Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


L'Office des Transports de la Corse veut mettre la SNCM, la CMN et Corsica Ferries au régime sec


La SNCM, la CMN et Corsica Ferries desservent la Corse au départ de Marseille, Toulon et Nice. A des degrés très divers, toutes trois bénéficient de plusieurs dizaines de millions d'euros de subventions versées par l'office des transport de la Corse sur des fonds abondés par l'Etat français. Président de l'Office des Transports de la Corse, Paul-Marie Bartoli entend supprimer une partie les subventions officielles ou déguisées qui permettent à ces trois compagnies de proposer une offre de places trois fois supérieures à la demande. Des milliers d'emplois sont en jeu.


            Partager Partager

La CMN, qui ne possède que des cargos mixtes, sortirait grande bénéficiaires de ces nouvelles règles du jeu (photo GT)
La CMN, qui ne possède que des cargos mixtes, sortirait grande bénéficiaires de ces nouvelles règles du jeu (photo GT)

Econostrum : La délégation de service publique se termine le 31 décembre 2013, mais sans attendre cette date vous proposez de modifier les règles du jeu. Pourquoi ?
 

Paul-Marie Bartoli: Un rapport du Sénat a pointé un certain nombre de problèmes. Il faut savoir que l'Etat nous verse tout de même 114 M€ pour le maritime au titre de la continuité territoriale. Il est normal qu'il s'intéresse à ce que nous faisons de cet argent.  

Pour différentes raisons, la DSP (délégation de service public) s'exerce dans des conditions économiques et financières très délicates. Elle produit une distorsion de concurrence car nous donnons une subvention à la SNCM (service de base et service complémentaire) et à la CMN (service de base) au départ de Marseille. 

Au départ de Toulon et Nice, des ports privés de DSP, nous allouons aux compagnies (Corsica Ferries et SNCM) une aide sociale qui est en fait une subvention déguisée, un lot de consolation. 

De plus, la crise mondiale et l'augmentation du prix du fioul ont mis la SNCM et Corsica Ferries dans une situation financière délicate. Elles sont toutes deux dans le rouge. Les conditions me semblent réunies pour prononcer la déchéance du contrat. Mais cela ne peut se faire qu'avec l'accord préalable des trois compagnies.
 

Econostrum: Les négociations ont-elles déjà commencé ?
 

PMB: Non. Nous préparons actuellement avec un cabinet spécialisé qui nous assiste une nouvelle DSP. Nous discuterons ensuite. Nous explorons toutes les voies. Je dis bien toutes. 


"Il appartient aux compagnies de s'adapter à nos besoins"

Econostrum: Vers quel schéma vous dirigez-vous ? 

PMB: Pour l'instant il ne s'agit que de mes propositions. Il y aura obligation de service public au départ de Marseille, Toulon et Nice. La DSP et les subventions qui vont avec ne concerneront que le service de base, c'est à dire sept cargos mixtes (transport de camions et de passagers).  

Cette DSP sera effective à Marseille et/ou Toulon. Nous envisageons Toulon car le manque de fiabilité de Marseille pénalise de façon insupportable la Corse. Nous ne financerons plus le service complémentaire (les ferrys de la SNCM) et nous supprimerons l'aide sociale. 

Econostrum: Une telle redistribution des cartes condamnerait la SNCM qui possède une flotte de 11 navires dont 4 cargos mixtes. Le port de Marseille devrait également beaucoup en souffrir. N'avez-vous pas peur des conséquences ? 

PMB: Il appartient aux compagnies de s'adapter à nos besoins. L'argent économisé grâce à la suppression de l'aide sociale et du service complémentaire permettra de faire baisser le coût du transport d'une remorque au départ de Marseille, qui passera de 1 385 € à 950€, soit à peu près le tarif pratiqué par Corsica Ferries au départ de Toulon. 

Lire aussi : Le sort de la SNCM se décidera mardi 14 mars 2011 à Paris

 


Gérard Tur
Mardi 15 Mars 2011

Lu 8165 fois





1.Posté par Marseil le 16/03/2011 08:34
Peut-être quelqu'un aurait il la volonté de mettre de l'ordre dans tout ce gaspillage d'argent public ?

Marseil.

2.Posté par matthieu matteo le 16/03/2011 22:37
M. Bartoli veut faire des économies.... sur le dos des corses pour gaver la SNCM...
A quoi sert la SNCM au regard du trafic fret du mois de février 2011???
chiffres ORTC
Marseille/Corse 88000 ml identique à 2010
transportés par les 3 seuls navires de la méridionales contre 7 en 2010 ( 3 CMN,4 SNCM)
soit
Marseille /Bastia Kallisté taux de remplissage 68%
Maseille/Ajaccio Girolata TR 61%
Marseille/Propriano Scandola 44%

et avec ça il faudrait au moins 7 cargos mixtes!!!!
on arrive même pas à en remplir 3....

alors M. Bartoli, la SNCM ne sert à rien, arrêtez de nous prendre pour des neuneux !!!


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.