Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






L'opération « source de paix » provoque un tollé international et fait craindre le retour du terrorisme islamique en Syrie


Il aura fallu trente minutes de discussion téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan pour convaincre Donald Trump de lâcher ses alliés kurdes sans qui Daech serait toujours maître d'une partie de la Syrie.


            Partager Partager

L'opération « source de paix » provoque un tollé international et fait craindre le retour du terrorisme islamique en Syrie
SYRIE. Donald Trump a justifié son lâchage de ses alliés kurdes en reprenant l'analyse d'un site Internet américain d'extrême droite (Townhall). « Les Kurdes ne nous ont pas aidés en Normandie » a affirmé le Président américain. Surréaliste.

Sur ordre de Donald Trump, l'armée américaine a quitté ses bases du nord de la Syrie, donnant ainsi implicitement le feu vert aux Turcs pour attaquer les Kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des Unités de protection du peuple (YPG), organisations que la Turquie considère comme terroriste. L'offensive vise à créer une zone tampon de 400 kms sur 20 entre la frontière turque et les positions kurdes.

Devant la levée de boucliers de nombreux élus américains démocrates et républicains, de pratiquement tous les alliés historiques des États-Unis, Donald Trump a rétro pédalé en estimant hier (9 octobre) que cette invasion était « une mauvaise idée ». Mais il a réaffirmé que les militaires américains ne retourneraient pas sur le terrain. « Il est temps pour nous de sortir de ces ridicules guerres sans fin, sauvages pour la plupart » estime Donald Trump.

Condamnations

Au niveau international, la France, l'Allemagne, Israël, les Pays Bas, l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats Arabes Unis, l'Iran, la Russie et de nombreux autres pays ont condamné l'invasion turque. Peu désireuse de voir la Turquie laisser les réfugiés syriens passer en Europe, la Hongrie a opposé son veto à une déclaration européenne condamnant l’opération turque en Syrie. A la demande de la France, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence aujourd'hui (10 octobre) pour examiner la situation.

Aux États-Unis, les démocrates et de nombreux républicains tentent de convaincre Donald Trump de faire machine arrière. Pour l'influent sénateur républicain Lindsey Graham, Donald Trump a « honteusement abandonné les Kurdes». Des sénateurs des deux partis vont déposer une proposition appelant à des sanctions contre la Turquie si elle ne retire pas ses troupes : gel des biens aux États-Unis de plusieurs dignitaires turcs dont Recep Tayyip Erdogan, embargo sur les ventes d'armes américaines et étrangères, taxes sur les exportations turques aux États-Unis...

Sur le terrain, les blindés turcs ont pénétré la bande de territoire occupée par les Kurdes, après un pilonnage en règle par l'aviation. Ils sont aidés par près de 20 000 supplétifs islamistes, dont des miliciens de la branche syrienne d’Al-Qaïda. Face à eux, les Kurdes ont du répondant avec 50 000 combattants disposant d'armes lourdes.

Gérard Tur
Jeudi 10 Octobre 2019

Lu 1856 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.