Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

La Tunisie multiplie les mesures d'efficacité énergétique


La Tunisie semble vouloir accélérer en matière d'efficacité énergétique. Pour protéger l'environnement et respecter ses engagement internationaux, mais aussi pour réduire sa facture énergétique qui devrait représenter en 2018 plus de 33% de son déficit commercial. English version


            Partager Partager

La Tunisie multiplie les mesures d'efficacité énergétique

  >>> En savoir plus

 

 

La Tunisie s'engage résolument dans l'efficacité énergétique. Photo CDC.
La Tunisie s'engage résolument dans l'efficacité énergétique. Photo CDC.
Début avril 2018, le ministère de l’Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables organisait, avec l'Anme (Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie) et en présence de Youssef Chahed, chef du gouvernement, une conférence nationale sur « l’accélération de la mise en œuvre des programmes d’efficacité énergétique ». Dans la foulée, le 25 mai 2018, un conseil ministériel décidait de toute une série de mesures.

La Tunisie lutte pour l'efficacité énergétique depuis une trentaine d'années. La banque mondiale la classait en 2017 en 18eme position sur 111 pays dans ce domaine. Mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l'objectif que s'est fixée la Tunisie dans le cadre de l’Accord universel de Paris sur le climat. Il prévoit une baisse de l’intensité carbone de l’économie tunisienne de 41% d’ici 2030, par rapport au niveau de 2010.

La Tunisie estime que la réussite de ce pari sur l'avenir dépend pour 50% de ses performances en matière d'efficacité énergétique. Le pays a adopté, en 2016, un plan de transition fixant comme objectifs une réduction de 30% de la consommation.

Les deux postes les plus importants, sur lesquels la bataille se gagnera ou se perdra, sont les transports et l'industrie, qui représentent chacun 35% de la consommation totale d'énergie du pays. Mais le gouvernement tunisien constate que le rythme adopté ne permettra pas d'atteindre les objectifs fixés. D'où la nécessité de passer à la vitesse supérieure.

Le fonds de transition énergétique sera renforcé. Pour atteindre les objectifs de cogénération, 730 MW en 2030 contre 109 aujourd'hui, l'Anme prévoit la signature de 2 500 contrats-programmes.

Simplifications administratives et aides financières

L'Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie est l'outil de l'Etat tunsien en matière d'efficacité énergétique.
L'Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie est l'outil de l'Etat tunsien en matière d'efficacité énergétique.
L’État tunisien va simplifier les procédures administratives, particulièrement pour les projets de moins d'un mégawatt. Un bureau d’appui et d’orientation accompagnera les porteurs de projets, qui bénéficieront à terme d'un cadre législatif unifié. Dans le même temps, le programme Acte ( Alliance des communes pour la transition énergétique) va aider les municipalités à appliquer sur le terrain la politique nationale.

Le gouvernement a décidé l’audit énergétique des 350 municipalités, l’isolation de 65 000 logements, l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des bâtiments administratifs et des mosquées, le remplacement de 400 000 vieux réfrigérateurs, et de 4 millions de lampes incandescentes par des lampes LED, l'utilisation de LED pour 450 000 points d'éclairage public.

La consommation des centrales électriques sera réduite de 3% d'ici 2020 et les pertes dues au transport de l'électricité doivent passer sur la même période de 16% à 12%. Un million de foyers pauvres se verront équipés de panneaux photovoltaïques. L’État facilitera l'accès aux éclairages et aux réfrigérateurs basse consommation. Il aidera également les familles désirant isoler leurs maisons et subventionnera les voitures électriques, qui remplaceront progressivement les véhicules d'administrations comme la Poste.

Mercredi 27 Juin 2018

Lu 1165 fois











RÉFLEXION

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss