Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie veut combler son retard dans le domaine des énergies renouvelables


L’État tunisien vient de lancer, en mai 2018, un appel d'offres pour la réalisation de centrales solaires photovoltaïques. La Tunisie a fixé des objectifs ambitieux en matière de mix énergétique, mais, pour l'instant, les résultats restent timides. English version



La Tunisie veut combler son retard dans le domaine des énergies renouvelables

  >>> En savoir plus

 

La Tunisie va tenter de rattraper son retard en matière d'énergie solaire. Photo FD.
La Tunisie va tenter de rattraper son retard en matière d'énergie solaire. Photo FD.
Le 15 mai 2018, la Tunisie lançait deux appels internationaux à candidature de pré-qualification, pour la réalisation en concession de cinq centrales solaires photovoltaïques (500 MW) et de trois centrales éoliennes (500 MW). Ces projets représentent un investissement estimé à un milliard d'euros. Moins d'une semaine avant, le gouvernement autorisait la construction de dix centrales pour un total de 70 MW et un investissement de 65 M€.

En présentant à la presse les deux appels à candidature, le ministre tunisien de l’Énergie, Khaled Kaddour, soulignait que la Tunisie s'engageait pour la première fois dans « des projets de cette envergure ». Le pays ne dispose en effet actuellement que d'une capacité photovoltaïque installée de 35 MW.

Depuis 2016, la Tunisie tente de sortir de sa dépendance aux énergies fossiles en diversifiant ses sources. « L’énergie constitue, aujourd’hui, un véritable handicap pour le pays », affirme Khaled Kaddour. « La Tunisie ne pourra pas continuer avec le même rythme et les mêmes outils son approvisionnement en énergie. Nous devons innover en matière de projets et identifier des dispositifs pour les financer ».

La Tunisie produit très peu de pétrole et importe l'essentiel des énergies phossiles dont elle a besoin. Photo Caroline Garcia.
La Tunisie produit très peu de pétrole et importe l'essentiel des énergies phossiles dont elle a besoin. Photo Caroline Garcia.
Un engagement tardif comparé à un pays comme le Maroc, déjà largement impliqué dans le solaire et l'éolien. Le premier plan solaire tunisien, annoncé en 2009, est resté lettre morte. En 2016, le pays a adopté une stratégie de transition énergétique pour rattraper son retard. Le plan prévoit de faire passer d'ici 2030 l'éolien et le solaire de 2% à 30% de la production électrique de Tunisie. Ainsi, dans le cadre du plan solaire tunisien, l'opérateur public STEG (Société tunisienne de l'électricité et du gaz), s’est engagé à produire 300 MW d’énergie photovoltaïque et 80 MW d'éolien, pour un investissement total de plus de 350 M€.

Malheureusement, selon le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), « malgré tous les efforts déployés, le rythme de réalisation du Plan solaire tunisien reste en deçà des ambitions tracées ». Le pays dispose d'un potentiel considérable grâce à un ensoleillement de plus de 3000 heures par an. Mais la fiscalité et les contraintes administratives ont bloqué les projets.
Selon Khalil Laabidi, président de l’Autorité Tunisienne pour l’Investissement, les IDE (investissements directs étrangers) dans le secteurs des énergies ont chuté depuis la révolution de 2011. Il estime que la révision de la législation et des procédures d’accès aux primes est maintenant achevée.

La Tunisie va donc de nouveau faire appel aux investisseurs étrangers, en fléchant les capitaux vers le renouvelable au détriment du fossile. « Aujourd’hui, nous aspirons à un retour en force, mais un retour différent », annonce Khalil Laabidi.

Gérard Tur

Mercredi 6 Juin 2018




Lu 2898 fois

Gérard Tur

Les articles qui devraient vous intéresser
< >










RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA