Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Grèce lance un Plan stratégique de croissance pour accompagner sa sortie de tutelle


A trois mois de la sortie de la Grèce des programmes d'aides, Alexis Tsipras présente un Plan stratégique de croissance destiné à remettre sur les rails une Grèce qui renoue avec la croissance après neuf ans de tutelle financière.



Alexis Tsipras veut remettre en ordre de marche son pays (photo : F.Dubessy)
Alexis Tsipras veut remettre en ordre de marche son pays (photo : F.Dubessy)
GRÈCE. Alexis Tsipras présentait, mercredi 23 mai 2018, son Plan stratégique de croissance au Parlement grec. Qualifié de "pilier du rétablissement de l'économie grecque", ce document et ses propositions accompagneront la sortie de la Grèce du programme d'aide financière prévue le 20 août 2018. Après neuf ans de tutelle européenne et trois programmes de prêts d'un montant total de 260 mrds€ - plus un versement final attendu en juillet 2018 de 10 à 12 mrds€ - et une série de plans d'austérité, Athènes pourra alors revenir, seule, sur les marchés financiers. Et mettre en oeuvre sa propre politique économique jusqu'alors dictée, depuis 2010, par ses créanciers, le Fonds monétaire international (FMI) et la zone euro.

Le premier ministre grec place "le capital humain au coeur de sa stratégie de croissance durable avec l'objectif de proposer plus de meilleurs emplois bien payés à sa population." Les principales mesures bénéficieront ainsi d'abord à ceux qui ont souffert de l'austérité depuis ses longues années de diète imposée par les créanciers d'une Grèce exsangue. Avec la lutte contre le chômage et la précarité de l'emploi, le document d'une centaine de pages s'intéresse principalement à deux autres thèmes : le retour à la normalité dans le domaine bancaire et la réforme du secteur de l'énergie.

Trois mesures symbolisent ces trois priorités. La première concerne la revalorisation du salaire minimal, actuellement à 684 € brut, accompagnée d'une volonté d'éradiquer l'économie informelle. La seconde s'appuie sur la création d'une banque nationale de développement. Elle aura pour mission de financer les Pme et les start up face au désengagement des banques sur les prêts aux entreprises. La troisième verra l'initiation d'un Plan national de l'énergie et du climat courant jusqu'en 2030. Ses objectifs précis seront publiés en 2019 et devront "s'attaquer aux priorités environnementales et aux objectifs définis par la politique énergétique de l'Union européenne", précise le Plan stratégique de croissance. Cette transition passera également par le Plan national stratégique de transport adopté en mai 2017 qui comprend notamment "le développement d'un réseau trans-européen intégré, interopérable et respectueux de l'environnement".

Un excédent primaire à 4,2%

Pour mieux rebâtir, le gouvernent grec s'est déjà engagé, en 2017, dans une grande réforme de son administration avec des mesures (gouvernement local, management des ressources humaines, stratégie d'e-gouvernement...) entrant en vigueur jusqu'en 2019.

En 2017, la Grèce renouait enfin avec la croissance (+1,4%) après neuf années de récession. "Nous allons réussir dans ce que nous appelons une sortie propre des plans d'aide. Cela signifie une sortie sans ligne de crédit, comme cela s'est passé pour d'autres pays (NDLR : Le Portugal notamment) qui étaient dans la même situation et sont parvenus à s'en sortir avec succès", indiquait Alexis Tsipras fin avril 2018.

Envisagé à +0,5%, l'excédent primaire (hors paiements des intérêts de la dette) a connu un surplus de 3,8% en 2016. La performance a été rééditée en 2017 avec un objectif de 1,75% pour 4,2% réalisés. Le budget est désormais équilibré ce qui permet à Athènes de reprendre son indépendance financière mais aussi de rassurer la zone euro. "Il faut que le gouvernement grec s'en tienne aux réformes mises en oeuvre et à la trajectoire budgétaire post-programme, ce qui veut dire dégager régulièrement d'importants excédents primaires sur une période prolongée", commentait Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne fin avril 2018.

Croissance continue du PIB

Demeure toutefois le problème de la colossale dette du pays atteignant 178 % du PIB à fin 2017. Les travaux techniques sur son allégement ont débuté fin février 2018 pour qu'une décision soit rendue à la fin de l'été de la même année. Le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES) déclarait alors : "Si la soutenabilité de la dette nécessite un allégement, nous sommes disposés à l'accorder tant que la Grèce poursuit les réformes." La zone euro veut s'assurer qu'une fois la bride lâchée, Athènes continuera à mener une politique budgétaire prudente. "Nous devons trouver un allégement de la dette qui soit convaincant", estimait Pierre Moscovici, fin avril 2018. Le commissaire européen aux Affaires économiques, suivant une proposition française, veut lier remboursement de la dette et croissance du PIB. En clair, plus le PIB augmente et plus les remboursements seraient importants afin de libérer plus rapidement la Grèce de ce poids.
Le scénario le plus crédible semble être celui d'une suppression rapide d'une partie de la dette, suivie d'allégements étalés dans le temps.

La Grèce se trouve toujours en catégorie spéculative mais, voici quatre mois, Moody's notamment a relevé la note de deux crans (de Caa2 à B3) jugeant que "le pays a bouclé avec succès son troisième programme de soutien et qu'il est en mesure de se financer à nouveau par ses propres moyens". Suivant Standard & Poor's (janvier 2018), Fitch l'a relevé en février 2018 d'un cran (B- à B+) estimant que "la viabilité de la dette va s'améliorer au vu d'une croissance soutenue et de risques politiques réduits. Les deux trois agences conservent une perspective positive à cette note.

Selon les projections du Plan stratégique, la croissance du Produit intérieur brut devrait atteindre 2,3% en 2018, 2,5% en 2019 et 2,1% à l'horizon 2020-2022. Dans le même temps, les investissements devraient afficher une croissance annuelle de respectivement 13,1% (2018), 10,5% (2019) et 7,6% (2020-2022) et la consommation privée passé de +0,5% en 2018 et 1,4% en 2019 à +1,2% en 2020-2022.

Autre signe de bonne santé, les exportations repartent. En 2017, la croissance des exportations de biens et services a représenté 33% du PIB (contre 19% en 2009). D'ici 2025, Les objectifs du Plan national pour les exportations 50% du PIB d'ici 2025.





Mercredi 23 Mai 2018



Lu 1378 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 13 Juillet 2018 - 15:20 La Grèce en liberté très surveillée


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA