Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Syrie et l'Algérie seuls pays méditerranéens à ne pas voter contre l'invasion russe en Ukraine


Rédigé par , le Jeudi 3 Mars 2022 - Lu 2148 fois


A une écrasante majorité, les membres de l'Assemblée générale de l'Onu ont adopté une résolution contre l'agression russe en Ukraine (photo: Onu/Loey Felipe)
A une écrasante majorité, les membres de l'Assemblée générale de l'Onu ont adopté une résolution contre l'agression russe en Ukraine (photo: Onu/Loey Felipe)
SYRIE / ALGÉRIE. Au cours de sa onzième session extraordinaire d'urgence, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté, mercredi 2 mars 2022 à une écrasante majorité, une résolution pour dénoncer l'agression russe débutée le 24 février 2022 en Ukraine. Elle "réaffirme son engagement envers la souveraineté, l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues, s'étendant à ses eaux territoriales".

Ce vote intervenait quelques jours après qu'un projet de résolution du Conseil de sécurité sur les mêmes termes avait été rejeté, vendredi 25 février 2022, à cause du veto de...la Russie, l'un des cinq membres permanent de cette institution. Sur les quinze membres du Conseil, onze pays avait voté pour et trois s'étaient abstenus (Chine, Inde, Émirats arabes unis).

L'Assemblée générale, où le droit de veto n'existe pas, s'est inspirée de ce projet dans la rédaction de sa propre résolution. Le texte a bénéficié de 141 voix pour, 5 contre (Russie, Biélorussie, Érythrée, Corée du Nord et donc Syrie) et trente-cinq abstentions. Elle nécessitait une majorité des deux tiers pour être adoptée. La résolution, non contraignante, exige que la Russie retire immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire ukrainien.

Syrie et Algérie votent à contre-courant

La Syrie et l'Algérie ont été les seuls États méditerranéens à marquer leur différence sur le quasi-consensus international autour de cette résolution. Le premier a voté contre. Le second s'est abstenu.
Le président syrien Bachar al-Assad a été fortement soutenu militairement par Moscou, à partir de 2015, lors de la guerre civile. Son allié lui a tout simplement permis de conserver le pouvoir. Il analysait, vendredi 25 février 2022, l'intervention russe comme "une correction de l'histoire et un rétablissement de l'équilibre de l'ordre international après la chute de l'Union soviétique." Bachar al-Assad indiquait également, "la Syrie se tient aux côtés de la Russie, étant convaincue du bien-fondé de sa position" et précisait "faire face à l'élargissement de l'Otan est un droit pour la Russie (...) Les nations occidentales sont responsables du chaos et de l'effusion de sang."

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s'efforce, lui, de maintenir une neutralité dans ce conflit. Déjà en 2014, lors de l'annexion de la Crimée par la Russie, l'Algérie ne savait pas trop comment se positionner. Alger est un allié de longue date de la Russie qui lui fournit la majeur partie de son armement, et l'Ukraine est également un partenaire stratégique en la matière sur des équipements sensibles issus de son complexe militaro-industriel hérité de l'URSS.
Faisant partie des cinq plus importants importateurs mondiaux de céréales, l'Algérie craint aussi pour ses approvisionnements dans ce secteur. Même si Abdelmadjid Tebboune annonçait, fin janvier 2022, vouloir doubler la production nationale de céréales pour réduire les importations. Russie et Ukraine sont ses principaux fournisseurs, ces deux pays contrôlant une grande partie de la production mondiale de blé et de maïs.
A contrario, la Sonatrach, entreprise d'État gérant les hydrocarbures, a fait savoir qu'elle était prête à augmenter ses livraisons de gaz à l'Europe alors que celles en provenance de Russie sont menacées.
La Syrie, le Maroc et l'Algérie se distinguent lors du vote de la résolution de l'Onu contre l'agression russe en Ukraine (carte: Onu)
La Syrie, le Maroc et l'Algérie se distinguent lors du vote de la résolution de l'Onu contre l'agression russe en Ukraine (carte: Onu)

Le Maroc préfère ne pas participer

Quant au Maroc, il n'a tout simplement pas pris part au vote, comme onze autres pays, sans fournir d'explications convaincantes sur ce choix. Selon un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, "la non-participation du Maroc ne saurait faire l'objet d'aucune interprétation par rapport à sa position de principe concernant la situation entre la Fédération de Russie et l'Ukraine". Il indique que "le Royaume du Maroc réaffirme son fort attachement au respect de l'intégrité territoriale, de la souveraineté et de l'unité nationale de tous les États membres des Nations unies" et que "les membres de l'organisation se doivent de régler leurs différends par des moyens pacifiques et selon les principes du droit international, afin de préserver la paix et la sécurité mondiales".

La crainte que l'Égypte ne s'associent pas à cette résolution avait conduit le jour même du vote l'Union européenne (UE) et le G7 (groupe de sept pays parmi les dix les plus industrialisés: Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) à demander officiellement au Caire de condamner l'opération militaire russe en Ukraine. "La tentative de la Russie de déstabiliser l'ordre international aura également des répercussions sur le Moyen-Orient et l'Afrique, y compris l'Égypte", indiquait un communiqué conjoint du G7 et de l'UE. Il en appelait aussi à la "position cohérente en matière de politique étrangère" de ce pays, précisant que "depuis l'ère du président Abdel Nasser (1956-1970), l'Égypte a adhéré et soutenu le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures comme fondement pour l'ordre international moderne". Selon le G7, “l'Égypte croit fermement en l'importance des Nations unies, aussi l'Égypte est considérée comme un fervent partisan des principes de la Charte des Nations unies (...). Les Égyptiens connaissent la valeur de la diplomatie et du dialogue, et ils savent comment se dresser pour défendre les droits d’autrui“. Le Caire a voté pour la résolution.




Lire aussi :
< >

Mardi 5 Juillet 2022 - 16:10 Nouveau record d'inflation en Turquie

Lundi 4 Juillet 2022 - 14:20 L'Iremmo crée une antenne à Marseille €


   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info