Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



L’avenir d’ArcelorMittal Algérie est incertain


ArcelorMittal Algérie se trouve en grande difficulté. Face au risque de dépôt de bilan, l'État algérien, minoritaire dans le capital, choisit d'intervenir. De son côté ArcelorMittal dément la cessation de paiement.


            Partager Partager

ArcelorMittal risque le dépôt de bilan
ArcelorMittal risque le dépôt de bilan
ALGÉRIE. Rien ne va plus à ArcelorMittal Annaba. Le directeur général, Vincent Le Goïc, a déposé dimanche 8 janvier 2012 une demande de cessation de paiement auprès du tribunal d’El Hadjar.

Cette action intervient à la suite d’une demande de prêt d’un montant de 140 M€ formulée par l’entreprise à la Banque extérieure d’Algérie (BEA). La BEA a répondu favorablement à hauteur de 50 M€. Mais elle a conditionné un éventuel accord sur le reste du montant par l’apport de garanties de la part d’ArcelorMittal.

L’entreprise ne pouvait hypothéquer le terrain sur lequel l’usine est bâtie, car ce terrain appartient à l’État algérien. La BEA a donc demandé aux dirigeants de la filiale algérienne d’ArcelorMittal de s’adresser à la maison-mère afin d’apporter d’autres garanties.

La décision du géant mondial de la sidérurgie de déposer une demande de cessation de paiement équivaut à un refus d’apporter de telles garanties à la BEA. Des solutions existent, selon le PDG de la banque publique algérienne. ArcelorMittal a en effet contracté une dette de 90 M€ auprès de Société générale Algérie, en échange d’une garantie internationale de 120 M$.

La BEA a proposé de racheter la dette souscrite auprès de Société générale Algérie en échange de parts de capital du complexe. Mais l’entreprise a refusé.

Le PDG de la BEA a accusé le groupe sidérurgique de tenter de transférer ses propres contraintes financières sur sa banque et a considéré qu’« il est anormal qu’ArcelorMittal refuse de réserver à la BEA le même traitement que celui administré au confrère privé ».

Mais l’affaire n’en est pas restée au simple stade de controverse financière et commerciale.

Le groupe ArcelorMittal dément tout dépôt de bilan

Le risque de dépôt de bilan étant réel, le gouvernement algérien était obligé d’intervenir. Il est en effet actionnaire minoritaire, à hauteur de 30%, au sein du complexe sidérurgique d’El Hadjar situé à 600 km à l’est d’Alger.

Le complexe emploie par ailleurs 7 000 salariés qui disposent d’un syndicat d’entreprise dynamique qui a mené plusieurs mouvements de grèves ces dernières années.
Son secrétaire général, Smaïl Kouadria, a expliqué dès le départ que les travailleurs n’assisteraient pas les bras croisés à la mise à mort du complexe.

La situation sociale du pays étant délicate et la situation politique assez sensible, les autorités ont réagi. Le Premier ministre a déclaré : « Je peux le dire et je le dis avec force, l’État algérien n’assistera pas (sans réagir) à la disparition d’El Hadjar ».

La possibilité d’une récupération du complexe par l’État algérien ressurgit. Le syndicat d’entreprise a salué ces déclarations.

La direction du complexe acceptera-t-elle de fournir les garanties suffisantes pour sortir de cette crise ? Ne s’achemine-t-on pas plutôt vers une remise en cause de l’accord de partenariat entre le groupe sidérurgique indien – MittalSteel auquel succèdera ArcelorMittal et l’État algérien – accord entré en vigueur en 2001 et reconduit en 2011 ?

Rebondissement, dans la journée du 9 janvier 2012, le groupe ArcelorMittal réagissait par un communiqué de presse : "Contrairement à certaines informations relayées par la presse, ArcelorMittal Annaba n'a pas déposé le bilan ni déclaré de cessation de paiement...ArcelorMittal Annaba compte toujours sur le support de ses deux actionnaires ArcelorMittal et Sider et croit qu'une solution prochaine sera trouvée aux négociations en cours... Le groupe ArcelorMittal confirme son engagement en Algérie, et souhaite mettre en oeuvre au plus tôt son plan de développement et de croissance pour ArcelorMittal Annaba."

Un démenti surprenant d'autant plus que Vincent le Goïc avait bien déclaré la veille à l'AFP qu'il "confirmait le dépôt de la demande de cessation de paiement."

Lire aussi : Règlement du conflit financier entre ArcelorMittal Annaba et la BEA

Une menace de dépôt de bilan pèserait sur ArcelorMittal Algérie  

A. Belkessam, à ALGER

Lundi 9 Janvier 2012

Lu 6675 fois




Dans la même rubrique :
< >

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Europe : contradictions internes et politique de voisinage en Méditerranée

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe de réflexion et d'analyse JFC Conseil.
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss