Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques par la Syrie à Douma pourra débuter mercredi 18 avril 2018




L'OIAC (OPCW en Anglais) va débuter son enquête en Syrie (photo : OIAC)
L'OIAC (OPCW en Anglais) va débuter son enquête en Syrie (photo : OIAC)
SYRIE. Si les experts de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) dépêchés en Syrie depuis samedi 14 avril 2018 n'ont pas encore été autorisés à se rendre à Douma c'est parce que les routes qui y mène doivent encore être déminées. Cette réponse de la Syrie et de la Russie vient clore le débat ouvert par le Royaume-Uni sur cette obstruction à l'enquête de l'OIAC concernant l'utilisation d'armes chimiques dans la ville de la Ghouta orientale le 7 avril 2018. Attaque suivie de représailles de la part de Paris, Washington et Londres dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2018. Une intervention qui a reçue, mardi 17 avril 2018, le soutien des dirigeants du G7.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a confirmé qu'il comptait sur "une enquête impartiale", ne mènerait aucune "ingérence" et parle de "problèmes de sécurité" pour justifier le retard pris par la mission de l'OIAC. Ses experts devraient être sur place à partir de mercredi 18 avril 2018 pour déterminer si des armes chimiques ont bien été utilisées. Leur travail s'arrête là. Ils ne chercheront pas à déterminer qui a utilisé ces produits. Au grand dam de Peter Wilson. Pour l'ambassadeur britannique à La Haye (siège de l'OIAC), "ne pas agir pour demander des comptes aux auteurs ne fera que créer le risque d'autres utilisations barbares d'armes chimiques, en Syrie et ailleurs."

Soupçons d'altération du site

Reste que le délai entre l'arrivée de la mission de l'OIAC et le début de son enquête fait naître quelques soupçons. Ken Ward, ambassadeur américain auprès de l'OIAC n'hésite pas à accuser : "les Russes pourraient avoir visité le site de l'attaque. Nous craignons qu'ils ne l'aient altéré dans l'intention de contrecarrer les efforts de la mission de l'OIAC pour mener une enquête efficace."

"Les Occidentaux ont peut être peur que les experts, après avoir mené leur mission sur le terrain contredisent leur version des faits. Celle qui a mené aux bombardements des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France contre une Syrie sans défense", souligne Alexander Shulgin, ambassadeur russe auprès de l'OIAC.




Mardi 17 Avril 2018



Lu 1757 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA