Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

L’investissement domestique doit être la courroie d’entraînement des IDE


Plus les investissements nationaux se développent dans un pays, plus les investisseurs étrangers sont incités à miser sur ces territoires. Une théorie avérée dans les pays du Sud de la Méditerranée selon des chercheurs du FEMISE.


            Partager Partager

Les territoires les plus attractifs sont ceux qui ont les politiques les plus dynamiques. (Photo D.R)
Les territoires les plus attractifs sont ceux qui ont les politiques les plus dynamiques. (Photo D.R)
Quelle est l’influence de l’investissement domestique sur les investissements directs étrangers (IDE) dans les pays du Sud de la Méditerranée ?

« L’effet d’attraction de l’investissement intérieur sur l’IDE entrant est direct et robuste », expliquent Marc Lautier et François Moreau, dans un rapport (FEM31-20) remis au Femise et intitulé « Les boucles d’investissement intérieur –Investissement étranger et la croissance des pays méditerranéens ».

Dans ce rapport, les deux chercheurs établissent que l’attraction des IDE dépend de trois variables : le risque pays, le stock d’IDE existants et la dynamique d’investissement intérieure.
« Les investisseurs étrangers cherchent le même environnement leurs homologues locaux, celui qui offre des perspectives de croissance et de profit suffisantes », notent les chercheurs précisant que les travaux spécifiques sur l’influence de l’investissement intérieur sur les IDE sont rares.

 


EFFET MOTEUR DES POLITIQUES NATIONALES

L’élargissement du potentiel de complémentarités inter-firmes vaut pour le marché domestique et pour les investisseurs internationaux. (Photo N.B.C)
L’élargissement du potentiel de complémentarités inter-firmes vaut pour le marché domestique et pour les investisseurs internationaux. (Photo N.B.C)

Les capitaux vont donc dans les territoires où l’investissement domestique est déjà élevé. Car il « favorise aussi la baisse des coûts de transaction, la diffusion technologique, l’intensification de la division du travail et l’élargissement du potentiel de complémentarités inter-firmes,… donc, in fine, le rendement », analysent Marc Lautier et François Moreau.

Dans les pays du Sud de la Méditerranée, l’investissement intérieur est faible et guère stimulé par les politiques nationales. Pourtant, la stratégie industrielle d’un gouvernement et les mesures fiscales incitatives ont un effet moteur. Ce manque d’attractivité structurelle se reflète dans la faiblesse de l’investissement intérieur dans les pays en développement (PED) et dans les pays MEDA.

« La priorité accordée dans de nombreux PED aux politiques destinées à attirer les entreprises étrangères devient peu pertinente, car les déterminants de la localisation des IDE dans les PED suggèrent que la notion d’attractivité est une tautologie. Les territoires les plus attractifs sont en effet ceux qui ont les économies les plus dynamiques. L’attractivité des IDE ne peut donc constituer une stratégie de développement puisqu’elle repose sur le dynamisme préalable de l’investissement intérieur : « les IDE suivent le développement économique », souligne l’étude. Aide-toi et le ciel t’aidera…

Le rapport FEM31-20 est disponible sur le site du Femise

English version

Article écrit en partenariat avec le Femise

Lire aussi : Au Maroc et en Tunisie, les professions supérieures tirent le meilleur profit de la libéralisation commerciale
                   : Libéralisation des services en Pologne et Turquie : Les discriminations demeurent

Mercredi 27 Octobre 2010









RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018
Le Guide de la Coopération et des Programmes de financement en Méditerranée 2018 - Version papier
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES PAYS - FICHES FINANCEMENT - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss