Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La BEI investit 1,8 mrd€ pour mieux intégrer les réfugiés au Sud de la Méditerranée


Réunis à Amman, les experts de la BEI, avec leur Initiative de résilience économique, et leurs partenaires s'engagent à soutenir davantage le secteur privé dans les pays du voisinage Sud de la Méditerranée. Une enveloppe de 1,8 mrd€ va permettre de mieux intégrer économiquement les réfugiés syriens.



La BEI veut rendre résilient l'accueil des réfugiés, comme ici en Jordanie, en finançant des projets dans le secteur privé (photo : F.Dubessy)
La BEI veut rendre résilient l'accueil des réfugiés, comme ici en Jordanie, en finançant des projets dans le secteur privé (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. A l'occasion de la conférence "Pour prospérer ensemble et créer de nouvelles opportunités", à Amman le 2 juillet 2018, la Banque européenne d'investissement (BEI) a "souligné son engagement à renforcer la résilience économique et à soutenir la croissance et la création d'emplois dans le voisinage méridional de l'Union européenne".

Cette dix-huitième édition de BEI-Med, en partenariat avec le ministère jordanien du Plan et de la Coopération internationale ainsi que la délégation de l'Union européenne en Jordanie, a permis à la banque d'annoncer l'approbation d'une enveloppe de 1,8 mrd€ concernant dix-neuf projets dans cinq pays (Egypte, Jordanie, Liban, Maroc et Tunisie). Cette somme est affectée à l'Initiative de résilience économique, portée par la BEI depuis la fin 2016. Instituée comme réponse aux migrations, elle permet d'investir rapidement en financements additionnels (dons et assistance technique) sur des projets du secteur privé dans les domaines de l'éducation, l'industrie, l'eau et l'assainissement, l'énergie, le transport et les Pme. Déjà cette Initiative a permis d'approuver 2,2 mrds€ de projets dans les Balkans occidentaux et le Sud de la Méditerranée (vingt-six dans neuf pays) à fin juin 2018 avec notamment 909 M€ consacrés aux Pme et à l'industrie, 571 M€ à l'eau et à l'assainissement et 500 M€ au transport.
La BEI vise les 6 mrds€ en 2020 grâce à l'Initiative de résilience économique.

Le secteur privé, élement clef de la stabilisation

Dario Scannapieco appelle à un travail collectif (photo : F.Dubessy)
Dario Scannapieco appelle à un travail collectif (photo : F.Dubessy)
"Nous devons travailler ensemble pour réaliser des investissements durables. Ceci nécessite une ambition conjointe et une créativité pour faire face à tous les défis", soulignait Dario Scannapieco, en ouverture de la conférence.

Pour le vice-président de la BEI, "le partenariat n'est pas une solution mais une nécessité pour tous." Et de citer les besoins de stabilité, de sécurité, de bonne gouvernance, de réponse à l'immigration, la liberté de circulation et de commerce comme autant de points s'appuyant sur le développement du secteur privé. "Il est l'élément clef de la stabilisation pour la communauté locale comme pour les réfugiés. Nous devons établir un équilibre de distribution, garder l'idée d'une croissance inclusive", commente Michael Köhler, directeur du voisinage Sud à la Commission européenne.

Selon lui, "rien ne peut fonctionner, aucune approche ne peut être opérationnelle, sans le secteur privé."  Michael Köhler concède que les chiffres officiels évaluent à six millions les micro-entreprises et Pme présente dans la région Sud de la Méditerranée. "La réalité est plus importante que cela avec l'informel", précise-t-il. "Nous avons besoin de rassurer les jeunes de ces pays sur leur avenir. Il faut donner accès aux fonds, aux marchés, à cette génération et améliorer l'environnement des affaires", insiste-t-il. "Je ne veux pas que ces jeunes soient obligés de réclamer leurs droits et estiment que leurs gouvernants actuels ne peuvent pas accomplir leurs rêves. Ceci les pousseraient vers les partis extrêmes", conclut-il.

Les réfugiés syriens pèsent sur l'économie jordanienne

La ministre jordanienne Mary Kawar veut redresser l'économie pour atteindre l'inclusion (photo : F.Dubessy)
La ministre jordanienne Mary Kawar veut redresser l'économie pour atteindre l'inclusion (photo : F.Dubessy)
Présente depuis 1978 en Jordanie, la BEI veut y développer ses activités. Après y avoir investit 500 M€ sur divers dossiers (eau, transport, énergie), elle se trouve aujourd'hui impliquée dans le financement de cinquante projets en cours de réalisation pour 58 M€. "Nous devons redresser l'économie pour atteindre l'inclusion et transformer les défis en opportunités", souligne Mary Kawar. Tout juste nommée après les nombreuses manifestations qui ont fait tomber le précédent gouvernement, la nouvelle ministre du Plan et de la Coopération internationale insiste sur ses deux priorités : l'eau et les opportunités de travail. Le taux de chômage se situe à 18% et atteint 31% chez les jeunes et même 57% chez les jeunes filles. "L'arrivée des réfugiés syriens pèse sur notre pays et nous demande 1,5 mrd$ par an d'investissements, coûte 4% de notre PIB et affecte 16% de nos recettes publiques", souligne-t-elle.

Selon Ziad Fariz, gouverneur de la Banque centrale de Jordanie, "nous avons de demandes incessantes et des ressources limitées. Les organisations internationales doivent donc en mobiliser plus et aller à la recherche de nouveaux moyens pour aller à la racine du problème. La Jordanie porte le fardeau le plus lourd des problèmes des réfugiés, la communauté internationale doit déployer beaucoup plus d'efforts pour nous aider à assurer leur bien-être."

"Il est de l'intérêt de la communauté internationale de voir comment reconstruire la Syrie. Ces réfugiés méritent une vie digne à leur retour", poursuit Glada Lahn, chercheuse principale énergie, environnement et ressources du think tank britannique Chatham House.

La conférence BEI-MED a permis de faire le point sur les financements de la BEI dans les pays du voisinage Sud (photo : F.Dubessy)
La conférence BEI-MED a permis de faire le point sur les financements de la BEI dans les pays du voisinage Sud (photo : F.Dubessy)



Frédéric Dubessy, à AMMAN


Mercredi 4 Juillet 2018



Lu 914 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 17 Octobre 2018 - 09:55 La Palestine va présider le G77 à l'Onu

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA