Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

L'intégration avance en Méditerranée, mais à vitesse réduite




L'intégration économique en région Méditerranée reste inégale (photo : ©econostrum.info)
L'intégration économique en région Méditerranée reste inégale (photo : ©econostrum.info)
MEDITERRANEE. Confié par l'Union pour la Méditerranée (UpM) à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la publication du premier rapport sur l'intégration régionale en Méditerranée va servir de base pour mesurer son évolution. Il s'appuie sur des indicateurs spécifiques couvrant cinq domaines : le commerce, les finances, les infrastructures, la circulation des personnes ainsi que la recherche et l'enseignement supérieur. "Il va être périodique et nous permettre d'entrer plus en profondeur dans la compréhension de toutes ces problématiques", annonce Carlos Conde, chef de la division Moyen-Orient Afrique à l'OCDE.

Ce document de 198 pages, financé par la coopération allemande (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit - GIZ), dresse un constat préalable repris, jeudi 27 mai 2021, par Nasser Kamel "J'avais l'impression que l'intégration n'avançait pas, mais elle a augmenté dans la région, même si les progrès demeurent lents et inférieurs au potentiel de la région en matière de capacités et de ressources."

Le secrétaire général de l'UpM note aussi que "la situation s'est améliorée. L'économie des pays du Sud, axée voici dix ou quinze ans sur les hydrocarbures et l'agriculture, s'est diversifiée pour pénétrer les économies du Nord en exportant davantage de produits semi-finis et finis." Il cite notamment le Maroc et son industrie automobile, l'électromécanique en Égypte. Une évolution constatée également dans les relations Sud/Sud entre le Maroc et l'Égypte, et entre ce dernier pays et la Turquie.

L'UE assure 95% des exportations intérieures

Les avancées s'avèrent cependant inégales. "En matière de commerce, par exemple, les pays des sous-régions des Balkans occidentaux et d’Afrique du Nord se sont intégrés plus étroitement au reste de la région de l’UpM, tandis que le Levant (Liban, Palestine et Jordanie) et Israël sont restés bien en deçà de leur potentiel", révèle le document.

Certains chiffres masquent des réalités. Ainsi, en 2018, les pays de l’UpM ont exporté près de deux fois plus de marchandises vers d’autres pays de l’UpM que vers le reste du monde et le marché intrarégional, dont l'importance est restée relativement constante depuis 1996, représentait plus de 20% du commerce mondial. Mais, ces échanges demeurent concentrées sur la rive Nord de la Méditerranée. L'Union européenne représente plus de 95% des exportations intérieures de marchandises et 93% des exportations extérieures.

Au-delà des constats, le rapport contient des recommandations pour faire avancer l'intégration régionale. Pour Nasser Kamel, "la méthodologie appliquée est scientifique, mais orientée vers des politiques et des mesures devant être prises par les États membres pour combler les lacunes." Carlos Conde parle de "construction d'une architecture des politiques publiques" et souhaite que les dirigeants des pays méditerranéens se posent également la question de savoir "quelles sont les conditions nationales nécessaires pour pouvoir s'intégrer ?"

Un potentiel commercial inexploité dans la région

"Plusieurs initiatives politiques des pays de l'UpM sont possibles pour libérer le potentiel commercial inexploité dans la région, comme le renforcement d’une collaboration sur les réglementations commerciales, y compris l'adoption d'accords de commerce des services plus ambitieux, et l'homogénéisation de procédures, telles que l'adoption de règles d'origine communes. Cependant, l'amélioration de l'environnement général du commerce, y compris l'accès aux transports et au financement, pourrait rester inefficace en l'absence de diversification industrielle", préconise le rapport.

Deux handicaps freinent encore l'intégration : "l'insuffisance d'infrastructures de transport et de connectivité énergétique et l'absence de vision commune sur la mobilité humaine en tant que moteur de l'innovation et de la croissance dans la région". En 2020, la Banque mondiale estimait qu’au cours des cinq à dix prochaines années, la région Mena devra investir plus de 7 % de son PIB régional annuel dans l’entretien et la création d’infrastructures. Le trafic de fret entre les pays de la région Mena ne représente que 5% du trafic total de fret en Méditerranée, tandis que le trafic entre les ports européens est de 70% et qu'entre l'Europe et l'Afrique du Nord, il n'atteint que les 15%.

"Ce rapport vient nous dire qu'il faut faire davantage", souligne Nasser Kamel, rejoignant Carlos Conde qui affirme que "l'intégration est la meilleure option politique."

Jeudi 27 Mai 2021

Lu 2030 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.