Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

"L'avenir du Reefer se dessine en Méditerranée"

Par Eric Legros, directeur central adjoint reefer CMA CGM*



            Partager Partager

Eric Legros, Directeur Central Adjoint Reefer, CMA CGM (photo CMA CGM)
Eric Legros, Directeur Central Adjoint Reefer, CMA CGM (photo CMA CGM)

Le trafic fruits et légumes est particulier car, la durée de vie de la marchandise est limitée dans le temps, ce qui impose un service fiable, rapide et ponctuel. Le « juste à temps » en est le maître mot. Le maintien de la température de conservation est crucial. Il impose de transporter les fruits et légumes frais dans des conteneurs réfrigérés (dits « reefer ») s’intégrant dans une prestation logistique complexe. C'est pourquoi il existe un département spécifique au « transport réfrigéré » au sein de la CMA CGM. Il s’appuie sur un réseau de 70 experts spécialisés positionnés à travers le monde.

 



 

Les conteneurs réfrigérés sont déchargés sur les terminaux à conteneurs classiques. Contrairement aux navires reefers conventionnels, les porte-conteneurs n’ont donc pas besoin d’escaler dans un terminal fruitier dédié. Cependant, un grand nombre des infrastructures portuaires méditerranéennes sont encore trop modestes pour recevoir les grands navires. Ces ports doivent augmenter leurs tirants d’eau, leurs capacités, moderniser leurs portiques. 


Les ports méditerranéens investissent

Dans le domaine des fruits et légumes frais, le choix d'un port pourra se faire sur la abse des infrastructures dédiées, sur place ou dans son hinterland (entrepôts frigo, mûrisseries, MIN...). Les éléments déterminants restent la fiabilité et la productivité. 
 


 

De nombreux ports méditerranéens, comme Sète, Port Vendres, Tarragone, Vado Ligure, ou encore Koper possédaient des terminaux dédiés aux services maritimes conventionnels. Compte tenu de l'évolution du marché, de plus en plus conteneurisé, ces ports ont multiplié les investissements pour capter ces volumes. En 2010, la part transportée en "West Med" représentait près de 10 millions de tonnes de marchandises réfrigérées dont plus de la moitié en conteneurs. Cette répartition va continuer d'évoluer largement en faveur du conteneur reefer.
 
L’explosion du transport par conteneurs réfrigérés s’explique par l’extrême flexibilité offerte par le conteneur, qui à l’inverse des navires dits « conventionnels » garantit aux clients des fréquences hebdomadaires, des volumes ajustables, mais aussi des manipulations limitées pour les marchandises fragiles ainsi que le contrôle et la traçabilité totale de la chaîne du froid depuis le lieu de production jusqu’au lieu de consommation.


* Fondé en 1978 par Jacques R. Saadé, CMA CGM, est aujourd’hui le numéro trois mondial du transport maritime de conteneurs, avec une flotte de 396 navires et 400 ports desservis. Il est également numéro deux mondial du transport de marchandises sous température dirigée. Le Groupe propose aujourd’hui une offre de transport globale intégrant le transport maritime, fluvial ou ferroviaire, la manutention portuaire et la logistique terrestre.

 


Vendredi 1 Avril 2011




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Avril 2011 - 09:28 Port-Vendres fait valoir sa spécialisation

Jeudi 7 Avril 2011 - 09:26 Marseille veut remonter la pente







RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018
Le Guide de la Coopération et des Programmes de financement en Méditerranée 2018 - Version papier
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES PAYS - FICHES FINANCEMENT - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss