Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Finul rempile pour un an et continuera à assurer un soutien logistique à l'armée libanaise


Rédigé par , le Vendredi 2 Septembre 2022 - Lu 748 fois


La Finul va poursuivre sa mission encore au moins pendant un an (photo: NNA)
La Finul va poursuivre sa mission encore au moins pendant un an (photo: NNA)
LIBAN. C'est une antienne depuis sa mise en place. Le mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a été renouvelé pour un an, mercredi 31 août 2022 par la résolution 2650 du Conseil de sécurité de l'Onu. Une demande présentée par la France.

Créée en mars 1978 par cette instance pour faire tampon entre Israël et le Liban - deux pays toujours officiellement en guerre -, elle a pour mission de "contrôler la cessation des hostilités et assurer un accès humanitaire aux populations civiles". La Finul est composé de quelque 10 600 personnes dont 9 800 militaires. 324 d'entre eux sont décédés depuis le début de ce déploiement. A novembre 2021, les dix principaux pays contributeurs en hommes (contingent et personnel de police) sont l'Indonésie, l'Italie, l'Inde, le Ghana, le Népal, la Malaisie, l'Espagne, la France, la Chine et l'Irlande.

Basée à et siégeant à Naqoura (Sud Liban), la Finul est financée par un budget séparé de l'Onu approuvé, chaque année, par l'Assemblée générale des Nations-Unies. Il était de 510,25 M$ pour la période juillet 2021-juin 2022.

"Risque de violation de la cessation des hostilités"

A l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil de sécurité a donc une nouvelle fois accédé au souhait des autorités libanaises et aux termes d'un rapport récent du secrétaire général de l'Onu insistant sur le fait que "les causes profondes" de la mésentente entre les deux pays n'avaient pas "radicalement changé depuis 2006". Antonio Guterres s'inquiétait également dans ce document du "risque que les violations de la cessation des hostilités puisse mener à un nouveau conflit, dont aucune des parties de la région n'a les moyens".

Dans le communiqué annonçant sa décision, le Conseil de sécurité "demande de nouveau à Israël et au Liban d’appuyer un cessez-le-feu permanent et une solution à long terme fondés sur les principes et éléments énoncés dans sa résolution 1701 (2006)". Et "réaffirme avec force qu’il est nécessaire que l’Armée libanaise se déploie de façon efficace et durable dans le sud du pays et dans les eaux territoriales libanaises à un rythme accéléré, pour que les dispositions de ladite résolution soient appliquées dans leur intégralité".

Condamnant toutes les violations de la Ligne bleue (tracée par l'Onu en juin 2000 permettant de confirmer le retrait israélien du Sud-Liban  ) "commises par voie aérienne ou terrestre", le Conseil de sécurité "exhorte les parties à accélérer les efforts visant à délimiter et à marquer visiblement ladite Ligne dans son intégralité. Ainsi qu’à avancer dans le règlement des points litigieux. Après trente ans d'absence de dialogue, des pourparlers ont débuté en octobre 2020 entre les deux belligérants quelques jours après la signature d'un accord-cadre pour définir leurs frontières maritimes.

Reconduction de l'aide logistique à l'armée libanaise

Le Conseil de sécurité exige aussi des parties qu’elles garantissent la liberté de mouvement de la FINUL, notamment en autorisant les patrouilles avec ou sans préavis".  En janvier 2022, des soldats de la force de l'Onu avait été attaqués dans le Sud du Liban par un groupe armé non identifié. Leurs véhicules avait été vandalisés et des articles officiels volés. En juin de la même année, une autre patrouille de Casques bleus avait subi des menaces et des actes d'intimidation près de la localité de Arab el-Louaizé (Sud du pays) par un groupe en civil, obligeant les responsables  de la Finul à appeler l'armée libanaise en renfort. Les agresseurs avaient notamment tenté de prendre les armes des militaires.

La Finul obtient également le droit de poursuivre, pour six mois seulement (jusqu'au 28 février 2023 au plus tard indique le texte) en revanche, son soutien logistique aux forces armées libanaises. Cette extension de son mandat avait été décidé, lors de la précédente reconduction du mandat, face à l'incurie et l'instabilité de la gouvernance libanaise. Cette aide consiste principalement à fournir du matériel (non létal) comme du carburant, de la nourriture et des médicaments ainsi qu'un appui logistique. Ce soutien "ne doit pas être considéré comme un précédent pour l'avenir, ni comme une solution de long terme", insiste toutefois le Conseil de sécurité de l'Onu dans sa nouvelle résolution.





1.Posté par דוב קרבי dov kravi le 03/09/2022 17:49
Avec le succès que l’on sait.
Grâce à l’aveuglement de la Finul, le Hezbollah a constitué une réserve plusieurs dizaines de milliers de roquettes (dissimulées dans des habitations civiles contre gratuité des loyers).
Heureusement ce sont des roquettes non guidées, mais potentiellement tueuses et destinées aux civils israéliens, comme il se doit dans les stratégies de terroristes.
Israël en a dressé la carte détaillée qui servira lors de la prochaine étape. Le Liban devrait se débarrasser du terrorisme hezbollani au plus vite, comme le souhaite la grande majorité des Libanais.


   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info