Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Grèce tente désespérément de désengorger les camps de ses îles face à l'afflux de migrants


Le gouvernement grec cherche des solutions pour désengorger les camps de réfugiés de ses îles face à l'afflux récent de migrants avec plus de 40 000 arrivées en quatre mois. De nouveaux centres voient le jour sur le continent mais ceci ne fait que déplacer le problème.


            Partager Partager

Jeune migrant venus d'Afghanistant dans le camps de réception de Moria sur l'île de Lesbos (photo : HCR/Gordon Welters)
Jeune migrant venus d'Afghanistant dans le camps de réception de Moria sur l'île de Lesbos (photo : HCR/Gordon Welters)
GRÈCE. 2 000 nouveaux candidats à l'asile politique ont posé le pied sur le sol grec ces quatre derniers jours. 1 350 sur le seul week-end. Ces arrivées, qui ne cessent de grossir à un rythme très soutenu, aggravent la situation déjà explosive des camps de réfugiés sur les îles de Samos, Lesbos, Chios, Los et Leros. La politique de désengorgement de ces camps mise en place ne semble donc avoir aucun effet. Aussi, le gouvernement grec vient d'annoncer qu'ils vont être remplacés par de nouvelles structures, pas aussi attrayantes qu'il n'y parait.
 
Ces centres pourront accueillir 5 000 personnes chacun. Ils disposeront de lieux de cultes, d'écoles, de réfectoires, mais il s'agira de camps fermés d’où ne pourront sortir que les demandeurs d'asile dont le dossier a été accepté. Dans le cas contraire, les réfugiés seront renvoyés soit en Turquie, soit dans leur pays d’origine.
Dans le même temps, les conditions de travail des ONG sur place seront plus restrictives, alors que les délocalisations vers le continent vont s’accélérer. 

Les mairies concernées ont, dans un premier temps, accueillies la nouvelle avec satisfaction. Mais, face aux arrivées constantes - 40 000 ces quatre derniers mois - elles s'inquiètent. D'où l’annonce de l’embauche de 1 200 gardes-côtes supplémentaires pour rendre les frontières grecques plus hermétiques. La priorité du gouvernement conservateur est de calmer la colère grandissante d’une grande partie de la population. Aussi, il affiche l'objectif de relocaliser 20 000 réfugiés sur le continent d'ici la fin 2019 et d’en renvoyer 10 000 en Turquie sur l'année 2020. Il promet également de traiter plus rapidement l’étude des demandes d’asile.


27 000 personnes pour 4 500 places

Ces nouvelles mesures interviennent 24 h à peine après que le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, ait déclaré dans un entretien au journal allemand Handelsblatt, "il n’est plus question que la Grèce et les autres pays d’entrée en Europe soient considérés comme des parkings bien commodes pour les réfugiés et les migrants. Cela ne peut pas continuer ainsi. L’Union européenne ignore le problème",  a-t-il souligné en se demandant "si c’est ça la solidarité européenne?".
 
Dans la foulée Kyriakos Mitsotakis a mis en garde le président turc Recep Tayyip Erdogan : "je lui ai dit qu’il ne peut continuer à instrumentaliser les réfugiés ainsi s’il veut avoir de bonnes relations avec la Grèce." Pas certain qu'il soit entendu, car les arrivées se poursuivent aggravant la situation des centres d’accueil .

Ces camps d’identification des nouveaux arrivants accueillent pour l’instant 27 000 personnes, dans des conditions épouvantables, alors que leur capacité totale est de 4 500. En moins d’un mois, deux enfants sont morts, l’un écrasé par un camion alors qu’il dormait dans un carton aux abords du camps surpeuplé, l’autre, un nourrisson, est mort de déshydratation faute de soins. Les nouveaux camps pourront héberger chacun un total de 15 000 personnes. Les 12 000 autres restantes seront évacuées sur le continent dans des camps situés pour la plupart dans le nord du pays sans, selon les premiers témoignages, d’infrastructures adéquates.

Déplacement du problème

En déplaçant ces migrants sur le continent, le gouvernement ne fait que déplacer la colère des habitants des îles - qui réclament à cor et à cri le départ des réfugiés - vers celles des habitants des régions qui jouxtent les nouveaux camps de réfugiés, et qui eux refusent net leur installation près de chez eux.

Mi-novembre 2019, des barrages et des jets de pierres ont empêché deux bus de familles de réfugiés délocalisées dans la région d’Ano Vista d’approcher le camps tout nouvellement construit pour elles. Les cars, sous haute escorte policière, ont du rebrousser chemin vers les hôtels les plus proches. Ce type d’actions se multiplie et le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) de l'Onu s’en est officiellement inquiété. D’où l’enveloppe de 50 M€ d’euros annoncée pour "effectuer des travaux dans les municipalités acceptant d’accueillir des migrants ".

Le Journal des Rédacteurs, média grec, décrit l’ensemble de ces nouvelles mesures comme des mesures "à l’odeur d’extrême droite". "Les demandeurs d’asile ne sont pas des criminels pour être enfermés. S’ils fuient la guerre, ce n’est pas pour se retrouver dans une prison", a déclaré, de son côté, l’association Refugees Welcome. Les ONG pro-réfugiés dénoncent, elles, des mesures "d’extrême droite dommageables pour les réfugiés" et rappellent que la Grèce a été plusieurs fois accusée de procéder au renvoi illégal de migrants en pleine mer.

Jeudi 21 Novembre 2019

Lu 1926 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.