Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Commission européenne juge insuffisants les financements obtenus pour la Syrie



            Partager Partager

La conférence de juin 2020 à Bruxelles avait permis de recueillir près de 5 mrds$ de promesses de subventions (capture écran conférence - Conseil européen)
La conférence de juin 2020 à Bruxelles avait permis de recueillir près de 5 mrds$ de promesses de subventions (capture écran conférence - Conseil européen)
SYRIE / UE. Dans son dernier rapport sur le suivi financier des promesses de dons et de prêts à la Syrie, la Commission européenne indique qu'au 31 août 2020, les donateurs internationaux avaient versé 5 mrds$ (4,3 mrds€) en subventions à ce pays et à sa région en 2020.

Publié vendredi 16 octobre 2020, ce document de trente pages précise que cette somme dépasse déjà de 2% le montant total initial des subventions promises sur cette année (4,9 mrds$ soit 4,2 mrds€) lors de la 4e conférence de Bruxelles sur le soutien à l'avenir de la Syrie et de la région. Organisée le 30 juin 2020 par la Commission européenne et coprésidée par l'Onu, cette réunion avait débouché sur 13,8 mrds$ (11,8 mrds€) de promesses au total dont 5,5 mrds$ (4,7 mrds€) pour 2020, plus 2,2 mrds$ (1,9 mrd€) pour 2021 et les années suivantes. Sommes auxquelles il faut ajouter les 6, mrds$ (5,1 mrds€) de prêts annoncés par les institutions financières internationales (Ifi's) et les donateurs pour 2020 et après.

A fin août 2020, pour 2021 et au-delà, les donateurs ont déjà débloqué 1,7 mrd$ (1,4 mrd€), soit 85 % de l'engagement de 2 mrds$ (1,7 mrd€) pris lors de la conférence.

34% des subventions attribuées à la Syrie

En 2020, les contributions (en vert) ont dépassé les promesses de subventions (en bleu), comme lmes années précédentes (graphique : C.E.)
En 2020, les contributions (en vert) ont dépassé les promesses de subventions (en bleu), comme lmes années précédentes (graphique : C.E.)
Outre la Syrie, cinq pays, ceux accueillant des réfugiés syriens, sont également concernés. Ainsi, sur les 5 mrds$ de subventions évoqués précédemment, 34% ont été alloués à la Syrie, 19% au Liban, 16% à la Turquie, 13% à la Jordanie, 8% à l'Irak et 1% à l'Egypte ainsi qu'à 9% des initiatives multinationales et régionales. Il s'agit principalement d'aides à l'alimentation (l'insécurité alimentaire touche 9,3 millions de personnes en Syrie), la santé, l'éducation, la relance économique et les infrastructures.

Les principaux donateurs sont l'Allemagne 427 M$ (364 M€), les États-Unis 384 M$ (327 M€), l'Union européenne 270 M$ (230 M€), le Royaume-Uni 103 M$ (83 M€) et le Japon 76 M$ (65 M€). En tout, trente-huit donateurs ont été recensés en 2020 dont vingt-trois ayant atteints ou dépassés leurs promesses malgré la crise de la Covid-19.

A noter qu'en 2019, les contributions avaient dépassées les promesses de dons de 3 mrds$ (2,5 mrds€), comme les années précédentes (voir graphique ci-dessous). Mais, à la même période, seules 92% des promesses s'étaient concrétisées.

36% des promesses de dons effectuées par la Jordanie

En termes de nouveaux prêts promis pour 2020, seuls 0,9 mrd$ (0,8 mrd€) ont été déboursés soit 14 % des engagements pris (6,9 mrds$ - 5,9 mrds€). "Il n'est pas approprié à ce stade d'analyser les contributions de prêts par rapport aux promesses de prêts pour 2020 et au-delà d'une manière significative au niveau des pays. L'analyse des contributions aux prêts ne peut être significative que sur une période pluriannuelle plus longue, et par conséquent l'analyse des prêts pour 2020 et au-delà au niveau des pays se limite à l'analyse de la promesse plutôt que de la contribution", insiste cependant le rapport.

La Jordanie représente 36% des promesses de prêts (2,5 mrds$ - 2,1 mrds€) pour 2020 et au-delà et 94% des contributions totales déjà réalisées par rapport aux nouvelles promesses de prêts pour 2020 et au-delà.

Les experts de la Commission européenne jugent cependant ce financement insuffisant par rapport aux besoins de tous les secteurs. Ils évoquent un soutien nécessaire à plus de 11 millions de personnes dans le besoin en Syrie mais aussi aux 5,6 millions de réfugiés implantés dans les autres pays de la région. D'autant plus que la situation s'est aggravée en 2020 avec la pandémie de Covid-19 et l'explosion du port de Beyrouth.

Le rapport en déduit que "malgré la générosité des donateurs, le Plan de réponse humanitaire pour la Syrie (HRP) et le Plan régional pour les réfugiés et la résilience ne sont financés qu'à 43% et 28% respectivement".

Ces deux plans disposent d'un financement total confirmé de 2,8 mrds$ (2,4 mrds€) contre 9,8 mrds$ (8,4 mrds€) nécessaires.

Voir le rapport financier sur le suivi de la conférence de Bruxelles sur le soutien à la Syrie et à la région

Vendredi 16 Octobre 2020

Lu 933 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.