Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



La République de Catalogne suspend sa déclaration d'indépendance


Tout en persistant à vouloir annoncer l'indépendance de la Catalogne, Carles Puigdemont, président de la Région, préfère temporiser dans l'espoir d'une solution négociée avec Madrid.


            Partager Partager

Les indépendantistes se lèvent contrariés ce matin du 11 octobre 2017 (photo : F.Matéo)
Les indépendantistes se lèvent contrariés ce matin du 11 octobre 2017 (photo : F.Matéo)
ESPAGNE. Ce matin du mercredi 11 octobre 2017, la Méditerranée aurait pu compter, un nouveau pays : la Catalogne. Une République auto-proclamée avec Barcelone comme capitale. C'est en tout cas ce que craignait Madrid.

Carles Puigdemont aura donc, contre toute attente, un peu entendu les appels lancés mardi 10 octobre 2017 pour éviter la déclaration d'indépendance de la Catalogne. Celui de Donald Tusk, président du Conseil européen, "je vous demande de respecter, dans vos intentions, l'ordre constitutionnel, et de ne pas annoncer une décision qui rendrait tout dialogue impossible". De la Commission européenne, "Nous appelons tous ceux qui sont concernés à sortir de cette crise aussi vite au possible et à entamer un dialogue". D'Inigo Mendez de Vigo, porte-parole du gouvernement espagnol, "je veux demander à M.Puigdemont qu'il n'entreprenne rien d'irréversible, qu'il n'emprunte aucun chemin sans retour, qu'il ne fasse aucune déclaration unilatérale d'indépendance et qu'il retourne à la légalité". Et sans doute aussi celui de la rue où, dimanche 8 octobre 2017, se pressaient quelque 350 000 Catalans contre la séparation avec Madrid.

Madrid va-t-elle mordre la main tendue de Barcelone ?

Le président de la Catalogne a prononcé, au soir du mardi 10 octobre 2017, un discours alambiqué. A son "j'ai le mandat du peuple. La Catalogne a gagné le droit d'être un Etat indépendant sous forme de République", succédait une annonce de suspension de la déclaration d'indépendance pour laisser du temps à la négociation et déboucher sur une "solution négociée" avec Madrid.

Carles Puigdemont n'est donc pas allé au bout de son rêve mais n'y renonce pas pour autant. Il paraphe la déclaration d'indépendance mais en suspend ses effets. Du coup, cette nage entre deux eaux mécontente à la fois ses partisans prêts à fêter la nouvelle République catalane dès le soir et ses adversaires qui ont bien compris qu'il ne s'agissait que d'une temporisation.

Aussi, le gouvernement espagnol s'engouffre dans la brèche laissée mais pour faire écrouler tout l'édifice construit depuis plusieurs années brique après brique. Avec comme apothéose le référendum du 1er octobre 2017 censé constituer les fondations de la nouvelle République. Mariano Rajoy a certainement eu une écoute sélective pour ne retenir dans le texte prononcé devant le Parlement catalan que le non-renoncement à l'indépendance. Une attitude jugée "pas admissible" par les autorités espagnoles.

Le président du gouvernement espagnol, oint du soutien du roi Felipe VI,  a donc décidé de réunir en urgence, mercredi 11 octobre 2017 à partir de 9h du matin, son conseil des ministres. La mèche de l'arme fatale de l'article 155 de la Constitution espagnole - permettant une suspension de l'autonomie de la région - pourrait bien être allumée à cette occasion. Avec comme premier acte de sommer Carles Puigdemont de revenir à l'ordre constitutionnel en précisant un délai. Madrid mordrait ainsi la main tendue de Barcelone, il est vrai bien mollement. La journée du 11 octobre pourrait bien être un nouveau jour décisif pour la Catalogne.


Mercredi 11 Octobre 2017

Lu 1582 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 09:09 SOS Méditerranée renonce à affréter l'Aquarius


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss