Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

La Grèce entend revisiter les contours de l'accord établi avec le FMI et l'Union européenne


Rédigé le Lundi 9 Mai 2011 à 12:34 | Lu 1339 commentaire(s)


L'euro est encore fragilisé par la situation grecque (photo F.Dubessy)
L'euro est encore fragilisé par la situation grecque (photo F.Dubessy)
GRECE. Le gouvernement grec appelle à une baisse des taux d'intérêts et à un soutien financier plus fort des pays européens.

Athènes souhaite assouplir les mesures d'austérité qui ont conditionné l'octroi de 110 M€ du plan de sauvetage. Le quotidien allemand "Die Welt"   rapporte que le gouvernement grec considère ces mesures comme contraignantes et pouvant bloquer la croissance économique grecque.

Le gouvernement grec demande également à ce que de nouveaux soutiens puissent permettre un allongement "des obligations venant à maturité en 2010 pour un montant de 65 mrds €". Le ministre britannique des finances, Georges Osborne, s'est, quant à lui, déclaré contre l'octroi d'une aide supplémentaire à la Grèce.

Par ailleurs, les craintes sur la sortie de la zone euro de la Grèce et sur ses difficultés économiques s'amplifient. En effet, même la Bourse de Paris a été touchée ce lundi 9 mai 2011 par une baisse de 0.95%, les investisseurs se montrant plus frileux particulièrement dans le secteur bancaire.

L'ensemble des pays de l'Union européenne a pourtant exprimé de manière claire leurs refus de la sortie de la Grèce de l'euro, lors d'une réunion le vendredi 7 mai 2011 au soir. Ils ont à nouveau souhaité soutenir la Grèce à travers une réunion ministérielle informelle, le vendredi 7 mai 2011 avec, autour de la table, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Luxembourg, Olli Rehn (Commission européenne) et Jean-Claude Trichet (BCE). Ceux-ci se sont déclarés prêts à trouver des solutions pour que la Grèce puisse débourser environ 23 mrds € pour des titres de la dette arrivés à échéance.




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation