Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie déterminée à développer sa filière céréalière


Dopés par une pluviométrie favorable et des incitations financières, les céréaliers tunisiens ont réussi l’exploit de produire cette année 2,5 millions de tonnes de céréales contre une moyenne de production annuelle de 1,6 million de tonnes. Mieux, cette récolte record qui vient satisfaire plus de 90% des besoins du pays (2,7 millions de tonnes) a tendance à s’inscrire dans la durée.



75% des superficies céréalières se trouvent au nord de Tunisie
75% des superficies céréalières se trouvent au nord de Tunisie
TUNISIE. Le ministère tunisien de l’agriculture, encouragé par les bons résultats de la production agricole, a décidé, mi septembre 2009, de reconduire,  pour une année (jusqu’à fin août 2010), les primes instituées en faveur des céréaliers et de maintenir les prix des céréales à la production.

 Ces prix sont, actuellement, de loin supérieurs aux cours mondiaux.  A titre indicatif, le prix du blé dur subventionné s’élève en Tunisie à 58 dinars (31€) le quintal contre 42,4 dinars (22,7€) à l’échelle mondiale et celui du blé tendre à  45 dinars (24€) contre à 26,4 dinars (14,1€) au plan international.

Autre mesure : le prix de vente subventionné des semences sélectionnées de céréales sera reconduit à raison de 25,4 dinars (13,6 €) par quintal pour le blé dur, et 20,6 dinars (11€) pour le blé tendre.  Il s’agit d’encourager les céréaliers à en intensifier l’utilisation à des fins de rendement.

Côté perspectives, la tendance est d’inscrire ces bons résultats dans la durée. Trois éléments militent en faveur de cette thèse.  Le premier consiste en la ferme détermination de la Tunisie, pays touché, de plein fouet, par la dernière flambée des cours mondiaux des produits alimentaires, à développer la filière céréalière sur des bases solides.

Une stratégie triennale pour booster la filière

A cette fin, une stratégie triennale (2008-2011) a été arrêtée pour accroître la production céréalière.

L’objectif est d’atteindre une production annuelle de 2,7 et de ne plus importer du blé tendre de France, d’Italie et d’Ukraine.

La nouvelle stratégie touche la filière dans son ensemble : encadrement des céréaliers, financement, exploitation des créneaux porteurs (irrigué), recherche.

Point d’orgue de cette stratégie, l’institution d’exonérations fiscales et financières. La location des terres céréalières est exonérée, durant trois ans, des frais d'enregistrement et de la taxe sur le revenu.

Des primes pour la collecte des céréales seront versées et une prime d'investissement sera accordée aux coopératives au titre de l'acquisition d'équipements agricoles et accessoires (40% des prix). 

L’Etat prend en charge les frais d'assurance des prêts saisonniers destinés aux grandes cultures et des contrats prescrits au titre des risques d'incendies et de chute de grêle.

Introduction de variétés à haut rendement

Des variétés à haut rendement et des primes à l'investissement doivent permettre d'aller plus loin (Photo MN)
Des variétés à haut rendement et des primes à l'investissement doivent permettre d'aller plus loin (Photo MN)
Des variétés à haut rendement et des primes à l'investissement doivent permettre d'aller plus loin (Photo MN)
Des variétés à haut rendement et des primes à l'investissement doivent permettre d'aller plus loin (Photo MN)
 Le deuxième élément concerne l’option pour l’irrigation d’appoint. La céréaliculture irriguée couvre actuellement 93 000 hectares et sera portée à 120 000 hectares en 2011. Le rendement à l’hectare irrigué est en effet estimé à 80 quintaux, ce qui justifie des investissements.

Le dernier facteur  militant en faveur d’un accroissement de la production céréalière réside en effet dans l’introduction de nouvelles variétés à haut rendement.

 Les variétés italiennes (Sorogolla et autres…),  expérimentées au nord du pays qui abrite 75% des superficies céréalières (905 000 hectares sur un total de 1,355 million d'hectares), ont donné de bons résultats, 70 quintaux à l’hectare contre une moyenne de 16 quintaux à l’hectare pour les variétés locales.


Brahim Krimi, à TUNIS


Jeudi 17 Septembre 2009



Lu 5799 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Mars 2012 - 15:14 La logistique s'adapte au marché du vin

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

« Dans le contexte actuel, les Méditerranéens font désordre »


avis d'expert

Vincent Giovannoni. Anthropologue, commissaire d'exposition au MuCEM.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF