Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Corse teste des solutions énergétiques propres aux îles peuplées


En situation d'autonomie énergétique, l'île de beauté accueille des millions de touristes chaque été. Elle n'est pourtant épaulée par aucun réseau de transport électrique. EDF y teste solutions et process capables de mettre en accord production et consommation. Un laboratoire pour toutes les îles.


            Partager Partager

Le dernier né des barrages EDF français est corse. Avec Rizzanese, sa chute de 350 m au final d'un canal d'amenée de plus de 5 km, l'ile a augmenté sa capacité de production de 55 MW (photo MN)
Le dernier né des barrages EDF français est corse. Avec Rizzanese, sa chute de 350 m au final d'un canal d'amenée de plus de 5 km, l'ile a augmenté sa capacité de production de 55 MW (photo MN)
FRANCE. Mis en eau à partir de 2012 le barrage de Rizzanese, dans l’Alta Rocca de Corse, doit porter la part d’énergies renouvelables de l’île à 30%, tout en augmentant de 55 MW la capacité de production électrique de Corse, soit 10% de la puissance maximale qui a été demandée à ce système particulier durant l’hiver 2012.
 
Ce qui est loin d’être suffisant pour éviter les montées de stress chez Jean-Philippe Lamarcade, l’adjoint au directeur d’EDF Corse. « La Corse abrite 316 000 habitants à ce jour. Ils seront 500 000 probablement en 2040, et déjà plusieurs millions l’été venu. La consommation électrique augmente de 2,4% par an. » Un effet de l’extraordinaire pouvoir d'attraction de cette île pratiquement autonome au plan électrique.
 
L’électricien français positive la contrainte en considérant la Corse comme un laboratoire technologique et comportemental. « Ce que nous mettons en œuvre ici au plan de l’intelligence énergétique profitera aux îles antillaises ou à la Réunion, voire à la Guyane » souligne Laure Lambrot.
 

Accorder en permanence production et consommation

Laure Lambrot a lancé plusieurs programmes de stockage électrique qui font souvent appel à des volontaires. Le but, réinjecter l'électricité sur le réseau corse quand il en manque (photo MN)
Laure Lambrot a lancé plusieurs programmes de stockage électrique qui font souvent appel à des volontaires. Le but, réinjecter l'électricité sur le réseau corse quand il en manque (photo MN)
Cette jeune « madame smartgrid d'EDF Corse » conduit un projet qui touchera directement 100 foyers corses avant d’être généralisé. Avec Millener, il s’agit de compenser l’effet de yoyo électrique qui menace de faire basculer le réseau et de provoquer un black-out général.
 
« Nous comptons beaucoup sur nos 93  MW photovoltaïques, mais leur production en dents de scie et les fortes variations peuvent entraîner des pertes de stabilité réseau. Or le black-out peut se jouer en une seule seconde ! »
 
Le lissage de la consommation électrique constitue un objectif majeur d’EDF en Corse comme dans toute ile où il s'avère impossible de compenser les pertes subites par un appel au réseau électrique.
 
Dans cette expérience conduite par un groupe d’entreprises, dont Schneider Electric et Saft, les villas des volontaires sont équipées de panneaux photovoltaïques qui alimentent des batteries en période de haute production électrique. Cette énergie stockée pourra être réinjectée instantanément sur le réseau quand les autres moyens de production viennent à faire défaut. 

Toutes les solutions sont examinées

Les véhicules EDF sont rechargés durant les heures de faible demande électrique (photo MN)
Les véhicules EDF sont rechargés durant les heures de faible demande électrique (photo MN)
Mais elle pourra aussi soutenir le réseau à l’heure où les résidents reviennent chez eux, allument téléviseurs et chauffages tout en chargeant leur lave-linge… en Corse le pic de consommation hivernal, vers 19h, estival, entre 18-22h, mobilise tous les moyens de production de l’île. Avec un risque quotidien de coupures.
 
Charité ordonnée commençant par soi-même, EDF teste sur son propre parc de véhicules électriques un système de recharge en plusieurs étapes. Celui-ci fait le plein durant les heures de basse consommation. Plusieurs bornes, alimentées par panneau photovoltaïque, parsèment ainsi le parcours des agents EDF. Ils alimentent leur véhicule en fonction de leurs besoins et du niveau de consommation de l’ile à telle ou telle heure.
 
Mais ce système insulaire qui mise sur la variété des procédés pour s’alimenter en kWh compte d’abord sur la matière grise pour compléter la production de houille blanche. Sur les hauteurs d’Ajaccio, l’Università di Corsica Pasquale Paoli teste une plate-forme de production photovoltaïque originale, Myrte (Mission Hydrogène Renouvelable pour l'Intégration au Réseau Electrique), qui préfigure le stockage de l’avenir.

Mix énergétique complexe et efforts de recherche

« Quand l’ensoleillement le permet, les panneaux produisent une électricité qui alimente un système d’électrolyse capable de produire hydrogène et oxygène », explique Philippe Poggi, coordinateur de ce projet qui mobilise aussi Helion et le CEA. « L’hydrogène stocké permettra à son tour de produire de l’électricité avec une pile à combustible quand la demande s’emballera. »
 
La Corse, totalement dépourvue de liaison électrique avec le continent, doit compter sur un mix énergétique complexe à base d’ENR, de lignes électriques sous-marines avec la Sardaigne ou avec la botte italienne, et de centrales au fioul en voie de rénovation. Mais elle mise aussi sur des process particuliers qui doivent finement régler la production  électrique sur la consommation.
 
Cette particularité pourrait l’amener à essaimer ses savoirs faires dans d’autres îles peuplées de par le monde. "Sans oublier d’essayer avant tout de maîtriser les consommations", insiste Alexis Milano, de l’Agence d’Aménagement, Urbanisme et Énergie de la Collectivité Territoriale de Corse.
Avec Myrte, "Nous pensons faire évoluer le process pour reculer les limites des possibilités de stockage électrique" souligne Philippe Poggi (photo MN)
Avec Myrte, "Nous pensons faire évoluer le process pour reculer les limites des possibilités de stockage électrique" souligne Philippe Poggi (photo MN)

Si cette dernière réfléchit à l’implantation de barges d’approvisionnement en gaz, elle espère aussi beaucoup d’un plan de réduction de la précarité énergétique, mené par la CTC et EDF. Le phénomène touche 20% de la population corse.
 
« Ceux qui ont le moins de moyens vivent plus que les autres dans des logements « passoires thermiques » explique Alexis Milano. Réduire cette précarité ferait reculer le risque de black-out électrique. Mais il faudra dans ce domaine faire appel à des trésors d’originalité. Car la facture de la rénovation thermique du parc de logements en Corse couterait cher, environ 100 M€ par an, durant dix ans.
Un mix énergétique qui doit se passer du soutien du réseau continental (EDF DR)
Un mix énergétique qui doit se passer du soutien du réseau continental (EDF DR)


Lundi 24 Février 2014

Lu 5511 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE