Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






La Croatie demande à entrer dans le Mécanisme de taux de change européen, antichambre de l'euro



            Partager Partager

La Croatie est entrée dans l'Union européenne en juillet 2013 et veut maintenant adopter l'euro (photo : F.Dubessy)
La Croatie est entrée dans l'Union européenne en juillet 2013 et veut maintenant adopter l'euro (photo : F.Dubessy)
CROATIE. En marge de la réunion Ecofin (8 et 9 juillet 2019 à Bruxelles), les ministres des Finances de la zone euro, ont évoqué pour la première fois la demande de la Croatie - officielle depuis jeudi 4 juillet 2019 et l'annonce de sa Banque nationale (HNB) - d'entrer dans le Mécanisme de taux de change européen (MCE II). Cette étape demeure indispensable avant l'adoption de l'euro par ce pays.

"Nous nous félicitons de l'intention des autorités croates de mettre en place les éléments nécessaires à une entrée réussie dans le MCE II. A la suite de discussions constructives avec la BCE (ndlr : Banque centrale européenne), la Commission, les États membres de la zone euro et le Danemark (ndlr : participant au MCE II), la Croatie a pris un certain nombre d'engagements dans des domaines politiques très importants pour une transition en douceur vers le MCE II", indique un communiqué commun des participants.

Le MCE II - réservé aux États membres ne participant pas à la monnaie unique européenne - tolère un écart de 15% autour d'un taux de change initial entre la devise nationale (la kuna en l'occurrence) et l'euro. La Croatie va coopérer étroitement avec la BCE pour observer les procédures en vigueur mais devra aussi s'adapter à des cadres précis concernant la lutte contre le blanchiment de capitaux, la collecte, la production de la diffusion de statistiques, la gouvernance du secteur public et la réduction des charges administratives et financières.

"La BCE et la Commission suivront de près la mise en œuvre effective de ces engagements dans les domaines de compétence respectifs prévus par les traités et le droit dérivé. Une fois l’évaluation positive effectuée, les parties au MCE II prendront une décision concernant la demande officielle des autorités croates de participer au MCE II", poursuit le communiqué.

La décision de l'entrée dans le MCE II, antichambre de l'euro, sera liée à celle de la BCE de mener une coopération étroite avec la Croatie. La Banque centrale européenne devrait achever d'ici un an son évaluation complète du dossier. La Croatie doit participer au moins pendant deux ans au MCE II avant de pouvoir prétendre à adopter l'euro.

De janvier à juin 2020, la Croatie - État membre depuis 2013 - présidera le Conseil de l'Union européenne.


Mardi 9 Juillet 2019

Lu 725 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Septembre 2019 - 14:39 Emprunts records et rentables pour la France


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.