Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Cour des comptes du Maroc critique les performances des organismes publics




La Cour des comptes révèle dans son rapport annuel les dysfonctionnements des administrations marocaines (photo : DR)
La Cour des comptes révèle dans son rapport annuel les dysfonctionnements des administrations marocaines (photo : DR)
MAROC. Le rapport de la Cour des comptes du Maroc pour l'année 2015, publié lundi 24 avril 2017, constate une "accumulation des arriérés de paiement... Les dettes de TVA ont atteint près de 25,18 milliards de dirhams à fin 2015, contre 8,7 milliards de dirhams en 2010, ce qui représente 48% des recettes de la TVA revenant au budget de l'Etat".

L'institution a mené vingt-huit commissions de contrôle, a rendu 399 arrêts en matière de vérification et de jugement des comptes et vingt-cinq arrêts en matière de discipline budgétaire et financière. La Cour a également saisi le ministre de la Justice sur "huit affaires pour faits de nature à à justifier des sanctions pénales".

Le rapport critique fortement la formation professionnelle pour son manque de prévision, son retard dans l'élaboration et la mise en oeuvre d'une stratégie intégrée, et ses difficultés de maitrise des besoins du marché de l'emploi.

Le texte dénonce également le fonctionnement même des Centres régionaux d'investissement (CRI) mis en place en 2002. Et notamment l'absence d'une stratégie commune, de suivi des entreprises créées et le rôle limité des CRI dans la déclinaison des politiques nationales au niveau local.

2,7% seulement des objectifs réalisés par la SMIT

Le ministère de la Culture est très décrié pour sa gestion des monuments historiques et le manque de disparité régionale : un tiers des centres culturels construits et gérés par les collectivités locales est implanté dans deux régions. Quant à la Société nationale de radio et télévision (SNRT), la Cour constate qu'elle ne survit que grâce aux subventions publiques. La SNRT a dégagé 169 million de dirhams de recettes publicitaires pour des charges de personnel de 520 millions de dirhams.

Entre 2012 et 2015, la Société marocaine d'ingénierie touristique (SMIT) a enregistré 150 prospects mais n'a signé que trois conventions. "Après plus de huit ans d'existence, la société n'a pas pu développer une réelle activité de démarchage lui permettant de participer activement à la promotion des investissements touristiques", pointe le rapport. Dans le cadre des programmes Vision 2010 et Vision 2020, la SMIT n'a pu réaliser respectivement que 7,8% (5 475 lits) et 2,7% (1 576 lits) des objectifs de réalisation en matière de capacité d'accueil.

Voir les principaux faits saillants du rapport de la Cour des Comptes




Vendredi 28 Avril 2017



Lu 2382 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA