Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Croatie convertit en euros ses prêts en francs suisses



            Partager Partager

Le coût du changement de devises est estimé à 600 M€. Il sera supporté par les banques (photo F.Dubessy)
Le coût du changement de devises est estimé à 600 M€. Il sera supporté par les banques (photo F.Dubessy)
CROATIE. Des amendements concernant deux lois, décidés jeudi 10 septembre 2015, vont permettre aux Croates de convertir en euros leurs prêts consentis en francs suisses.

Cette possibilité devrait entrer en vigueur mercredi 30 septembre 2015 après l'accord du Parlement.

Le gouvernement croate entend ainsi apporter une réponse à la flambée du franc suisse qui touche les emprunts de 53 000 Croates.

Cette décision irrite les banques étrangères implantées en Croatie (soit 90% des banques). Dans un communiqué commun, cinq d'entre elles (Erste Group Bank, UniCredit, Sberbank, Raiffeisen Bank International, Hypo Group Alpe Adria) affirment que cette mesure viole les lois européennes. Elles se plaignent notamment du coût, plus de 600 M€ selon le gouvernement croate, qu'elles devront supporter pour les conversions de chacun des prêts et le nouveau calcul des tranches de crédit en euros.

Elles auront au maximum quarante cinq jours pour le faire à compter du 30 septembre 2015. Tandis que les clients disposeront de trente jours à réception de ce nouveau calcul pour accepter ou non le changement de devise de leurs emprunts auprès de leur banque.

Dans un communiqué publié jeudi 10 septembre 2015, Boris Lalovac, ministre croate des Finances, souligne qu'il s'agit d'"une des plus fortes mesures destinée à montrer que c'est le gouvernement plutôt que les banques qui gouverne en Croatie." Selon lui, cette mesure ne "compromettra pas la solvabilité du secteur bancaire qui est l'un des plus capitalisés en Europe."

Vingt-huitième Etat membre, et donc dernier entrant, de l'Union européenne depuis juillet 2013, la Croatie n'a pas encore adopté l'euro et reste fidèle à la kuna.

Vendredi 11 Septembre 2015

Lu 1706 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

"Algérie, mon amour" soulève des questions qu’il est nécessaire de creuser

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
Grand angle

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.