Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La Cnuced évalue l'impact de la Covid-19 sur le tourisme entre 1,5% à 4,2% de pertes sur le PIB mondial


Six pays méditerranéens se trouvent dans le classement de la Cnuced des quinze marchés du tourisme les plus affectés par la Covid-19. La Croatie occupe le troisième rang mondial.


            Partager Partager

La Croatie est le troisième pays mondial le plus touché par les conséquences de la Covid-19 sur son tourisme (photo : F.Dubessy)
La Croatie est le troisième pays mondial le plus touché par les conséquences de la Covid-19 sur son tourisme (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. Selon la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED), la crise de la Covid-19 pourrait avoir des conséquences très importantes sur le secteur du tourisme après quatre mois sans activité. Dans un document publié mercredi 1er juillet 2020, la branche de l'Onu prévoit ainsi au moins 1 200 mrds$ (1 064 mrds€) de pertes, soit 1,5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial.

Dans un scénario intermédiaire, celui envisagé par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) si la coupure durait six mois, ces chiffres passeraient à 2 200 mrds$ (1 950 mrds€ soit 2,8% du PIB). La projection la plus pessimiste de la CNUCED estime même qu'une interruption durant douze mois du tourisme international coûterait 3 300 mrds$ (2 926 mrds€), soit 4,2% du PIB mondial. Pour chaque million de dollars de recettes touristiques internationales perdues, le revenu national d'un pays pourrait baisser de 2 à 3 M$ selon cette étude.

"Ces chiffres rappellent clairement quelque chose que nous semblons souvent oublier: l'importance économique du secteur et son rôle de bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans le monde", souligne Pamela Coke-Hamilton, directrice du commerce international de la Cnuced.

Recul de 8% du PIB croate

Les changements dans le PIB selon le scénario modéré (source : GTAP simulations / Cnuced)
Les changements dans le PIB selon le scénario modéré (source : GTAP simulations / Cnuced)
Six pays méditerranéens se trouvent en tête du classement des quinze marchés du tourisme les plus affectés par la Covid-19 établit par la Cnuced selon le scénario le plus modéré. La Jamaïque et la Thaïlande avec respectivement 11% et 9% de recul de leur PIB se trouvent en tête et en troisième place arrive la Croatie (-8% du PIB). Suivent le Portugal (-6%), le Maroc (-5%), la Grèce (-4%), l'Egypte (-3%) et l'Espagne (-3%). Dans les trois pays les plus touchés, "l'emploi de de travailleurs non qualifiés pourrait diminuer à des taux à deux chiffres même dans le scénario le plus modéré", prévient la Cnuced.

Pour ceux qualifiés, et toujours dans le scénario modéré, la Croatie enregistre déjà une baisse de 9% des salaires (-11% pour la Jamaïque et -12% pour la Thaïlande) qui pourrait atteindre les -17% dans l'hypothèse la plus dramatique, le Portugal de 8%, la Grèce de 6%, le Maroc de 5%, l'Espagne de 4% et l'Egypte de 3%.

"Les effets pourraient être particulièrement négatifs pour les femmes qui devraient être touchées de manière disproportionnée par les licenciements dans le secteur du tourisme en raison de Covid-19", précise le rapport. Elles représentent environ 54% des salariés des secteurs de l'hébergement et de la restauration.

En terme de perte de PIB, sur le scénario modéré, la France se positionnerait à la quatrième place avec un manque à gagner de 47 mrds$ (41,6 mrds€) derrière le trio Etats-Unis (187 mrds$ - 165,8 mrds€), Chine (104 mrds$ - 92,2 mrsd€) et Thaïlande (47 mrds$ - 41,7 mrds€). L'Espagne afficherait un - 44 mrds$ (-39 mrds€), l'Italie se situerait à - 34 mrds€ (-30 mrds€) et le Portugal fermerait la marche de ces quinze pays mondiaux avec -13,9 mrds$ (12,3 mrds€).

Les gouvernements doivent aider les entreprises du secteur

La Cnuced appelle donc à "renforcer la protection sociale dans les pays touchés afin d'éviter les pires difficultés économiques pour les personnes et les communautés qui dépendent du tourisme." Ceci pourrait passer par des subventions salariales pour aider les travailleurs à se déplacer vers de nouvelles industries lorsqu'il est peu probable que certaines entreprises arrivent à se redresser. L'organisme demande aussi aux gouvernements "d'aider les sociétés du secteur en risque de faillite, comme les hôtels et les compagnies aériennes", avec des prêts et des subventions à faible taux d'intérêt.

L'OMT - qui a initié, fin juin 2020 avec la Berd, un plan de relance du tourisme touchant notamment dix pays méditerranéens - table sur une chute de la demande de voyages internationaux en 2020 située entre 850 millions et 1,1 milliard de touristes. Le tourisme, l'un des secteurs les plus affecté par la crise de la pandémie, représente environ 300 millions d'emplois dans le monde.


Voir le rapport complet de la Cnuced sur "Covid-19 et tourisme"

Jeudi 2 Juillet 2020

Lu 2764 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.