Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Observatoire d'études géopolitiques de Paris critique violemment l'avocat général de la Cour de justice de l'UE




Charles Saint-Prot, directeur de l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris, réfute les arguments de l'avocat général de la CJUE sur la question de l'accord de pêche UE / Maroc (photo : OEG)
Charles Saint-Prot, directeur de l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris, réfute les arguments de l'avocat général de la CJUE sur la question de l'accord de pêche UE / Maroc (photo : OEG)
UNION EUROPÉENNE / MAROC. Au lendemain des conclusions de l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) déclarant "invalide" l'accord de pêche signé entre l'UE et le Maroc, l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris (OEG) critique violemment cette position.

Melchior Wathelet avait, mercredi 10 janvier 2018, estimé qu'"ayant été conclu par le Maroc sur la base de l'intégration unilatérale du Sahara occidental à son territoire et de l'affirmation de sa souveraineté sur ce territoire", l'accord paraphé en 2006 montrait que "l’Union a manqué à son obligation de ne pas reconnaître la situation illicite découlant de la violation, par le Maroc, du droit de ce peuple à l’autodétermination ainsi que de ne pas prêter aide ou assistance au maintien de cette situation". L'avocat général de la CJUE ajoutait que l'UE n'aurait pas "mis en place les garanties nécessaires pour assurer que l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental se fasse au bénéfice du peuple de ce territoire".

Charles Saint-Prot, directeur général de l'OEG - dont la vocation est de s'assurer que les argumentaires académiques et juridiques ne sont pas dévoyés par des considérations politiciennes -, "exprime ses fermes réserves sur ces conclusions, qui, du fait de la qualité de l'intervenant, prêtent à interrogation en étant plus politiques que juridiques". Selon lui, "la Cour de Justice de l’Union européenne statue sur l’interprétation et la validité du droit européen conformément aux traités. Il ne lui appartient de se prononcer sur la validité d’un acte au regard du droit international".

Melchior Wathelet plus politique qu'internationaliste

L'Observatoire d'études géopolitiques relève également qu'"il est notable que ces conclusions sont diffusées à la presse à quelques jours de discussions sur le renouvellement de l'accord de pêche entre l'UE et le Maroc". Il s'en prend également directement à Melchior Wathelet, "plus connu pour sa carrière politique (NDLR : Il a été plusieurs fois ministre en Belgique) que par son expertise d'internationaliste" et lui reproche de "faire prévaloir les traités de l'UE et les principes constitutionnels qui en découlent sur le traité international, qui, pour l'autre partie, le Maroc, avait été régulièrement conclu". Et donc de "remettre en cause les conditions mêmes de la stabilité des relations internationales".

Qualifiant ses conclusions d'"amphigouriques et désinvoltes", l'OEG accuse l'avocat général de ne pas tenir compte du "contexte historique de la décolonisation du territoire anciennement non autonome et soumis à l'Espagne" et d'avoir "sa propre lecture du contexte politique du dossier". Mais aussi de "négliger un développement économique des provinces du Sud marocain qui bénéficie amplement aux populations locales".

  "Au moment où une nouvelle administration onusienne cherche à permettre une solution politique à un conflit dépassé, et à ouvrir la voie à un développement apaisé qui profite à tous les peuples de la région, l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris estime que l’Union européenne et ses États ne doivent pas hésiter à contester des arguties juridiques qui restent parfois spécieuses et ne sont en tout cas en rien des éléments d’apaisement", conclut l'OEG dans un communiqué.

Charles Saint-Prot est co-auteur d'un "Mémento de la question du Sahara marocain" paru en septembre 2017 en quatre langues (français, anglais, espagnol et arabe) aux Éditions du Cerf. Cet ouvrage soutient le Plan d'autonomie pour les Provinces du Sud (désignation officielle du Maroc pour le Sahara occidental), à l'instar de la position officielle du gouvernement français. Porté par le roi Mohammed VI, ce plan, selon cet ouvrage, "vise à permettre une libre administration de ces provinces dans le respect de leur identité propre sans remettre en cause leur appartenance au royaume". Le directeur général de l'OEG n'est donc pas non plus neutre sur la question...




Vendredi 12 Janvier 2018



Lu 3213 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L’Egypte de Sissi : un retour sur l’échiquier international ? (Partie 2)


avis d'expert

Roland Lombardi, analyste au groupe JFC Conseil, consultant indépendant en géopolitique et chercheur associé à l'IREMAM à Aix-en-Provence


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA