Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'Onu publie une liste des entreprises opérant dans les colonies israéliennes



            Partager Partager

Pour Michelle Bachelet, cette liste n'est pas un processus judiciaire (photo : OHCHR)
Pour Michelle Bachelet, cette liste n'est pas un processus judiciaire (photo : OHCHR)
ISRAËL / PALESTINE. Le Bureau des droits de l'homme des Nations unies a décidé, mercredi 12 février 2020, de publier une liste de 112 entreprises travaillant dans les colonies israéliennes. Il répond ainsi à une demande spécifique du Conseil des droits de l'homme de l'Onu contenue dans une résolution adoptée le 24 mars 2016 (31/36). Michelle Bachelet, Haut-Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, dénonce ces sociétés qui acceptent d'opérer dans les territoires palestiniens occupés alors que cette occupation est considérée comme illégale par l'Onu. "J'ai conscience que ce sujet a été, et continuera d'être, matière à controverse", souligne l'ancienne présidente chilienne. Elle précise toutefois que ce texte "n'entend pas constituer un processus judiciaire ou quasi-judiciaire."

"Ce rapport ne fournit pas de description juridique des activités en question, ni de la participation des entreprises commerciales à celles-ci. Toute autre mesure concernant la poursuite de ce mandat sera du ressort des États membres du Conseil des droits de l’homme, qui examinera le rapport lors de la prochaine session du Conseil, à compter du 24 février", insiste d'ailleurs un communiqué du Bureau des droits de l'homme des Nations unies.

94 entreprises sont Israéliennes

Cette "liste de la honte" - Israël Katz, ministre israélien des Affaires étrangères, parle de "reddition honteuse" aux pays et aux organisations qui veulent nuire à Israël - comporte majoritairement des banques et des entreprises de construction israéliennes. Mais aussi de grands groupes internationaux comme Airbnb, Booking.com, Expedia, TripAdvisor, Motorola, General Mills, et les Françaises Egis Rail, Egis SA et Alstom. Quatre-vingt-quatorze de ces entreprises sont domiciliées en Israël, et dix-huit dans six autres Etats.

Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, évoque "une victoire pour le droit international" et invite désormais les Etats membres de l'Onu et le Conseil des droits de l'homme de l'Onu à "émettre des recommandations et des instructions à ces entreprises pour qu'elles mettent immédiatement fin à leur travail dans les colonies".

La publication de la liste intervient alors que Mahmoud Abbas vient de rejeter en bloc le plan de paix entre Israël et la Palestine proposé par Donald Trump le 28 janvier 2020.


Voir la liste de l'Onu des 112 entreprises opérant dans les colonies israéliennes

Jeudi 13 Février 2020

Lu 1480 fois




Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

réflexion


Industrie de défense : une filière navale française en ordre dispersé ?

Hervé Lemaitre, Expert-Conseil en stratégie de développement international-export
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.