Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Coface s'inquiète de l'impact du Covid-19 sur les finances publiques des économies méditerranéennes émergentes



            Partager Partager

Le siège de la Coface à Casablanca. Le Maroc va être très impacté par l'effondrement du tourisme (photo : Coface)
Le siège de la Coface à Casablanca. Le Maroc va être très impacté par l'effondrement du tourisme (photo : Coface)
MEDITERRANEE. Face aux discussions sur les possibles remises ou annulations de dettes des économies émergentes face à la crise du coronavirus, la Coface (1,5 mrd€ de chiffre d'affaires et 4 250 salariés en 2019) met sur la table, mercredi 29 avril 2020, une analyse pour pointer l'aggravation de leurs finances publiques. L'assureur-crédit français estime que ces pays, déjà endettés avant la pandémie, vont subir quatre nouvelles sources de vulnérabilités : les sorties accrues de capitaux, une forte montée de l'endettement, la restriction des déplacements internationaux impactant le tourisme et la baisse des revenus tirés de l'exportation de matières premières.

Combinées à la hausse du risque souverain, les sorties de capitaux de ces pays, d'une "ampleur jamais observée auparavant", souligne la Coface, montrent la progression des incertitudes mondiales. Les ventes par des investisseurs étrangers d'obligations et d'actions de vingt-quatre marchés émergents en mars 2020 dépassaient les 80 mrds$ (73,6 mrds€), soit une somme quatre fois supérieure qu'au cours du dernier trimestre 2008 au moment de la crise économique et financière.

Trois pays méditerranées touchés par 3 des 4 sources de vulnérabilité

Les trois autres sources de vulnérabilités reposent sur les effets du confinement obligatoire. D'abord, la diminution des recettes à cause du ralentissement de l'activité, l'augmentation des dépenses de santé et de celles destinées à atténuer les conséquences économiques sur la population, se traduisent par une forte montée de l'endettement dans quatre-vingt sept pays. 

Ensuite, les restrictions des déplacements internationaux décidées pour éviter une détérioration de la situation sanitaire, portent un sévère coup au tourisme. Principalement dans les pays dans lesquels ce secteur représente au moins 15% du PIB. Parmi les quarante-cinq Etats concernés figurent, dans le bassin méditerranéen, le Maroc, la Tunisie et la Croatie.

Enfin, la baisse des revenus tirés de l'exportation des matières premières, non agricoles, pèse aussi fortement sur les comptes.
La Coface juge "insuffisante" sa prévision d'un rebond des cours anticipé au 2e semestre (baril de Brent à 45$ en moyenne sur 2020) pour que "les principaux pays exportateurs équilibrent leurs soldes budgétaires et courants". La note de l'assureur-crédit cite notamment l'Algérie pour qui la chute des exportations d'hydrocarbures devrait coûter quinze points de son PIB.

Aujourd’hui, neuf pays sont touchés par trois de ces quatre sources de vulnérabilité indique le communiqué de la Coface. Trois d'entre eux sont méditerranéens : Algérie, Liban et Tunisie. Trente-et-un sont affectés par deux d’entre elles et soixante-et-onze par l’une des quatre précise l'assureur-crédit.

Selon lui, "les financements supplémentaires prévus par les organisations internationales (notamment le FMI), ainsi que les aménagements de dette annoncés par les pays créanciers aideront de nombreux pays à bas revenu, mais devraient être peu utiles pour les grands émergents".

La rédaction
Jeudi 30 Avril 2020

Lu 3100 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

"Algérie, mon amour" soulève des questions qu’il est nécessaire de creuser

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
Grand angle

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.