Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

L'économie de l'UE passe d'une phase de reprise à une phase d'expansion


Rédigé par Eric Apim, le Lundi 15 Novembre 2021 - Lu 861 fois


Gare aux goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement (photo : ArcelorMittal)
Gare aux goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement (photo : ArcelorMittal)
UE. Progrès des campagnes de vaccination, levée progressive des restrictions, "l'économie de l'Union européenne récupère plus vite que prévu après la récession induite par la pandémie", constate la Commission européenne dans ces dernières prévisions de l'automne 2021. Elle devrait enregistrer un taux de croissance du PIB de 5% en 2021, 4,3% en 2022 et 2,5% en 2023.

La reprise s'est amorcée au printemps 2021 pour maintenir sa hausse durant tout l'été suivant. La progression du PIB a quasiment atteint les 14% en termes annuels au deuxième trimestre 2021, réalisant un record (à l'aune de celui en négatif recensé lors de la même période en 2020 avec l'arrivée de la première vague de Covid-19) alors que le troisième trimestre 2021 a permis de retrouver le niveau de production d'avant la pandémie. "L'économie de l'UE passe d'une phase de reprise à une phase d'expansion" commente Paolo Gentiloni, commissaire européenne à l'économie. "La demande intérieure devrait rester un moteur de cette expansion. L'amélioration de la situation sur le marché du travail et le recul attendu de l'épargne devraient contribuer à un rythme soutenu de croissance des dépenses de consommation. La mise en œuvre de la facilité pour la reprise et la résilience commence également à favoriser de manière significative les investissements privés et publics", souligne l'étude.

Les prévisions pour la zone euro se calquent sur celles de l'Union européenne pour les années 2021 et 2022. Seules celles pour l'année 2023 se situe légèrement en retrait, à 2,4% de croissance.

1,5 million de nouveaux emplois créés

La Commission européenne alerte sur "l'apparition de poches de pénuries de main d'œuvre, notamment dans les secteurs où l'activité est la plus forte". En cas de prolongement, elles pourraient "freiner l'activité et alimenter l'inflation en créant des pressions salariales".  
Si l'Union européenne a créé environ 1,5 million de nouveaux emplois au deuxième trimestre 2021, les effectifs totaux demeuraient inférieurs de 1% à leur niveau d'avant la pandémie. Le chômage a néanmoins continué à baisser dans les mois suivants pour atteindre un taux de 6,8% en août 2021, un ratio à peine plus élevé que celui de la fin 2019.
L'emploi devrait progresser de 0,8% en 2021, 1% en 2022 et 0,6% en 2025. Le taux de chômage passerait ainsi de 7,1% en 2021 à 6,7% en 2022 et 6,5% en 2023 dans l'Union européenne et, respectivement de 7,9%, 7,5% et 7,3% dans la zone euro.

Une tendance à une amélioration du déficit agrégé de l'UE laisse envisager un chiffre de 6,6% du PIB en 2021 (contre 6,9% en 2020). Il faudra attendre la digestion des mesures de relance budgétaire pour le voir chuter à 3,6% en 2022 et à 2,3% en 2023. "Après avoir atteint environ 92 % dans l'UE (99 % dans la zone euro), le ratio d'endettement agrégé devrait globalement se stabiliser cette année et commencer à diminuer en 2022 et atteindre 89 % du PIB en 2023 (97 % dans la zone euro)", dévoile l'étude.

Doper le potentiel économique

Reste que tout dépendra de l'évolution de la pandémie et du "rythme auquel l'offre s'adapte au redressement rapide de la demande après la réouverture de l'économie", précise toutefois la Commission européenne. "Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers: l'incertitude continue de régner en ce qui concerne le virus et il faut remédier à certains risques", prévient Valdis Dombrovskis. Selon le vice-président exécutif de la Commission européenne pour une économie au service des personnes, "pour que l'économie reste sur les rails, nous devons maintenant nous attacher à mettre en œuvre les investissements et les réformes projetés dans le cadre de la facilité pour la reprise et la résilience afin de doper notre potentiel économique."

Les goulets d'étranglement constatés dans les chaînes d'approvisionnement commencent à perturber le développement du secteur manufacturier dans l'UE. La consommation et l'investissement devraient également pâtir de la hausse du prix de l'énergie, et particulièrement de celle du gaz naturel, qui se trouve à un tarif plus élevé qu'avant la pandémie. Les prochaines prévisions économiques de l'hiver, qui seront présentées en février 2022, permettront d'affiner les projections en matière de PIB et d'inflation.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info