Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Méditerranée va sauver ses espadons en péril


Rédigé par , le Lundi 21 Novembre 2016 - Lu 2661 fois


La surpêche d'espadons menace l'espèce en Méditerranée (photo : Keith Ellenbogen/Oceana)
La surpêche d'espadons menace l'espèce en Méditerranée (photo : Keith Ellenbogen/Oceana)
MEDITERRANEE. Au cours de sa 20e réunion extraordinaire tenue du 14 au 21 novembre 2016, à Vilamoura (Portugal), la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) a décidé de fixer des quotas de pêches pour l'espadon en Méditerranée.

Ce poisson pélagique se trouve menacé par une surpêche dénoncée depuis vingt cinq ans par la CICTA. Selon son comité scientifique, la biomasse du stock reproducteur d'espadons (poids cumulé de tous les individus capables de se reproduire) se situe 88% en-dessous des niveaux nécessaires pour maintenir le stock durablement. De même, les captures concernent à 70% des individus trop jeunes (moins de trois ans) qui n'ont pas le temps de se reproduire.

Le WWF (Fonds mondial pour la nature) parle de trente ans de dérives et indique que l'espadon pourrait disparaître en 2050. "Il est urgent de réagir pour inverser cette tendance menant au déclin de l'espèce", souligne Giuseppe Di Carlo, directeur de l'initiative Marine Méditerranée du WWF.

Pour la première fois, les cinquante pays membres de la CICTA adoptent donc, lundi 21 novembre 2016, un texte fixant à 10 500 tonnes les espadons pouvant être capturés en 2017 en Méditerranée. Ce quota baissera de 3% par an de 2018 à 2022.

75% des captures en Méditerranée sont assurées par des flottes européennes et principalement italienne, espagnole et grecque.

"Les données sur les échanges commerciaux mélangent les captures des stocks d'espadon de l'Atlantique bien gérées avec celles de la Méditerranée. Nous savons que l'espadon méditerranéen est épuisé, ne bénéficie d'aucun contrôle et que son marché ne dispose d'aucune traçabilité. Ceci ouvre largement les ports à la pêche illégale et aux jeux commerciaux pour faire face à la demande"  explique Lasse Gustavsson, directeur exécutif d'Oceana pour l'Europe.

Cette ONG indique que "contrairement au thon rouge, de commerce international, cette espèce se trouve à la fois commercialisée et consommée entièrement dans la région." Oceana constate ainsi que l'Italie a besoin d'importer quatre fois plus d'espadons frais (16 363 tonnes) que la quantité qu'elle capture. L'Espagne exporte en moyenne 8 323 tonnes d'espadon frais vers l'Italie mais l'origine de ce poisson reste inconnue.

Selon Oceana, premier exportateur d'espadons frais avec 38% de parts de marché, le Maroc n'exerce aucune traçabilité. De 2007 à 2011, ses exportations ont ainsi dépassé en moyenne de 185 tonnes ses captures. L'ONG affirme "ignorer si ces captures exportées proviennent d'Atlantique ou de Méditerranée."

L'Algérie, la Tunisie et la Turquie consacrent toutes leurs captures à la demande intérieure.

Vendu jusqu'à 24€ le kilo, l'espadon est un poisson très recherché. Depuis 2012, le stock d'espadons pêchés s'est stabilisé autour de 10 000 tonnes par an contre 12 à 16 000 tonnes entre 1988 et 2011.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info