Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

L'Union africaine s'alarme de la situation sécuritaire en Libye


Rédigé par , le Jeudi 19 Avril 2018 - Lu 2183 fois


Moussa Faki Mahmat s'inquiète de la situation en Libye (photo : FB)
Moussa Faki Mahmat s'inquiète de la situation en Libye (photo : FB)
LIBYE. "Les intérêts égoïstes et les préoccupations particularismes de toutes sortes ont prévalu sur l'intérêt général", souligne Moussa Faki Mahamat. Intervenant à Addis-Abeba (Éthiopie) mercredi 18 avril 2018 lors de la 5e réunion du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye, le président de la Commission de l'Union africaine (UA) a évoqué une situation sécuritaire "plus alarmante" dans ce pays. "De nombreux groupes criminels et milices opèrent en territoire libyen et continuent à se livrer à des exactions innommables et à fouler au pied les normes humanitaires les plus élémentaires", poursuit-il.

Il déplore "une autorité de l'Etat toute nominale" qui a permis à plusieurs groupes terroristes de "s'implanter en différents endroits du territoire libyen". Selon lui, "cette situation pose une double menace: à la Libye, bien sûr, et à son peuple, dont les aspirations au bien-être et à la liberté ont été trahies; mais aussi aux pays voisins, qui paient un lourd tribut à cause de l’instabilité et de l’insécurité qui sont aujourd’hui les principales caractéristiques de la situation libyenne."

Le représentant de l'UA pointe également les problèmes des travailleurs migrants en Libye maintes fois dénoncés par les ONG et les institutions internationales. "Au niveau de l'Union africaine, c'est une source de préoccupation sérieuse et constante. Cette situation est moralement intolérable. Tout doit être fait pour y mettre un terme", insiste-t-il.

Relocalisation du bureau de l'UA pour la Libye à Tripoli

Moussa Faki Mahamat appelle à "une action encore plus soutenue" de l'UA. "Priorité doit être donnée à la création de conditions propices à la tenue des élections envisagées par les acteurs libyens. Celles-ci doivent être un jalon dans la stabilisation de la Libye et non de facteur d’aggravation des clivages existants", souligne-t-il. Plaidant pour une avancée de la réconciliation entre les Libyens, le président de la Commission de l'Union africaine demande la relocalisation du bureau de l'UA pour la Libye à Tripoli ("pour opérer au plus, près des réalités de terrain"), "l'élévation du niveau d'interaction au quotidien de notre bureau avec les acteurs libyens et internationaux", et "la relance du Groupe international de contact sur la Libye comme décidé par le Sommet de l'Union africaine en janvier 2018".

Lors de la même réunion, Mohamed Siala, ministre libyen des Affaires étrangères du gouvernement d'union nationale, a tenu à positiver en indiquant que "le début de 2018 a été marqué par une stabilité sécuritaire importante dans la capitale et dans d'autres villes." Il s'est projeté sur l'avenir. "La Libye attend avec impatience le retour de la main-d'oeuvre étrangère et des entreprises pour contribuer à la reconstruction, ce qui nécessite le soutien des pays du continent", poursuivait-il.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info