Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

L'UE place la Tunisie sur une liste noire du blanchiment et du financement du terrorisme


Rédigé le Mercredi 13 Février 2019 à 16:00 | Lu 2689 commentaire(s)


La Tunisie est le seul pays méditerranéen avec la Syrie et la Libye à figurer sur cette liste européenne (photo : F.Dubessy)
La Tunisie est le seul pays méditerranéen avec la Syrie et la Libye à figurer sur cette liste européenne (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. La Commission européenne publie, mercredi 13 février 2019, une nouvelle liste de vingt-trois pays tiers (voir plus bas) "présentant des carences stratégiques dans leurs cadres de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme".

Sur cette liste, établie à partir de l'analyse de cinquante-quatre pays et territoires prioritaires dévoilée en novembre 2018, figure trois pays méditerranéens : la Libye, la Syrie et... la Tunisie. Ce dernier pays, tout comme la Syrie, se trouvait déjà présent sur celle livrée en février 2018. Ceci avait d'ailleurs entraîné le limogeage du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie.

La Commission tunisienne des analyses financières (CTAF) joue sur la nuance. Par un court communiqué, l'instance indique que "la Tunisie ne vient pas d'être admise sur une nouvelle liste noire européenne mais qu'il s'agit d'une mise à jour de l'ancienne liste". Reste que le pays s'y trouve toujours et ne satisfait donc toujours pas aux critères de l'UE en la matière. La CTAF précise avoir mis un "plan d'action dans les délais impartis et que le rapport qui concerne la Tunisie sera discuté dans les prochains jours lors de la prochaine réunion du Groupe d'action financière (Gafi)". Elle espère ainsi que la Tunisie sortira, fin juin 2019, de la liste de cette instance normative internationale puis de celle de la liste de l'Union européenne. 

"L'objectif de cette liste est de protéger le système financier de l'UE en prévenant plus efficacement le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. À la suite de l'inscription sur la liste, les banques et autres entités relevant du champ d'application des règles de l'UE en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux seront tenues d'appliquer des contrôles renforcés («vigilance») pour les opérations financières concernant les clients et les établissements financiers provenant de ces pays tiers à haut risque, afin de mieux détecter les flux de capitaux suspects", indique un communiqué de la Commission européenne.

Les 23 pays de la nouvelle liste

La nouvelle liste s'appuie sur la 5e directive anti-blanchiment en vigueur depuis juillet 2018 et prenant en compte des critères plus stricts que précédemment.

«Nous avons mis en place les normes les plus strictes au monde en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, mais nous devons veiller à ce que l'argent sale provenant d'autres pays ne se retrouve pas dans notre système financier. L'argent sale est le moteur de la criminalité organisée et du terrorisme. J'invite les pays figurant sur la liste à remédier rapidement à leurs carences. La Commission est disposée à collaborer étroitement avec eux afin de résoudre ces problèmes dans notre intérêt mutuel», commente  Věra Jourová, commissaire européenne pour la justice, les consommateurs et l'égalité des genres.

Cette liste de vingt-trois noms va désormais être soumise au Parlement européen et au Conseil européen pour approbation dans un délai d'un mois. Puis, celle-ci obtenue, la liste entrera en vigueur vingt jours après sa publication au Journal officiel. Après discussion avec les pays concernés, un retrait reste possible.

Les 23 pays de la nouvelle liste

1) Afghanistan,
2) Samoa américaines,
3) Bahamas,
4) Botswana,
5) République populaire démocratique de Corée,
6) Éthiopie,
7) Ghana,
8) Guam,
9) Iran,
10) Irak,
11) Libye,
12) Nigeria,
13) Pakistan,
14) Panama,
15) Porto Rico,
16) Samoa,
17) Arabie saoudite,
18) Sri Lanka,
19) Syrie,
20) Trinité-et-Tobago,
21) Tunisie,
22) Îles Vierges américaines,
23) Yémen.
 




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation