Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info





La France met son veto aux négociations d'adhésion à L'UE de l'Albanie et la Macédoine du Nord



            Partager Partager

Zoran Zaev, Premier ministre de Macédoine du Nord, avait pensé s'ouvrir les portes de l'UE en signant avec son homologue le Grec Alexis Tsipras l'accord de Prespe (photo : Gouvernement Macédoine du Nord)
Zoran Zaev, Premier ministre de Macédoine du Nord, avait pensé s'ouvrir les portes de l'UE en signant avec son homologue le Grec Alexis Tsipras l'accord de Prespe (photo : Gouvernement Macédoine du Nord)
ALBANIE / MACÉDOINE DU NORD. L'élargissement aux pays des Balkans vient de prendre du plomb dans l'aile, mardi 15 octobre 2019 au Luxembourg. Lors d'une réunion des ministres des Affaires européennes, la France, l'Espagne, le Danemark et les Pays-Bas ont opposé leur veto à l'ouverture de négociations d'adhésion avec l'Albanie en 2020.

Par contre, la France a été le seul pays à brandir son veto pour l'adhésion de la Macédoine du Nord. Skopje avait pourtant changé de nom (en passant d'Ancienne république yougoslave de Macédoine à République de Macédoine du Nord) avec la signature de l'accord de Prespe en juin 2018 avec Athènes, entériné par le Parlement grec fin janvier 2019. Ce qu'il pensait être le principal obstacle à son entrée dans l'UE.

Paris estime que ni les pays des Balkans, ni l'UE ne sont prêts pour ces adhésions.

"Je regrette vraiment cette décision, comment voulons-nous être crédibles si nous n'arrivons pas à régler de telles questions ? (...) Ne soyons pas surpris si d'autres puissances, apparemment plus ambitieuses, jouent à l'avenir un plus grand rôle dans cette région", a lancé Johannes Hahn, commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage. Selon lui, "la Macédoine du Nord et l'Albanie ont fait leurs devoirs et mis en oeuvre de douloureuses réformes."

La situation pourrait encore évoluer

A l'initiative de l'Allemagne - dont la chancelière Angela Merkel rencontrait le président français Emmanuel Macron mercredi 16 octobre 2019 -, le prochain Conseil européen (jeudi 17 et vendredi 18 octobre 2019) devrait à nouveau aborder cette question, malgré un ordre du jour chargé avec l'opération turque en Syrie contre les Kurdes. La situation pourrait donc encore évoluer en faveur des deux recalés.

Les négociations d'adhésion concernent l'étude de trente-cinq chapitres nécessaires à l'intégration des acquis communautaires. Les vingt-huit états membres sont censés les autoriser à l'unanimité. La Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil européen plaident en faveur de cet élargissement à l'Albanie et à la Macédoine du Nord et ont même signé une lettre conjointe en ce sens, début octobre 2019.

Dans la même région, l'UE mène actuellement des négociations pour l'entrée de la Serbie et du Monténégro.

Mercredi 16 Octobre 2019

Lu 2173 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.