Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Grèce accepte le retour de 1500 migrants d'Allemagne


GRÈCE. Dans le cadre d'accords bilatéraux dits "transitoires", l'Allemagne va pouvoir renvoyer 1 500 migrants arrivés en Europe via la Grèce. A Athènes, l'opposition parle d'échec de la politique migratoire.



La Grèce continue à recevoir des réfugiés mais peine à les accueillir décemment (photo : OIM/Armanda Martinez Nero)
La Grèce continue à recevoir des réfugiés mais peine à les accueillir décemment (photo : OIM/Armanda Martinez Nero)
GRÈCE. C'est officiel, Athènes va reprendre 1 500 migrants entrés par son pays que l’Allemagne lui renvoie, tandis que Berlin s’est engagé à en accueillir, prochainement mais sans donner de date, 2 900 autres dans le cadre de la politique du regroupement familial.

Cet accord fait grincer des dents en Grèce, un pays plus empêtré que jamais dans la crise migratoire.

Le processus de retour de ces exilés est prévu par les accords bilatéraux dits "transitoires", passés entre l'Allemagne, la Grèce et l'Espagne après le mini-sommet européen sur la crise migratoire tenu à Bruxelles dimanche 24 juin 2018.

Ils prévoient la reprise, à l'avenir, par la Grèce et l'Espagne des demandeurs d'asile qui seront interpellés à la frontière germano-autrichienne, s'ils ont déjà été enregistrés dans les bases européennes de données EURODAC.

60 000 migrants en Grèce

Pour Dimitris Vitsas, ministre grec de la politique migratoire, "ces accords n’ont de raison d’être que dans l’attente d'une révision du système européen d'asile qui divise l'Union européenne." Ces pactes a-t-il souligné " visent à trouver une solution unique européenne pour le règlement du flux migratoire et limiter les actes unilatéraux." Sauf que, de son propre aveu, pour l'instant cette révision se fait attendre.

D’où les violentes critiques de l’opposition conservatrice qui parle "d’un échec de la politique migratoire grecque" et met l’accent sur les arrivées quotidiennes de nouveaux migrants, entre 100 et 200 chaque jour rien que sur les îles. 
Le pays peine toujours à accueillir décemment les 60 000 migrants et réfugiés déjà présents sur son territoire, les camps de rétention sont surpeuplés et 18 000 migrants environ restent toujours piégés dans les îles. Selon le derniers chiffres disponibles de l'Organisation internationale des migrations (OMI), 14 678 migrants sont arrivés en Grèce entre le 1er janvier et le 15 juillet 2018 contre 9 723 sur la même période en 2017.

Alors, reprendre ceux que l’Allemagne refuse passe mal. Les opposants du gouvernement n’hésitent pas à parler d’une politique d’apothicaire sur le mode "vous prendrez bien un peu de dette et je vous prend des migrants". Critiques d’autant plus acerbes que les partenaires européen de la Grèce avaient, voici deux ans au pic de la crise migratoire, promis de relocaliser 160 000 réfugiés. Un engagement tenu seulement à 28 % et depuis définitivement mis aux oubliettes. 

Dans le même temps, Athènes a augmenté le prix du passeport qu’elle octroie a tout investisseur étranger non européen. Jusqu’à présent 250 000 € déposés en banque ou investis dans l’immobilier suffisait. Désormais, il faut investir pas moins de 400 000 € par personne dans l immobilier toujours ou dans les actions et obligations grecques pour obtenir ce passeport dorée. Dans les faits, il s'agit simplement d'un permis de séjour valable cinq ans qui ouvre les portes de l'Union européenne. 




Jeudi 19 Juillet 2018



Lu 1535 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA