Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

L'Union européenne passe sous pavillon slovène


Le gouvernement slovène de Janez Janša prend la présidence tournante du Conseil des ministres de l'Union européenne. Cet ultraconservateur est loin de faire l'unanimité alors que l'UE se trouve en plein débat sur son avenir. English version



Janez Janša et son gouvernement prennent la tête de l'UE pendant six mois (photo : gouvernement slovène)
Janez Janša et son gouvernement prennent la tête de l'UE pendant six mois (photo : gouvernement slovène)
UE / SLOVÉNIE. En vertu du principe de présidence tournante, le Portugal et son Premier ministre Augusto Santos Silva cèdent, jeudi 1er juillet 2021, le flambeau de l'Union européenne à la Slovénie.

Janez Janša, Président du gouvernement de ce pays de deux millions d'habitants, État membre depuis 2004, va donc assurer, avec son gouvernement et pour six mois, la présidence du Conseil des ministres de l'UE. Une fonction qu'il connaît déjà pour l'avoir occupée en 2008.

Ancien dissident communiste puis héros de l'indépendance, l'homme de soixante-deux ans ans, à la tête de la Slovénie depuis décembre 2004, ne fait pas l'unanimité sur sa personne. Sa propension à envoyer de multiples tweets par jour, lui ont fait gagné deux surnoms : "mini-Trump" et "maréchal Twito", contraction de Twitter et Tito, l'ancien dictateur de la Yougoslavie auquel appartenait son territoire avant de gagner son indépendance en 1991.

Janez Janša a particulièrement une dent contre le monde de la presse qualifiant sur ce réseau social l'agence de presse nationale STA de "honte nationale" avant de lui couper les vivres, et certains journalistes de "prostituées à la retraite", "ivrognes" ou "menteurs". Se revendiquant populiste, il n'est pas tendre non plus envers les universitaires et les juges.

Problèmes de contrôle des financements de l'UE en Slovénie

Le 27 mai 2021, il a dû accepter la démission de sa ministre de la Justice. Lilijana Koslovic n'a pas apprécié de voir recalé, par son président du gouvernement, les deux magistrats qu'elle avait pressenti pour leur nomination comme procureurs nationaux auprès du Bureau du Procureur européen (European Public Prosecutor's office - EPPO). Elle avait jugé cette décision "sans fondement légal". Ce nouveau Parquet européen, opérationnel depuis le 1er juin 2021 est chargé de lutter contre les fraudes financières affectant le budget européen.

Les deux candidats évincés avaient enquêté par le passé sur des allégations de pots-de-vin impliquant Janez Janša.


Dans un communiqué officiel, Laura Kövesi, cheffe de l'EPPO, constatait fin mai 2011 que "le manque manifeste de coopération sincère des autorités slovènes avec l'EPPO sape gravement la confiance dans le fonctionnement efficace des systèmes de gestion et de contrôle des financements de l'UE en Slovénie."
La Slovénie est aujourd'hui le seul des vingt-deux membres de cet organisme basé au Luxembourg à ne pas avoir encore désigné ses représentants.

Le modèle en Europe de Janez Janša est Viktor
Orbán, chantre de l'illibéralisme et opposant acharné à l'immigration. Le Premier ministre hongrois a encore fait récemment parler de lui pour avoir fait voter une loi bloquant toute référence, auprès des mineurs, à l'homosexualité et aux personnes transgenre. Dans une lettre commune, dix-sept dirigeants des États membres indiquent voir dans ce texte des "menaces contre les droits fondamentaux et en particulier le principe de non-discrimination en raison de l'orientation sexuelle".

Quatre priorités pour l'UE

La Slovénie va mener durant son mandat à la présidence du Conseil de l'UE les débats sur l'avenir de l'Europe (photo : présidence du Conseil de l'UE)
La Slovénie va mener durant son mandat à la présidence du Conseil de l'UE les débats sur l'avenir de l'Europe (photo : présidence du Conseil de l'UE)
Le gouvernement slovène n'aura cependant pas les coudées franches avec cette présidence. D'abord car, depuis 2007, cette fonction doit suivre un programme commun défini par la Slovénie, mais aussi l'ancien détenteur de la fonction (le Portugal en l'occurrence) et le prochain (la France qui prendra cette présidence en 2022). Ensuite, la création du poste de président de l'Union européenne en décembre 2009, confiée au Belge Charles Michel en décembre 2019, limite aussi ses pouvoirs. Il se doit de travailler en étroite collaboration avec lui, ainsi qu'avec Josep Borrell, haut-représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Enfin, Janez Janša devra aussi composer avec les vingt-six autres dirigeants européens.

La présidence du Conseil de l'UE
représente le Conseil dans les relations avec les autres institutions de l'UE, en particulier avec la Commission et le Parlement européen. "Son rôle est de tenter de dégager un accord sur des dossiers législatifs dans le cadre de trilogues, de réunions de négociation informelle et de réunions du comité du conciliation", précise le site du Conseil.

Voici une semaine, Anže Logar, ministre slovène des Affaires étrangères, dévoilait les priorités des six mois de présidence du Conseil de l'UE par son pays placées sous le slogan : "Ensemble. Résiliente. Europe". Elles sont au nombre de quatre : la reprise, la résilience et l'autonomie stratégique de l'UE; une réflexion sur l'avenir de l'Europe; le mode de vie européen, l'Etat de droit et les valeurs européennes; renforcer la sécurité et la stabilité dans le voisinage européen.

"La présidence est une occasion de renforcer l'intégration au sein de l'UE et de ses institutions, et d'orienter le développement vers une communauté innovante et créative basée sur le développement durable", déclarait-il à cette occasion. "Alors que nous nous efforçons de parvenir à une reprise qui couvrira tous les secteurs de l'économie et toutes les parties de la société aussi rapidement que possible, une attention particulière sera accordée au mécanisme de relance et au paquet de relance de l'UE de nouvelle génération. Ce dernier est basé sur les transitions verte et numérique", poursuivait le ministre.

Mieux intégrer les Balkans occidentaux

Dans le cadre du débat sur l'avenir de l'Europe initié le 9 mai 2021, et dont les conclusions sont prévues au printemps 2022, il affirme croire "qu'une bonne compréhension des similitudes et des différences constitutionnelles, socio-économiques, politiques, historiques et autres entre les États membres peut contribuer à renforcer l'État de droit dans l'UE."

Bien entendu, Anže Logar insiste aussi sur le fait que "l'avenir européen des pays des Balkans occidentaux et la poursuite du processus d'élargissement doivent devenir l'intérêt stratégique de l'Union." Il entend donc axer sa feuille de route semestrielle sur "la relance socio-économique et l'intégration des Balkans occidentaux dans différents domaines d'action européens, allant des infrastructures, des transports et de la connectivité énergétique à la recherche et à l'innovation, en passant par la décarbonisation, la numérisation et la cyber-résilience." Selon le ministre slovène, "tout cela est crucial pour une Union européenne crédible et sûre, que nous souhaitons mettre en avant lors du sommet UE-Balkans occidentaux, accueilli par la Slovénie cet automne."

Jeudi 1 Juillet 2021

Lu 1828 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.