Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'UE engage 500 mrds€ pour alimenter la riposte économique de ses États membres au coronavirus


Après un premier constat d'échec la veille, les ministres européens des Finances s'accordent sur un plan de soutien financier de 500 mrds€ aux États membres face au coronavirus.


            Partager Partager

Mario Centeno, président de l'Eurogroupe, estime avoir "répondu à l'appel de nos concitoyens pour une Europe qui protège." (photo : Eurogroupe)
Mario Centeno, président de l'Eurogroupe, estime avoir "répondu à l'appel de nos concitoyens pour une Europe qui protège." (photo : Eurogroupe)
UE. Après plusieurs jours de tergiversations, et un premier constat d'échec dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 avril 2020, les ministres européens des Finances ont enfin trouver un accord, jeudi 9 avril 2020 au soir lors d'une vidéoconférence. Comme prévu, et pour limiter les effets économiques de la pandémie Covid-19 , l'Union européenne va donc affecter une enveloppe de 500 mrds€, disponible immédiatement, et créer un fonds de relance par la suite.

Un communiqué commun du Conseil européen et du Conseil de l'Union européenne, se félicite "des propositions de la Commission concernant une plus grande flexibilité temporaire dans l'utilisation des fonds de l'UE, comme autoriser les transferts entre fonds, régions et objectifs politiques, abandonner les exigences nationales de cofinancement et soutenir les membres vulnérables de la société. Cela contribuera à mobiliser efficacement le budget de l'UE pour faire face aux répercussions de la pandémie de Covid-19". Déjà la Commission a réactivé l'instrument de soutien d'urgence qui peut apporter une aide de 2,7 mrds€ sur les ressources budgétaires de l'UE.

Le groupe Banque européenne d'investissement (BEI) a créer un fonds de garantie paneuropéen de 25 mrds€ pour appuyer quelque 200 mrds€ de financement pour les entreprises, et principalement les Pme. D'autre part, la Commission européenne mobilise 100 mrds€ sur pour son nouveau plan Sure (Support to mitigate unemployment risks in emergency - Soutien pour atténuer les risques de chômage en cas d'urgence). Il vient en appui des Etats membres recourant à des mesures (notamment de financement du chômage partiel) d'aide aux entreprises pour favoriser le maintien des salariés dans l'entreprise malgré l'absence ou la réduction forte d'activités.

"Des propositions audacieuses et ambitieuses"

D'une durée temporaire, le fonds de relance portera sur l'après Covid-19. Il permettra d'apporter des contributions à "des programmes conçus pour relancer l'économie conformément aux priorités européennes et en garantissant la solidarité de l'UE avec les Etats membres les plus touchés", précise le communiqué. Il reste encore à le construire et à déterminer ses sources de financement et sa relation avec le budget de l'UE. Ainsi qu'à définir les instruments financiers innovants qui l'accompagneront.

Mario Centeno, président de l'Eurogroupe, estime avoir "répondu à l'appel de nos concitoyens pour une Europe qui protège" et souligne les "propositions audacieuses et ambitieuses qui auraient été impensables voici quelques semaines à peine. Nous pouvons tous nous souvenir de la réponse à la crise financière de la dernière décennie, lorsque l'Europe a fait trop peu, trop tard. Cette fois, c'est différent."

Bruno Le Maire, ministre français de l'Economie et des Finances, le qualifie d'"excellent accord", et son homologue allemand Olaf Scholz évoque "un grand jour pour la solidarité européenne. Il est important que nous tous apportions une réponse commune qui permette à nos Etats de surmonter les défis sanitaires, mais aussi les défis économiques." Quant à Roberto Gualtieri, ministre italien de l'Economie, il parle de "proposition ambitieuse" en affirmant que son pays "se battrait pour qu'elle se concrétise".

Il reste aux chefs d'Etats et de gouvernements de l'Union européenne à entériner toutes ces décisions.

Pendant ce temps, en France, dans les colonnes du journal Les Echos, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, annonçaient qu'ils allaient porter le plan d'urgence de soutien à l'économie à 100 mrds€ contre 45 mrds€ prévus. Cette somme comprend l'ensemble des mesures budgétaires et de trésorerie prises en faveur des entreprises pour leur permettre de passer au mieux le cap de la pandémie et de rebondir dès la fin de la crise. De même, les dépenses de santé vont passer de 2 à 7 mrds€ en 2020. Le gouvernement va consentir des primes défiscalisées pour les soignants et les agents de l'Etat.

Paris s'attend à une récession de 6%, a un déficit public de 7,6% du PIB et à une dette à 112% du PIB à fin 2020.

La rédaction
Vendredi 10 Avril 2020

Lu 2189 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.