Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Grèce revient sur le marché obligataire la tête haute


Alexis Tsipras réussit le retour de la Grèce sur le marché obligataire et donne une belle bouffée d'oxygène à son pays en négociant un taux à la baisse lui permettant d'alléger de 2 mrds€ ses échéances financières.



Le vent souffle à nouveau dans le bon sens en Grèce (photo : F.Dubessy)
Le vent souffle à nouveau dans le bon sens en Grèce (photo : F.Dubessy)
GRÈCE. « L’obligation est un succès absolu », a souligné le premier ministre grec Alexis Tsipras dans un communiqué. « Ce retour est une bonne nouvelle et un nouveau signal de confiance dans l'économie grecque", a declaré de son coté Pierre Moscovici. Le commissaire européen aux Affaires économiques avait fait le déplacement à Athènes pour soutenir l’opération. "Préparons le retour complet sur les marchés à l'été 2018 !", a-t-il même lancé au ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos qui précisait de son côté "qu'une deuxième et une troisième émission" se dérouleraient avant cette date.

Alexis Tsipras a même mieux réussi son pari que son prédécesseur conservateur Antonis Samaras qui avait opéré un même retour voici trois ans puisque les taux proposés pour ces 3 mrds€ sur cinq ans sont de 4,625 % contre 4,95 %. Une baisse des intérêt perçue à Athènes comme une marque de confiance des marchés.

Les Grecs, eux, se trouvent divisés. A droite, les conservateurs relèvent que ce retour doit préparer le pays à sortir de la crise et non faire la publicité du gouvernement. La gauche accuse, elle, ce gouvernement de privilégier les grands indicateurs au détriment du quotidien des Grecs. Et les syndicats de citer en exemple une femme de ménage qui s’est suicidée la semaine dernière car elle ne recevait plus son salaire depuis quinze mois. Ce phénomène touche, selon le ministère du travail 400 000 Grecs, beaucoup plus, 1,5 million, selon le journal conservateur Kathimerini. La presse souligne que le gouvernement n’avait pas besoin de liquidités puisque les créanciers assurent et que la Grèce dispose d'un prêt de 86 mrds€ dont une partie a déjà été décaissée. Cette opération, selon les media grecs, devient donc plus politique qu’économique. Elle tendrait à prouver que les politiques imposées par les créanciers se trouvaient justifiées et que la décision d’Alexis Tsipras de s’y plier était la bonne.

A moins de deux ans des législatives, pour un Alexis Tsipras en chute libre dans les sondages, cela peut faire la différence. Cela peut également donner un coup de pouce dans le camp d’Angela Merkel en pleine campagne électorale pour les élections législatives du 24 septembre 2017.

Fermer le long chapitre de l'austérité

Pour autant, les connaisseurs du dossier jugeaient très positivement le résultat. "Magnifique", remarquait l'un d'eux. "Une très bonne opération", lançait un autre, soulignant que la Grèce avait su saisir l'opportunité d'une abondance de liquidité sur les marchés, et des bonnes nouvelles récentes la concernant.
En particulier, l'annonce la semaine dernière par le Fonds monétaire international (FMI) de sa participation sous condition au programme d'aide à la Grèce, la sortie de celle-ci de la procédure de déficit excessif de l'UE, et l'amélioration de sa cote ou de sa perspective par les agences de notation Moody's et SP Global Ratings.

Accessoirement, l'opération de mardi 25 juillet 2017, avec l'échange de l'obligation de 2014, permettra d'alléger de près de 2 mrds€ les échéances financières lourdes prévues en 2019. La Grèce a "les moyens actuellement de (...) fermer le long chapitre de l'austérité", soulignait Pierre Moscovici. Mais, a-t-il bien insisté, à condition de conclure "avec sérieux" la dernière année du programme, celle qui consiste non plus à voter des réformes, mais à les mettre en oeuvre concrètement.

Pour beaucoup, cette déclaration a été plus perçue comme une menace que comme un encouragement.  


Angélique Kourounis, à ATHÈNES


Mercredi 26 Juillet 2017



Lu 4120 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Le wahhabisme saoudien en Afrique de l'Ouest


avis d'expert

Laurence-Aïda Ammour, analyste en sécurité et défense pour l'Afrique du Nord-Ouest, associée au groupe d’analyse de JFC Conseil


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF