Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Grèce officiellement libérée de la tutelle de l'Union européenne


Rédigé par , le Lundi 22 Août 2022 - Lu 798 fois


La Grèce n'est plus sous tutelle de la Commission européenne (photo: F.Dubessy)
La Grèce n'est plus sous tutelle de la Commission européenne (photo: F.Dubessy)
GRÈCE. "Un jour historique pour le pays et pour les Grecs". C'est ainsi que Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec, a célébré, samedi 20 août 2022, la sortie officielle de la Grèce de la tutelle de la Commission européenne dans une adresse à la nation.
"Grâce aux sacrifices et à la résilience de son peuple et à la détermination des autorités, la Grèce clôt aujourd'hui un chapitre difficile de sa longue et fière histoire", déclarait de son côté Paolo Gentiloni, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, à la fiscalité et à l'union douanière.

En 2010, suite à la crise économique, face à un mur de dette, et à l'impossibilité d'Athènes d'accéder aux marchés financiers pour la financer, l'Union européenne (UE), la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) étaient venus au chevet d'un pays exsangue. Trois plans de sauvetage se sont succédé pour un total de 289 mrds€. Le déblocage des sommes était cependant lié à de fortes contrepartie. Les créanciers exigeaient de nombreuses réformes très impopulaires dont une baisse des salaires et des retraites, l'augmentation des impôts, mais aussi des contraignantes mesures d'austérité, sans cesse renouvelées, dans les budgets des administrations, de nombreuses privatisations et le gel des embauches dans le public.  "Un cycle de douze ans qui a apporté de la douleur aux citoyens, fait stagner l'économie et diviser la société se referme", résume aujourd'hui le Premier ministre grec. Kyriakos Mitsotakis prédit "un nouvel horizon clair de croissance, d'unité, de prospérité émerge pour tous".

Solde par anticipation de sa dette envers le FMI

En août 2018, à la fin du troisième programme, l'UE décide d'appliquer à la Grèce un régime spécial de surveillance renforcée de son économie pour voir si le gouvernement continue sur la bonne voie et notamment contrôler la mise en place des réformes votées. Dans le même temps, Athènes s'engage à maintenir un surplus primaire (avant service de la dette) de 3,5% de son PIB.

Pour Paolo Gentiloni, " la Grèce a effectivement mis en œuvre des réformes essentielles pour renforcer son économie et ses finances publiques. Ses réalisations sont d'autant plus louables que cette période a été marquée par deux chocs extérieurs graves : la pandémie de Covid-19 et l'invasion de l'Ukraine par la Russie".

Cette tutelle aura permis de sauver ce pays de la faillite, mais aussi de préserver la zone euro.

 En mai 2022, le pays solde par anticipation, avec deux ans d'avance, l'ensemble de sa dette avec le FMI, soit 1,85 mrds€. Ceci lui a permis d'économiser quelque 230 M€ d'intérêts.

Athènes contrainte d'enchaîner les excédents budgétaires

Même si Kyriakos Mitsotakis indique "nous avons une forte croissance et une baisse importante du chômage de 3% depuis l'an dernier et de 5% depuis 2019", la Grèce se trouve toujours dans une situation délicate. Le taux de chômage se situait à 30% au plus fort de la crise, il était encore de 14,8% selon la Banque mondiale en 2021 et serait tombé à 12% en 2022 (7% en moyenne dans la zone euro). La Commission européenne prévoit certes une croissance de 4% de son PIB en 2022 (2,6% de moyenne dans la zone euro), contre 8,3% en 2021, principalement grâce au tourisme. Mais, à 216 mrds$ (215,7 mrds$) en 2021, il demeure encore inférieur de plus de 15% par rapport à son niveau de 2008. La Banque mondiale indiquait une inflation en progression de 1,2% en 2021.

Il va bien falloir combler le trou causé par les effets de la dette qui devrait s'élever à 180% du PIB (97% en moyenne dans les autres pays de la zone euro) d'ici à la fin de l'année 2022. Ainsi que relever les salaires, parmi les plus faibles de la zone euro. Et pour cela, Athènes se voit contrainte d'enchaîner les excédents budgétaires.

"La Commission continuera à soutenir la Grèce dans cette nouvelle phase de son développement économique, en travaillant en partenariat pour réaliser les réformes et les investissements prévus dans l'ambitieux plan de redressement et de résilience", assure Paola Gentiloni. En juin 2021, l'Union européenne approuvait le plan de relance de la Grèce d'un montant de 17,8 mrds€ sous forme de subventions et de 12,7 mrds€ sous forme de prêts dans le cadre de Facilité pour la reprise et la résilience (FRR).




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info