Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

L'incertitude économique règne dans la Tunisie post-révolutionnaire


Rédigé par Rym Tlili, à TUNIS, le Lundi 16 Mai 2011 - Lu 5895 fois

Depuis le déclenchement de la révolution à ce jour, l'économie tunisienne ne fait plus preuve d'une santé flamboyante. Les économistes, réunis récemment à Tunis lors d'un débat sur "La Tunisie-post révolution: défis et perspectives économiques", ont pointé du doigt les difficultés auxquelles fait face le système économique tunisien.


De gauche à droite: Ridha Kefi, Mahmoud Ben Romdhane, Mthuli NCUBE, Mustapha Kamel Nabli Photo (RT)
De gauche à droite: Ridha Kefi, Mahmoud Ben Romdhane, Mthuli NCUBE, Mustapha Kamel Nabli Photo (RT)
TUNISIE. La Banque Africaine de Développement (BAD) vient de publier une note économique sur la  "Révolution tunisienne: enjeux et perspectives économiques". Cette note trace trois scénarios possibles pour la croissance en Tunisie. Pour le plus optimiste, le taux de croissance du PIB serait de l'ordre de 3,6% en 2011. Mais un tel niveau de croissance semble trop chimérique pour le plus pessimiste qui s'attend à une croissance plus lente de -2,5 % et un taux de chômage élevé parmi les jeunes fraîchement diplômés. Selon le constat dressé  par la BAD,  l'institution penche plutôt pour une croissance de 1,1 % au cours de l'année 2011.

L'économie post-révolutionnaire tunisienne ne fait plus preuve d'une santé flamboyante. Ce diagnostic est dressé par les économistes réunis récemment à Tunis.

Mustapha Kamel Nabli, gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie Photo (RT)
Mustapha Kamel Nabli, gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie Photo (RT)

L'économie tunisienne sombre dans "le flou"…

Pour  Mustapha Kamel Nabli, Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), "la Tunisie se trouve après la révolution dans une situation d'incertitude dont les causes sont multiples, d'ordre politique, géopolitique et économique". Selon lui, il serait impératif de mettre en situation de gestion des incertitudes et de risque les politiques monétaire et budgétaire du pays.

"Si l'incertitude continue de planer sur l'avenir économique de la Tunisie, le système bancaire local, le paiement extérieur ainsi que l'équilibre budgétaire du pays seront touchés de plein fouet  par la crise", craint-il.

"La Tunisie traverse une période cruciale de son histoire. Les conditions risquent de s'aggraver au cours des trois prochains mois. Il faut être prêt à analyser les risques pour éviter tout dérapage économique, surtout que le gouvernement a largement entamé la marge de manœuvre dont il dispose pour ce qui est des ressources budgétaires et monétaires mais aussi en ce qui concerne la balance des paiements et la capacité de financement des banques", a-t-il souligné.

Mahmoud Ben Romdhane,  Professeur de sciences économiques, à l’Université tunisienne Photo (RT)
Mahmoud Ben Romdhane, Professeur de sciences économiques, à l’Université tunisienne Photo (RT)

L'économie tunisienne impactée par la révolution libyenne

"La situation actuelle en Libye est  lourde de conséquences  et cela à plusieurs niveaux. Les pertes  enregistrées depuis le déclenchement de la révolution libyenne s’élèvent, à des milliards de dinars, vu l'importance  des relations économiques qui lient  les deux pays voisins" , confirme le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Mustapha Kamel Nabli.

Ces déclarations teintées d'inquiétude et d'angoisse sont en parfaite harmonie avec celles de Mahmoud Ben Romdhane, Professeur de Sciences économiques, à l'université
tunisienne qui a ainsi pris part au débat organisé par la BAD. Pour lui, l'avenir de la Tunisie dépend de trois facteurs déterminants: l'amélioration  de la situation en Libye, le bon déroulement des élections constituantes prévues le 24 juillet 2011 et l'ouverture civilisationnelle et économique de la Tunisie sur le monde extérieur.

Mthuli Ncube, vice-président et économiste en chef de la BAD Photo (RT)
Mthuli Ncube, vice-président et économiste en chef de la BAD Photo (RT)

"La Banque africaine de développement s'engage en faveur de la Tunisie"

"La Banque africaine de développement s'engage en faveur de la Tunisie", c'est avec ces propos que Mthuli Ncube, vice-président et économiste en chef de la BAD, a entamé son intervention.

"
La Tunisie  se dote d'une expérience notable dans le domaine des technologies de l'information qui jouera à son tour  un rôle moteur  dans l'amélioration de la situation et la création de l'emploi. La compétitivité dont jouissent les PME, installées  au pôle technologique El Ghazala opérant dans ce champ d'activité viennent confirmer ce constat", affirme-t-il.  
 
Ainsi, la BAD s'engage à financer les PME dans ce domaine ainsi que des grands projets d'infrastructure (électrification, routes, autoroutes..). Ces canaux de certitudes permettront de lever les contraintes liées, notamment  à l'emploi.

Le Vice-Président et économiste en chef de la BAD qui reste, malgré tout, optimiste quant à l'avenir économique et à la transition démocratique  en Tunisie, a ainsi révélé  que la dégradation des notes de crédit de la Tunisie a sérieusement affecté la capacité des banques à lever des lignes de crédits tandis qu'à l'échelle  locale, une baisse des demandes de crédits a été enregistrée.
















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info