Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

La Banque du Liban clos 100 comptes bancaires liés au Hezbollah


Rédigé par Gérard Tur, le Jeudi 9 Juin 2016 - Lu 1514 fois


La Banque du Liban annonce la cloture d'une centaine de comptes suspectés de financer le Hezbollah. Photo Banque du Liban.
La Banque du Liban annonce la cloture d'une centaine de comptes suspectés de financer le Hezbollah. Photo Banque du Liban.
LIBAN. En décembre 2015, le congrès américain votait le « Hezbollah International Financing Prevention Act » qui prévoit toute une série de sanctions contre les établissements financiers hébergeant des comptes bancaires suspectés de participer au financement du « parti de dieux » (Hezbollah). Puis, le 15 avril 2016, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Ofac) du département du Trésor américain publiait une liste de 99 noms de personnes physiques ou morales faisant l'objet de sanctions.

La banque centrale du Liban vient de se plier aux injonctions des États-Unis en fermant une centaine de comptes appartenant à des leaders du groupe terroriste chiite... alors que ce parti est présent au Parlement et au gouvernement libanais.

Dans une interview donnée sur CNMC (média américain), le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, explique sa décision par sa volonté de donner la priorité « au maintien du Liban sur la carte financière mondiale. Pour cela, nous appliquons la loi américaine. Mais dans le même temps, nous devons garantir aux Chiites leur droit de continuer d'avoir recours aux banques. Nous ne voulons pas d'argent illégal dans notre système comme nous refusons qu'un nombre restreint de Libanais nuise à l'image du Liban ou à celle des marchés financiers dans le pays ».

L'Arabie Saoudite fait payer au Liban sa proximité avec le Hezbollah.
L'Arabie Saoudite fait payer au Liban sa proximité avec le Hezbollah.

Un boulet économique

Seule la Commission d'enquête spéciale (CSI) du Liban a autorité pour clore des comptes bancaires dans le cadre de l'application des sanctions américaines. Elle a émis le 26 mai 2016 une décision détaillant la procédure.
Les États-Unis exercent une pression maximale sur le Liban, qui reste l'une des principales places financières de la région. Les 26 et 27 mai 2016, le secrétaire adjoint en charge des questions de financement du terrorisme au Trésor américain, Daniel Glaser, avait fait le déplacement à Beyrouth pour rencontrer Riad Salamé et le président de l'Association des banques du Liban, Joseph Torbey.
 
L'économie libanaise souffre régulièrement de la présence du Hezbollah au plus haut niveau politique du Liban. Plusieurs États du Moyen-Orient ont déjà expulsé des Libanais de leurs pays, engagé des campagnes de boycott ou encore interdit à leurs ressortissants de se rendre au pays du cèdre. Selon le média Libanais l'Orient le Jour, ces différentes mesures auraient déjà coûté plus de 2 mds $ à l'économie libanaise.
 
Mais surtout, le Liban craint que des pays comme l'Arabie Saoudite ne coupent la manne (8 mds $ par an) que constituent les virements des Libanais qui travaillent à l'étranger. Ils auraient déjà baissé de 3,5 mds $ en 2015.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info