Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

La Libye étudie l'implantation de plusieurs raffineries de pétrole




La rencontre entre le Ministère du Pétrole et la NOC a permis d'avancer sur le dossier des exportations pétrolières en Libye (photo : NOC)
La rencontre entre le Ministère du Pétrole et la NOC a permis d'avancer sur le dossier des exportations pétrolières en Libye (photo : NOC)
LIBYE. La production de pétrole se trouve en recul de 300 000 barils par jour en Libye, tombant à moins d'1 million b/j en avril 2021 contre 1,3 million, le mois avant. Selon la NOC (National Oil Corporation), cette situation s'explique par les dettes des entreprises du secteur qui n'arrivent plus à faire face au maintien des activités. Elles s'élèveraient à plus de 891 000 $ (738 000 €) par jour. "Nous disposons de capacités nous permettant d'élever le niveau de la production quotidienne de pétrole à deux millions de barils par jour, dans un proche avenir, mais le fait de ne pas approuver les budgets nécessaires pour le secteur nous a empêché d'atteindre cet objectif", commente Mustafa Sanallah. Président du Conseil d'administration de la NOC, il précise que "certaines entreprises ont été contraintes d'arrêter la production en raison du manque de pièces de rechange et du matériel d'exploitation nécessaire."

Mercredi 21 avril 2021, au cours d'une réunion à Tripoli au siège de la NOC, il avait exhorté Mohamed Aoun, ministre libyen du Pétrole et du Gaz du nouveau gouvernement de transition. "Aidez-nous à obtenir les budgets nécessaires, car, si toutes les capacités ne sont pas exploitées, la situation va malheureusement se détériorer." Il s'inquiétait notamment des conséquences sur le manque de carburant de toutes sortes sur le marché local et l'échec de la reconstruction des réservoirs de carburant sur la route de l'aéroport international de Tripoli, dont la plupart ont été détruits en raison des multiples batailles de 2014 à 2020. "Ceci provoque des crises dans l'approvisionnement des stations-service, qui est l'un des problèmes dont nous souffrons aujourd'hui", souligne le président de la NOC.

Lundi 26 avril 2021, il a été partiellement entendu lors d'une réunion d'urgence avec Refaat Mohammed Al-Abbar, sous-secrétaire du ministère du Pétrole et du Gaz, au siège de l'Arabian Gulf Oil Company à Benghazi. Le nouveau gouvernement a accepter d'allouer 1 milliard de dinars libyens (180 M€) dans le cadre d'un accord visant à mettre fin à l'état de force majeure sur les exportations de pétrole du brut du port pétrolier de Marsa Al Hariga, à l'Est du pays. La NOC l'avait décrété le 19 avril 2021 alors que la Banque centrale de Libye refusait de valider le budget du secteur pétrolier. En mars 2021, le gouvernement libyen a accordé 1,6 mrd$ (1,33 mrd€) pour financer les activités énergétiques du pays, dont un tiers pour la NOC qui veut utiliser cette somme pour réhabiliter les installations.

"Pour être honnête avec vous, la relation entre le ministère du Pétrole, et la National Oil Corporation a toujours été une relation de tensions, mais à ce stade critique de l'histoire contemporaine de la Libye, nous n'avons que solidarité et intégration en tête", soulignait Refaat Mohammed Al-Abbar. "Je salue et apprécie vivement les efforts du président et des membres du conseil d’administration qui ont travaillé dans des conditions critiques et difficiles et qui n’ont ménagé aucun effort pour maintenir la neutralité de ce secteur. Je ferais de mon mieux pour relever tous les défis, surmonter les difficultés et les goulots d'étranglement et fournir le financement nécessaire à temps (...) Il ne faut pas perdre plus de temps", complétait-il.

Produire des produits raffinés pour éviter de les importer

Parallèlement à ces soucis d'intendance, samedi 24 avril 2021, Mohamed Hwej, ministre libyen de l'Economie et du Commerce, et Mohamed Aoun ont dévoilé qu'ils étudiaient des projets de construction de raffinerie dans plusieurs régions du pays. Elles seraient financées par des investissements locaux et internationaux sous forme de Partenariats Public Privé (PPP). "Le gouvernement, à travers ses ministères compétents, prendra toutes les mesures législatives et exécutives nécessaires pour soutenir ces projets, fournir des installations et un soutien technique aux entreprises privées locales et étrangères, en coopération avec des entreprises nationales spécialisées", indique Mohamed Hwej.

La production de carburant et la conversation de gaz naturel en diesel de haute qualité permettrait de mieux couvrir la demande domestique. Et ainsi d'éviter à la Libye, pays aux ressources d'hydrocarbures exceptionnelles, d'avoir recours à l'importation pour ces produits pétroliers raffinés. Elle générerait aussi une diversification de revenus.

L'idée n'est pas nouvelle. En octobre 2013 déjà, le Premier ministre de l'époque, Ali Zeidan, avait annoncé la construction de deux raffineries de pétrole. L'une devait s'implanter à Tobrouk avec une capacité de 300 000 barils par jours et l'autre à Ubari (50 000 b/j) dans la région du Fezzan (Sud-Ouest).

La Libye dispose aujourd'hui de quatre raffineries sur son sol. Celle de Zawiyah (120 000 b/j), près de Tripoli, a redémarré ses opérations fin octobre 2020 selon la NOC. Deux autres à l'Est du pays, Tobrouk (20 000 b/j) et Sarir (10 000 b/j) ont repris du service en toute fin d'année 2020, comme l'indique l'Arabian Gulf Oil Company, filiale de la NOC.

Par contre, la plus importante, celle de Ras Lanouf (golfe de Syrte) d'une capacité de 200 000 b/j, est fermée depuis 2013. Proche d'un port et d'un aéroport, elle a été inaugurée en 1984 près du principal champ pétrolifère du bassin de Syrte et est alimentée par deux oléoducs. Ras Lanouf produisait du mazout, du gaz de pétrole, du naphta, du kérosène, du benzène, du butadiène et du MTBE (Méthyl tert-butyl éther - éther liquide).

Lire aussi : Perspectives économiques de la Libye : Le pétrole, carburant des futurs investissements

Lundi 26 Avril 2021

Lu 1092 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.