Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



L'industrie automobile roule en tête des exportations turques


Avec une progression annuelle de 14% en 2017, l'industrie automobile turque conforte sa position de premier secteur exportateur en Turquie. L'usine de Tofaş à Bursa symbolise son dynamisme.


            Partager Partager

L'industrie automobile turque occupe les premières places de l'économie du pays (photo : F.Dubessy)
L'industrie automobile turque occupe les premières places de l'économie du pays (photo : F.Dubessy)
TURQUIE. Avec une progression annuelle de 14% en 2017, l'industrie automobile turque conforte sa position de premier secteur exportateur en Turquie. Elle a enregistré 28,5 mrds € à l'export cette année alors que le pays devient le quatorzième plus grand producteur automobile au monde et le cinquième européen. L'industrie automobile turque prévoit de dépasser l'Espagne pour devenir le premier producteur d'utilitaires dans l'Union européenne. Elle est actuellement le neuvième au monde sur ce segment.

"Pas moins de cinq marques automobiles se trouvent dans le Top 10 de l'export : Ford, Toyota, Renault, Hyundai et Fiat. En 2018, Mercedes y sera aussi", indique Mehmet Büyükeksi, président de l'Association turque des exportateurs (TIM).
Selon l'enquête annuelle de la Chambre d'industrie d'Istanbul (ISO) livrée samedi 2 juin 2018, le groupe pétrolier turc Tüpraş (avec 51,1 mrds de livres turques - 9,5 mrds€ - de ventes en 2017) se trouve en tête de la liste des "500 plus grands établissements industriels" présents en Turquie. Suivent Ford (22,7 mrds TL), Toyota (17,8 mrds TL), Renault, Tofaş et Hyundai Assan. Une preuve encore du dynamisme de cette industrie.

Aujourd'hui, la Turquie aspire à créer sa propre marque. Les industriels Anadolu Group, BMC, Kok Group, Turcell et Zorlu Holding s'impliquent, depuis le 1er septembre 2017, dans un "groupe d'initiative commune" présidé par Mehmet Gürcan Karakaş (ex Bosch) nommé fin mai 2018. L'Union des chambres et des bourses de Turquie (TOBB) détient 5% des actions de ce groupe à côté des cinq partenaires pré-cités. Le véhicule sera soit hybride, soit électrique, selon la volonté du président Recep Tayyip Erdogan, et disponible en 2019 pour une mise sur le marché en 2021 avec cinq modèles. " Il était intéressant que le projet soit un projet de transformation technologique basé sur les exigences de l'époque", commentait très récemment Mehmet Gürgan Karakaş interrogé par l'agence de presse turque Anadolu.

80% de la production automobile turque part à l'export

L'industrie automobile turque est passée d'une simple fonction d'assemblage à une véritable industrie intégrée (photo : F.Dubessy)
L'industrie automobile turque est passée d'une simple fonction d'assemblage à une véritable industrie intégrée (photo : F.Dubessy)
L'industrie automobile est passée d'une simple fonction d'assemblage pour les constructeurs, notamment européens, à une industrie à part entière produisant 1,7 million de véhicules en 2017 (contre 374 000 en 2002).
Entre 2000 et 2017, les fabricants d'équipements d'origine (OEM) ont investi 14 mrds$ en Turquie. Plus de 250 fournisseurs internationaux sont basés en Turquie dont vingt-huit des cinquante plus importants. 80% de la production turque était destinée à l'étranger en 2017 avec 1,3 million de véhicules exportés dont 986 000 sur les marchés européens.

La transition ne s'est cependant pas faite sans à-coups. En mai 2015, plusieurs grèves dans les usines et chez les équipementiers de la région de Bursa ont paralysé le secteur. Les salariés réclamaient des hausses de salaires et protestaient également contre leur syndicat Türk Metal, proche du gouvernement et signataire en janvier 2015 d'une convention collective contestée.

Le mouvement a notamment touché les implantations de Renault-Oyak, de Tofaş (Fiat), de Ford et les équipementiers Bosch et Coskunöz. Il a duré du 14 mai au 27 mai 2015 avant d'être soldé par un accord obtenu chez Renault-Oyak - d'où la fronde était partie - prévoyant le versement d'une prime de 1 000 livres turques (350 € à l'époque), le versement d'un bonus de fin d'année et des promesses de hausses régulières de salaires.

Bursa, poumon de l'industrie automobile turque

Erdal Şimşek dirige l'usine de Fiat à Bursa (photo : F.Dubessy)
Erdal Şimşek dirige l'usine de Fiat à Bursa (photo : F.Dubessy)
L'exemple de Tofaş (Türk Otomobil Fabrikası Anonim Şirketi) reste symbolique de l'évolution de l'industrie automobile en Turquie. Créée en 1968, cette co-entreprise est le fruit d'une alliance entre Koç Holding et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) qui détiennent chacun une part égale de Tofaş (38%) alors que 24 % du capital est flottant, coté à la bourse d'Istanbul et également au Luxembourg Stock Exchange. Si le siège social de Tofaş se trouve à Istanbul, l'usine est implantée, depuis 1971, à Bursa, au nord-ouest du pays dans la région d'Anatolie, à 150 km d'Istanbul. Bursa est le poumon économique de l'industrie automobile. Ford, Renault et ses partenaires Oyak et Yapi Kredi, se trouvent également dans la ville ou dans la région d'Anatolie centrale ainsi que la plupart des équipementiers.

En 2017, Tofaş a produit 384 174 véhicules à Bursa sur une surface d'1 million de m² avec quelque 10 000 salariés. Seule du pays à produire à la fois des véhicules particuliers et utilitaires (seul Ford manufacture aussi des véhicules utilitaires mais pas de voitures particuliers). A l'exception des moteurs et des boîtes de vitesse, l'unité de Bursa produit tout. Numéro un du secteur nationalement elle réalise 23% du chiffre d'affaires total de l'industrie automobile turque et est la quatrième entreprise industrielle toutes branches confondues du pays. Mieux, alors que le secteur automobile a connu en 2017 une contraction de 3%, les marques du portefeuille de Tofaş enregistraient cette année là une progression de 12,7% de leurs ventes.

L'usine Tofaş bientôt en surcapacité

L'usine de Tofaş se trouve aux limites de ses capacités (photo : F.Dubessy)
L'usine de Tofaş se trouve aux limites de ses capacités (photo : F.Dubessy)
L'usine sort cinq modèles de ses chaînes très robotisées. Trois voitures particulières l'Egea Sedan (appelée Fiat Tipo en Europe et Dodge Neon au Mexique et dans les pays du Golfe) l'Egea Hatchback (HB) et l'Egea Space Wagon (SW). Plus deux véhicules utilitaires : la Fiat Doblò et la Fiat Fiorino, La nouvelle Doblò est commercialisée sous la marque RAM ProMasterCity et également produite sous les marques Opel et Vauxhall. L'usine accueille l'un des plus important centre de R&D de FCA en Europe (700 salariés et 18 090 m² dédiés) et une académie depuis 2011 qui dispense de la formation continue à 17 596 salariés par an incluant les collaborateurs des concessions automobiles.

L'unité de Tofaş exporte 69% de sa production (271 760 unités en 2017) dans quatre-vingt pays. 40% des véhicules prennent la route de l'Union européenne.
Parallèlement, et fort de ses soixante-dix neufs revendeurs, Tofaş distribue six marques en Turquie : Fiat, Fiat Professionnal, Alfa Romeo, Jeep, Maserati, Ferrari. Elles ont représenté 12,7% des ventes en 2017.

En 1972, la capacité n'était que de 20 000 véhicules avant de petit à petit s'étendre pour toucher les 100 000 en 1990. C'est alors qu'accompagnant le développement florissant de l'industrie automobile, Tofaş passe dès 1994 à une capacité de 200 000. Puis connaît une expansion foudroyante pour franchir successivement entre 2006 et 2015 les caps des 300 000 et des 400 000 jusqu'à atteindre les 450 000 en 2016, la capacité actuelle.  

Avec près de 385 000 voitures produites en 2017, l'usine Tofaş devient proche des ses limites. Erdal Şimşek son directeur, le reconnaît mais affirme qu'aucune nouvelle extension n'est désormais possible. "Il reste toutefois encore une marge", précise-t-il, conscient qu'au vu du développement des ces dernières années, elle semble bien mince. "Pour le moment rien n'est projeté. Nous savons qu'il n'est plus possible de récupérer des terrains autour de l'usine mais en construire une seconde ne se trouve pas à l'ordre du jour", assure Erdal Şimşek à econostrum.info.

Frédéric Dubessy, à BURSA (TURQUIE)
Mardi 5 Juin 2018

Lu 1298 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 18:01 Le CNI autorise le projet Ford



Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018
Le Guide de la Coopération et des Programmes de financement en Méditerranée 2018 - Version papier
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES PAYS - FICHES FINANCEMENT - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss