Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

La BCE devrait de nouveau accepter les emprunts d'Etat grecs comme garantie


Rédigé par Gérard Tur le Lundi 30 Mai 2016 | Lu 1068 commentaire(s)

La Banque Centrale Européenne refuse depuis 2015 les emprunts d'Etat Grecs comme garantie de refinancement. Elle devrait de nouveau les accepter à compterr du jeudi 2 juin 2016.


Le Conseil des gouverneurs de la BCE devrait décider jeudi 2 juin de mesures qui représentent plusieurs centaines de millions d'euros d'économies pour la Grèce. Photo BCE.
Le Conseil des gouverneurs de la BCE devrait décider jeudi 2 juin de mesures qui représentent plusieurs centaines de millions d'euros d'économies pour la Grèce. Photo BCE.
EUROPE / GRÈCE. Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale Européenne (BCE) devrait décider jeudi 2 juin 2016 d'accepter de nouveau les emprunts d'Etat grecs comme garantie apportée par les banques hellénique pour se refinancer.
 
Les établissements financiers pourront ainsi trouver des liquidités à un taux de 0 %, soit une économie pour les banques évaluée entre 150 et 450 M€. La BCE avait supprimé début 2015 cette dérogation, pour peser sur les négociations entre Athènes et ses créanciers, obligeant la banque centrale de Grèce à assumer seule cette charge. Cette facilité représente une dizaine de milliards d'euros d'emprunts.
 
La Grèce pourrait également bénéficier du bras de fer que se livrent depuis déjà plusieurs mois le Fonds monétaire International et l'Europe. Le 25 mai 2016, les ministres des Finances de la zone euro tombaient d'accord pour débloquer, en échange d'un certain nombre de réformes et de mesures d'austérité prise par la Grèce, 10,3 mrds € de prêts dans le cadre du troisième plan d'aide à la Grèce (juillet 2015). L'accord prévoit, comme le demandait le FMI, l'étalement du remboursement de la dette grecque et une baisse des taux d'intérêt. Mais il reste très vague.

Le FMI veut contraindre les européens à alléger la dette greque. Logo FMI
Le FMI veut contraindre les européens à alléger la dette greque. Logo FMI

Le FMI veut contraindre l'Europe à rendre la dette grecque soutenable

Le FMI estime que l'Europe n'est pas allée assez loin et que la Grèce n'a aucune chance de sortir du gouffre sans un effort plus conséquent de ses créanciers, avec notamment un gel du remboursement de la dette jusqu'en 2040. Ses responsables affirment donc qu'ils ne participeront pas au tour de table nécessaire pour prêter 10 mrds € à la Grèce si les choses restent en l'état.

L'Europe devra débourser seule 10 mrds € ou préciser les conditions de réaménagement de la dette grecque.
 
La Grèce doit actuellement 14,6 mrds € au FMI.

Lire aussi :Le FMI et l'Europe s'affrontent sur l'étalement de la dette grecque










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook