défendre la cause palestinienne

L'entente cordiale n'est cependant pas inconditionnelle. Mevlüt Çavusoglu a tenu à préciser qu'il "n'abandonnerait pas la cause palestinienne". Le ministre turc des affaires étrangères soulignait, "nous continuerons de défendre les droits des Palestiniens, de Jérusalem et de Gaza." D'ailleurs, il a indiqué, "bien sûr, en tant que Turquie, nous avons décidé de nommer un ambassadeur en Israël, à Tel-Aviv". Et pas à Jérusalem... "Il est important que nos messages soient transmis directement par l'intermédiaire d'un ambassadeur", ajoutait-il.

Lors de sa visite en mai 2022 en Israël, il prédisait qu'une normalisation entre les deux pays aurait un "impact positif sur la résolution pacifique du conflit" israélo-palestinien. Pour Recep Tayyip Erdogan, le retour à "la normalité sert à défendre les droits de nos frères et soeurs palestiniens."

La Turquie avait été le premier pays à majorité musulmane à reconnaître l'Etat hébreu dès 1949. Ankara avait également refusé de rompre ses relations avec Tel Aviv après la guerre des Six-Jours tout en appelant au retrait des troupes israéliennes des territoires occupés en 1967.




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info